Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution des eaux : Total Petrochemicals France et Cokes de Carling condamnés

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Les sociétés Total Petrochimicals et Cokerie de Carling (Moselle) ont été condamnées le 2 mars par le tribunal d'instance de Saint-Avold respectivement à 7.200 et 1.500 euros d'amende, notamment pour ne pas avoir livré d'études concernant une pollution souterraine des eaux au benzène.

''Plusieurs arrêtés préfectoraux leur avaient demandé de fournir des études, jamais rendues ou avec retard, sur l'analyse, le confinement et le traitement des pollutions'', ont rappelé les associations environnementales France Nature Environnement (FNE) et l'ADELP (Association agréée pour la défense et la lutte contre la pollution de Moselle-Est), parties civiles dans un communiqué. Les deux associations estiment que les sociétés ''ne semblaient pas empressées'' de dépolluer les anciens sites d'exploitation à l'origine de la pollution des eaux ''pour lesquelles des travaux de dépollution devaient débuter début 2008''. ''On trouve dans la nappe, en dehors de l'emprise du site, des concentrations 20.000 fois supérieures à la norme en benzène qui risquent d'atteindre des captages d'eau potable'', a souligné Michel Kaspar, président de l'ADELP.

Selon les deux associations, 
Total Petrochemicals a en outre été condamnée pour ne pas avoir informé suffisamment tôt la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE) d'une panne à l'origine d'une pluie d'hydrocarbures sur l'Europort de Saint-Avold le 6 novembre 2008.

FNE et l'ADELP se félicitent de ce jugement ''qui réaffirme la responsabilité des industriels'' et du principe ''du pollueur-payeur''. Pour Marc Sénant, chargé de mission sur les risques industriels à FNE, ''en affirmant de la sorte la responsabilité des industriels face aux impacts qu'ils génèrent, le juge évite que la facture d'une dépollution soit supportée par les ''pollués'', qui payent déjà un prix fort en termes de santé et de qualité de vie. Ce type de décision amène nécessairement les industriels à reconsidérer l'intérêt et l'importance de la prévention''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Traitement ex-situ des sols pollués ou contaminés Biogénie