En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe se penche sur l'impact environnemental des TIC

A travers des analyses de cycle de vie de courriers électroniques, de requêtes web et de clés USB, l'Ademe a cherché à mesurer ce que représentent ces activités pour l'environnement, et comment améliorer les pratiques.

Energie  |    |  Angela BolisActu-Environnement.com
   
L'Ademe se penche sur l'impact environnemental des TIC
   

"L'évolution de nos activités vers le numérique s'est opérée de manière transparente", note Alain Anglade, ingénieur en technologies de l'information et de la consommation (TIC) et en efficacité énergétique à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). En effet, rares sont ceux qui ont conscience, aujourd'hui, de l'impact environnemental que représentent quelques clics sur Internet. Pourtant, ces activités ne sont pas anodines : selon un rapport de l'agence d'études et de conseil en environnement Bio intelligence services datant de 2008, les TIC représentaient, en 2005, 2% des émissions de gaz à effet de serre (GES) en Europe. Un chiffre voué à augmenter, jusqu'à doubler d'ici 2020. En France, ces TIC contribuent à hauteur de 13,5% à la facture électrique, note Pierre Galion, de la direction de la communication de l'Ademe. "Or, alors que la consommation de TIC grimpe, celle du papier ne décroît pas : elle se contente de se stabiliser", ajoute-t-il.

Alors, facture électronique ou papier ? Mail ou lettre postale ? Bien que des conclusions tranchées soient difficiles à mettre en place, l'Ademe a mesuré l'impact de trois usages majeurs de l'informatique en termes d'émission de GES et donc d'impact sur le changement climatique (mesuré en grammes équivalent CO2), d'épuisement potentiel des métaux (gramme équivalent fer), et enfin d'épuisement potentiel de ressources fossiles (gramme équivalent pétrole). Les analyses de cycles de vie menées par l'agence prennent en compte la fabrication du matériel informatique (ordinateurs et data centers – centres de données), son usage, et la fin de vie des équipements.

Email : 20 grammes équivalent CO2

En 2013, 507 milliards de mails seront envoyés dans le monde. Au-delà de la fabrication des ordinateurs, qui contribue pour près de 80% à l'impact des mails sur le changement climatique, ce dernier tient aussi à la consommation d'énergie pour l'envoi du message et pour sa lecture, ainsi que pour le stockage des données dans les data centers. Résultats : l'envoi d'un mail d'un mégaoctet (Mo) à une personne est estimé à environ 20 grammes équivalent CO2, 5 grammes équivalent fer, et 5 grammes équivalent pétrole. Rapporté à une entreprise de 100 personnes dont chaque employé enverrait 33 mails par jour, le chiffre s'élève à 14 tonnes équivalent CO2 par an. L'impact gonfle si le mail pèse plus lourd, mais aussi s'il est envoyé à plusieurs destinataires : l'envoi d'un mail à dix personnes est quatre fois plus émetteur de GES. Quant à la pièce jointe, l'impact en termes d'émissions de CO2 et d'épuisement des métaux est deux à trois fois plus important si on l'imprime. A moins de ne pas passer trop longtemps à lire ces documents sur son écran… En effet, au bout de 3 minutes de lecture, l'Ademe estime qu'il est préférable de les imprimer en recto-verso, deux pages par feuille et noir et blanc (à condition de ne pas faire doublon avec l'ordinateur resté allumé…).

Requête web : 10 grammes équivalent CO2

Chacune représente 10 grammes en équivalent CO2, 5,5 grammes en équivalent fer, et 2,7 grammes en équivalent pétrole. Cet impact provient du temps passé devant son ordinateur, ainsi que du stockage des données indexées par le moteur de recherche. Le premier indicateur environnemental, relatif aux émissions de GES, grimpe à 288 000 tonnes en équivalent CO2 par an, pour l'ensemble des internautes français. Un chiffre certainement sous-évalué, puisque l'Ademe s'appuie sur une hypothèse de 2,6 recherches par jour et par internaute.

Clés USB : un gouffre tout azimut

La fabrication de ces objets, ainsi que celle des ordinateurs, sont les postes qui pèsent le plus dans leur bilan environnemental. Compte aussi pour beaucoup le temps d'utilisation des documents. Ainsi, lorsqu'on enregistre des fichiers d'une clé USB sur son ordinateur, puis qu'on lit les 200 pages de ces documents à raison de trois minutes par page, on consomme 804 grammes équivalent CO2, 490 grammes équivalent fer et 191 grammes équivalent pétrole. Ce bilan fluctue selon le temps de lecture, ce qui pose de nouveau la question de l'avantage de l'impression papier : cette dernière a un impact plus négatif en termes d'émissions de GES, dès lors qu'on lit chaque page en moins de deux minutes (8 minutes pour une impression recto couleur). Par ailleurs, le matériau de la clé, qu'il soit de l'aluminium, du PVC ou du bambou, joue très peu sur son impact environnemental.

Comment minimiser l'impact des TIC ?

Pour réduire les émissions et la consommation en métaux et énergies fossiles relatives aux TIC, l'Ademe recommande toutes sortes de bonnes pratiques à mettre en œuvre. Une partie d'entre elles consiste à rationaliser leur usage : éviter de distribuer systématiquement des clés USB publicitaires souvent légères, éviter d'envoyer des mails superflus à trop de destinataires, ou encore éviter d'imprimer systématiquement. Ainsi, "diminuer de 10% le taux d'impression des mails reçus par les employés d'une entreprise de 100 personnes permettrait un gain de 5 tonnes équivalent CO2 par an, soit l'équivalent d'environ cinq allers-retours Paris-New York", affirme l'agence. A retenir à titre indicatif : pour un document de quatre pages, lu en 12 à 15 minutes, il est préférable de lire à l'écran. Une des mesures de rationalisation serait également de réduire l'envoi de mails : ainsi, une diminution de 10% de courriels de 10 Mo au sein d'une entreprise de 100 personnes permettrait de gagner 8 tonnes équivalent CO2 par an.

D'autres petits réflexes peuvent être facilement applicables. Ainsi, trier régulièrement sa messagerie permet de minimiser l'impact du stockage des données. Mieux vaut également compresser au maximum les documents lourds envoyés par mail, et préférer l'envoi d'un lien hypertexte plutôt que d'une pièce jointe.

Côté requête web, l'Ademe préconise, plutôt que de naviguer au hasard, de noter directement l'adresse d'un site déjà connu ou, encore mieux, d'utiliser "mes favoris" : cette dernière démarche permettrait de diviser quasiment par dix son impact en termes d'émissions de GES. Enfin, il est préférable de conserver plus longtemps son ordinateur – passer de 4 à 7 ans d'utilisation réduirait de 20 à 35% les impacts environnementaux d'une requête web –, et d'être attentif à la fin de vie de ces appareils.

Réactions4 réactions à cet article

 

§1 : Lire "technologies de l'information et de la COMMUNICATION", bien sûr. Petit lapsus littéral non dénué de sens, puisque les moyens de communication constituent aujourd'hui une part importante de notre consommation ;-)

stannabis | 14 juillet 2011 à 08h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien que les TIC réprésentent une augmentation des emmisions direct, leur bilan est positif si on compte la contribution des applications à la réduction des emmisions de CO2. Un rapport réalisé pour le compte de Vodafone l'estime à - 113 M tonnes de CO2 eq. / an d'ici 2020.

Via Verdé | 15 juillet 2011 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un e-mail à 20 grs de CO2 me parait très léger et très différend, trop différent d'une première étude faite par un cabinet Nantais qui s'est penché sur le sujet depuis près de...deux ans. Cela dit ce chiffre met le "e-mail" à égalité d'un courrier papier avec son enveloppe sous condition de ne pas s'attarder trop longtemps à le lire (3 minutes). Voilà "enfin" un élément qui vient rétablir une vérité première: l'e-mail n'est pas moins polluant que le papier (en terme de CO2, reste à voir les autres éléments de l'ACV), ce qui me réjouit totalement car cela remet en question un grand nombre d’âneries proférées par un grand nombre de pseudo spécialistes. L'avenir appartient aux "deux" supports et à leur capacité à consommer le moins d'énergie fossile. Moins consommer et mieux consommer. Mais cessons les discours manichéens du tout électronique (ou presque tout), du moins polluant que etc... Vivement un approfondissement de ces études, car les TIC sont partis pour faire exploser la consommation d'énergie mondiale dans la prochaine décennie et ce n'est pas 4% de cette énergie, mais fort probablement le double dont seront responsables les TICs à 2020. De nombreux rapports internationaux s'en inquiètent depuis plusieurs années. Sincèrement

JEFF | 15 juillet 2011 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où peut on consulter, même un résumé de cette étude Vodaphone? Il nous apparait à tous qu'il est évident que certaines applications vont diminuer certaines émissions, exemples des visio conferences, meilleures logistiques..., mais ce serait intéressant de creuser cette étude car je pense que les milliards de SPAM et d'échanges quotidiens ne sont pas compensés à ce point par les avantages des TICS en matière d'émissions. Il doit sans doute être question de chiffres bruts et non de chiffres nets. A vérifier SVP. Par ailleurs je ferai la remarque suivante: l'industrie papetière, en terme de chiffres brut sET nets, continue de baisser régulièrement ses impacts environnementaux, et ce, chaque année qui passe. Sans chercher la comparaison à tout crin, les deux supports média vont continuer à vivre ensemble et dans de nombreuses situations, seront extrêmement complémentaires. Mais vue l'expansion des TICs, ce sera absolument déterminant pour eux de diminuer leur impact environnemental (usage des métaux rares, des piles et de leur durée etc...). Sincèrement

Jeff | 18 juillet 2011 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…