En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“Nous avions alerté sur le manque d'entretien des digues et les risques de submersion”

La Ligue de protection des oiseaux est gestionnaire des trois réserves naturelles gravement touchées par la tempête Xynthia. Un an après, Ségolène Travichon, responsable de cette activité à la LPO, revient sur les conséquences à court et moyen termes de la submersion sur ces milieux naturels.

Interview  |  Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
“Nous avions alerté sur le manque d'entretien des digues et les risques de submersion”
Ségolène Travichon
Responsable Espaces protégés à la LPO
   

Actu-Environnement : Les réserves naturelles que la LPO gère en Charente-Maritime et Vendée ont subit de plein fouet la submersion engendrée par la tempête Xynthia…

Ségolène Travichon : Trois réserves naturelles ont été principalement touchées : Lilleau des Niges, Moëze-Oléron et les marais d'Yves. Pour les deux premières, les digues ont été déstructurées, d'énormes brèches ont été constatées. Pour les marais d'Yves, le problème est différent. Le cordon dunaire a été balayé. C'est grave : c'est une des dernières lagunes naturelles de l'Atlantique. Nous avions alerté sur le manque d'entretien des digues et les risques de submersion. Ces risques concernaient des zones naturelles et n'ont donc pas été considérés comme prioritaires. Pour la reconstruction des digues, c'est la même bataille. Nous ne sommes pas entendus.

AE : Quels ont été les impacts de la tempête sur la faune et la flore ?

ST : Au lendemain de Xynthia, nous avons constaté beaucoup de mortalité sur les espèces sauvages (lapins, amphibiens). Aujourd'hui, le lapin est revenu. Pour les amphibiens, il est trop tôt pour juger. Le milieu a été salinisé, ce qui peut être gênant pour les zones de reproduction. Cet automne, les effectifs étaient très faibles. Le printemps nous apportera les réponses. Quant aux oiseaux, si des départs massifs ont été constatés au lendemain de la tempête, nous ne constatons rien d'anormal aujourd'hui.

En revanche, nous avons perdu beaucoup d'animaux domestiques, des moutons, des vaches, des chevaux, qui étaient là pour l'entretien du milieu. Si à Moëze-Oléron, nous avons reconstitué le cheptel, nous devrons progressivement l'abandonner dans les marais d'Yves, le milieu étant fragilisé. Enfin, dans la réserve de Lilleau des Niges, c'est un éleveur qui s'en occupera désormais et il emmènera le troupeau seulement l'été pour préserver le site.

AE : La salinisation du milieu a entraîné le développement d'espèces halophiles (végétaux vivant en milieu salé). Quelles sont les conséquences ?

ST : Cela peut entraîner un changement d'habitats. La réserve d'Yves était particulièrement riche en faune et flore, avec de nombreuses espèces d'eau douce. Or, le site a connu une immersion d'eau salée de plusieurs jours, il risque donc de perdre des espèces patrimoniales qui ne seront plus adaptées au site. Les milieux vont changer, les espèces aussi. D'un point de vue scientifique, le suivi de l'évolution des milieux sera d'un grand intérêt.

AE : Quel est le rôle de ces espaces naturels lors des événements climatiques ?

ST : Ces réserves constituent d'abord des zones de délestage. Elles peuvent accueillir des masses d'eau et protéger ainsi les zones habitées. Elles peuvent également être des espaces de reconquête de la mer sur la terre.

AE : Un rapport parlementaire soulignait récemment le manque de soutien public aux associations assurant une mission de service public, comme la gestion de réserves naturelles. Est-ce votre cas ?

ST : Comme tous les acteurs, nous subissons effectivement une baisse des subventions de l'Etat. Pour mener à bien des actions, nous devons donc passer par l'autofinancement, soit en prélevant sur les fonds de la LPO, soit en faisant appel à des mécènes. Nous avons de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Réactions5 réactions à cet article

 

Les digues en questions ont servi d'excuse à des promoteurs immobiliers et des élu sans le moindre scrupule et avec un appétit du gain démesuré pour exploiter de pauvres gens incapables de réaliser le risque qu'ils prenaient en venant vivre sous le niveau de la mer et derrière une digue !

aventurier | 03 mars 2011 à 06h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, pour moi, cet article manque d'éléments : à première vue, on y encourage l'endiguement des cours d'eau contre la naturalité!!! ça me parrait très peu écologique, voire ridicule. Les catastrophes naturelles font partie des écosystèmes, la nature s'en remet si leur fréquence est raisonnable (à voir avec les changements climatiques). Mais l'artificialisation des cours d'eau font des milieux certes particuliers, mais certainement pas naturels!

prevost | 03 mars 2011 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'accord avec Prevost sur certains points. En effet l'artificialisation des milieux naturels et autres réserves me semble contradictoire avec un site naturel. De même que la gestion d'un site naturel... Quant à ces catastrophes, elles sont justement "naturelles" et font donc partie d'un cycle. Elles sont à la fois inévitables et "normales". Rappelons nous que nous peuplons une planète, c'est à nous de nous adapter et pas à la planète, qui elle de toute manière nous survivra. (Enfin, j'ose y croire...)

Nico | 03 mars 2011 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Des digues construites et entretenues pour une lagune "naturelle", il faut m'expliquer l'emploi de ce terme.
Et parmi les écolos, encore des prophètes qui nous l'avaient bien dit... Ces gens ont toujours raison, ils sont LE bien. Amen.

Remi Aubry | 04 mars 2011 à 14h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement elle nous survivra, juste pour revenir sur le côté "gestion" d'un espace naturel qui peut vous paraitre paradoxal: il s'agit là le plus souvent de comptage, de recensement des especes présentes. C'est nécessaire, pour savoir ce qui est présent ou sur le point de disparaitre. Il s'agit plus de gestion sans intervention (mis à part: le maintien de milieux ouverts ou la gestion des niveaux d'eau). enfin je pense effectivement qu'il ne faut pas construire dans ce type de milieu et qu'un hydrosystème doit pouvoir sortir de son lit!

Beub's | 29 mars 2011 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…