Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le prototype de train diesel-électrique-batterie fait ses preuves

Transport  |    |  Félix Gouty
Le prototype de train diesel-électrique-batterie fait ses preuves

« Les essais du premier Régiolis hybride démontrent que l'hybridation des trains thermiques est une solution réaliste tant techniquement qu'économiquement pour réduire la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre », avance Jean-Baptiste Eyméoud, président d'Alstom France. Le 16 février dernier, le spécialiste français du ferroviaire et SNCF Voyageurs ont présenté leur premier train régional tri-mode : « thermique-électrique-batterie ». Ce TER Régiolis – initialement bi-mode thermique-électrique - a été hybridé, sur le site d'Alstom de Reichshoffen (Bas-Rhin), pour remplacer la moitié de ses moteurs Diesel par des batteries lithium-ion de stockage d'électricité.

Après huit mois d'essais « concluants » dans le circuit de Velim en République Tchèque, Alstom affirme que son premier Régiolis hybridé présente un taux de récupération de l'énergie au freinage « supérieur à 90 % ». En moyenne, cela lui permettrait de réaliser une économie d'énergie de 20 %, en fonction du parcours, et ainsi de recharger partiellement ses batteries. En agglomération, l'alimentation électrique par caténaire et le stockage lui confèrent un « mode zéro émission » d'une autonomie d'une vingtaine de kilomètres. En dehors des villes, et en l'absence de lignes électrifiées, ce TER pourra circuler jusqu'à 160 kilomètres par heure sur 1 000 kilomètres, en alternant entre ses moteurs thermiques et électriques – comme n'importe quel Régiolis non-hybridé.

Prochaine étape ? Une dernière phase de test, directement sur le réseau ferré national, avant d'effectuer la demande des autorisations d'exploitation commerciale. Une fois ces autorisations obtenues, le Régiolis hybridé circulera dès le printemps 2023 dans les quatre régions qui ont soutenu sa conception : Occitanie, Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val-de-Loire et Grand Est. L'industrialisation d'un tel modèle, sur tout le territoire, dépendra du succès de cette commercialisation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]