En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Stockage d'hydrogène : Teréga et Hydrogène de France lancent le projet «Hygéo »

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Hydrogène de France (HDF) et Teréga ont signé, le 7 juillet, un accord pour développer des solutions de stockage massif d'hydrogène en cavité saline. HDF, spécialiste des technologies de l'hydrogène, et Teréga, spécialiste du transport et du stockage de gaz, s'associent dans le stockage géologique d'hydrogène dit « vert » et lancent le projet pilote, baptisé « HyGéo ». À travers une installation pilote, HyGéo vise l'étude du stockage souterrain d'énergie via de l'hydrogène « vert », obtenu par électrolyse de l'eau. « Cet hydrogène non polluant sera stocké dans une cavité géologique abandonnée utilisée auparavant pour le stockage d'hydrocarbures. Grâce à des piles à combustible de forte puissance fournies par HDF, l'hydrogène stocké produira de l'électricité », expliquent les partenaires dans un communiqué commun.

Le projet est réalisé dans une ancienne cavité saline de la commune de Carresse-Cassaber en région Nouvelle-Aquitaine. La première phase d'Hygéo démarre par la réalisation d'une étude de faisabilité afin de caractériser le site, de valider la capacité de cette cavité à stocker de l'hydrogène et la pertinence économique d'un tel stockage. « Cette étude intégrera les aspects environnementaux, sociétaux et les modes d'exploitation impliqués par les nouveaux usages de l'hydrogène : Power to Power, Power to Mobility, Power to Industry et Power to Gas ». Puis les études d'ingénierie et de construction débuteront en 2022 pour une exploitation en 2024. HyGéo stockera environ 1,5 gigawattheure (GWh) d'énergie, soit l'équivalent de la consommation annuelle de 400 foyers. Le budget total pour la réalisation de ce site pilote est estimé à 13,5 millions d'euros. Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet, avec une subvention, pour la première phase, de 464 248 € versée à HDF, le coordonnateur du projet.

« Le stockage massif de l'énergie permet une forte intégration des énergies renouvelables intermittentes dans le mix électrique », soulignent les partenaires. « Il nécessite la disponibilité de grands volumes que peuvent offrir les ressources du sous-sol », ajoutent-ils. Le stockage d'hydrogène en cavité saline est « aussi une opportunité pour les réseaux dédiés à l'hydrogène dans le cadre d'une logistique de distribution à grande échelle ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Donc on utilise de l'énergie renouvelable pour électrolyser de l'eau et en séparer l'Hydrogène, ensuite organiser le stockage en cavité saline pour le puiser et faire fonctionner des piles à combustibles et produire de l'électricité.
Donc la vertu principale est le lissage de la production découplé du coté "Bio-climatiques" et "Sinusoïdal" des ENR c'est ça ?
Et trouver des cavités salines ou équivalentes sur tout le territoire ne fait soucis à personne, bien sur ...
L'Hydrogène et ses vertus, indéniables, sont à la mode et les spécialistes existants l'ont senti. Dans le projet présenté ils ne parlent que de stockage et de réutilisation d'un gaz (L’Hydrogène) issu d'un eau électrolysé , mais par qui ?

viel insoumis | 15 juillet 2020 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela ressemble de plus en plus à un truc de Shaddock... ActuE peut-il "creuser" un petit peu son analyse ?

Albatros | 22 juillet 2020 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager