En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Thon rouge : la position adoptée par la France ne satisfait pas

La décision était très attendue. La France se prononce finalement pour une interdiction assortie de conditions. Mais à vouloir préserver les thonidés menacés et les pêcheurs en difficulté, la position ne satisfait ni les ONG, ni les pros de la pêche.

Biodiversité  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Thon rouge : la position adoptée par la France ne satisfait pas
Un élevage de thon en Méditerranée
© Madmax
   
L'Union européenne attendait la décision française sur l'éventuelle interdiction du commerce international du thon rouge, pour s'exprimer d'une seule voix lors de la prochaine conférence des parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacée d'extinction (CITES).
La position française a finalement été annoncée ce midi au ministère de l'Ecologie conjointement par Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le Climat et Bruno Le Maire, ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche.

La France est favorable à l'interdiction du commerce international du thon rouge, au nom de la protection de l'espèce, avec un délai de mise en œuvre de 18 mois. ''La position française c'est de soutenir la proposition de Monaco d'inscription à l'annexe I de la Cites'', a déclaré Jean-Louis Borloo lors de la conférence de presse, tout en expliquant que le délai de 18 mois permettrait de procéder à l'analyse des stocks de cette espèce par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta) et la CITES.
L'une rendra ses conclusions en octobre prochain et l'autre en février 2011.

Cette décision est également conditionnée à ''la possibilité de maintenir une pêche côtière artisanale'', a précisé le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire. Cette pêche représente la majorité des navires et des emplois. ''C'est 180 bateaux et seulement 10% des quotas'', a rappelé Bruno Le Maire. La France demandera par ailleurs que la Commission européenne ''apporte des financements communautaires adaptés pour aider les thoniers qui ne pourraient pas poursuivre leurs activités'', a précisé M. Le Maire.

Une décision qui se veut consensuelle mais qui ne satisfait personne

Si cette décision entend préserver l'espèce et les intérêts des pêcheurs, elle ne satisfait finalement personne. Ainsi, pour Greenpeace, ''le gouvernement, et notamment Nicolas Sarkozy, qui devait arbitrer sur ce sujet, prétend jouer les sauveurs du thon rouge. On nous dit en substance : sauvons l'espèce, mais pas tout de suite !'', commente François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace. ''Le délai demandé pour mettre en oeuvre l'interdiction du commerce international est absurde : cela revient à passer à l'action après la bataille pour la survie du thon rouge !''. Du côté des pêcheurs c'est également la déception qui l'emporte. Ainsi Mourad Kahoul, Président du Syndicat des thoniers méditerranéens déclarait aux journalistes après un entretien au ministère de l'Agriculture, ''si on va à l'annexe 1, les pêcheurs ne se laisseront pas mourir […] on va vers une grosse crise''.

La position de la France sur l'inscription du thon rouge dans l'annexe I était très attendue : elle devrait entraîner une prise de position européenne, en vue de la prochaine Conférence des parties de la CITES. Si Nicolas Sarkozy s'est prononcé en faveur d'une interdiction totale en juillet dernier, suivi par le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Autriche et l'Italie, les pays du pourtour méditerranéen, principaux concernés par la question, sont opposés à une telle décision. Selon Greenpeace, les négociations pourraient se conclure entre les 27 avant l'entrée en fonction de la nouvelle Commission, en début de semaine prochaine. Reste ensuite à convaincre les autres parties de la conférence de la CITES (175 au total) à Doha du 13 au 25 mars prochain. ''La France va soutenir l'interdiction du commerce international sur le thon rouge, mais il faut que l'Europe la propose, la décide, et ensuite qu'à Doha, il y ait une majorité qualifiée'', a commenté Jean-Louis Borloo.

Réactions4 réactions à cet article

 
Réaction des pêcheurs

Bonjour,
L'article est intéressant mais on ne comprend pas la réaction des pêcheurs face à l'annexe 1 qui n'est pas expliquée dans le texte. Merci d'avance.

Vincent | 04 février 2010 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Réaction des pêcheurs

Bonjour,

Les pêcheurs de Thon y voient une menace pour leur avenir. D'où le propos du Président de la fédération "les pêcheurs ne se laisseront pas mourir"...

Bien à vous

La rédaction

David Ascher | 04 février 2010 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
annexe 1

"Les espèces inscrites à l'Annexe I sont les plus menacées de toutes les espèces animales et végétales couvertes par la CITES (voir l'Article II, paragraphe 1, de la Convention). Etant menacées d'extinction, la CITES en interdit le commerce international de leurs spécimens sauf lorsque l'importation n'est pas faite à des fins commerciales (voir l'Article III) mais, par exemple, à des fins de recherche scientifique. Dans ces cas exceptionnels, les transactions peuvent avoir lieu à condition d'être autorisées par le biais de la délivrance d'un permis d'importation et d'un permis d'exportation (ou d'un certificat de réexportation). Par ailleurs, l'Article VII prévoit des dérogations à cette interdiction et à ces obligations" (source site CITES) d'où le mécontentement des pécheurs qui ont peur pour leur avenir, ce que je comprends; mais là c'est au gouvernement de les aider à se reconvertir vers d'autres types de pèche.

DelphineB | 04 février 2010 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
surpèche

les Canadiens ont attendus trop longtemps pour protéger les stocks de morues :ils ne sont jamais remontés à leur niveau précédent;c'est fini.
La France va faire pareil avec le thon rouge;et la même chose avec l'anguille puisque la péche aux civelles est encore autorisée.
Les pécheurs de coquilles saint-jacques ont pourtant montré qu'une protection trés contraignante
était efficace.....

kine | 04 février 2010 à 13h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager