Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

TotalEnergies installe la plus grande centrale solaire sur suiveurs sur le site d'un ancien oléoduc

TECHNIQUE  |  Energie  |    |  F. Gouty
TotalEnergies installe la plus grande centrale solaire sur suiveurs sur le site d'un ancien oléoduc

Le 2 décembre, une centrale solaire de 80 000 panneaux photovoltaïques sur suiveurs (ou « trackers »), qui les orientent en fonction de la position du soleil, a été inaugurée à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Selon le porteur du projet, TotalEnergies, il s'agit de la plus grande centrale du genre en France. D'une puissance de 33 mégawatts-crête (MWc) pour une production électrique annuelle de 55 gigawattheures (GWh), cette dernière couvre 49 hectares.

Cette surface correspond à une ancienne zone de chasse appartenant à la Société du pipeline sud-européen (SPSE), délaissée depuis un incendie intervenu durant l'été 2016. L'entreprise en question appartient en partie à TotalEnergies, ainsi qu'à d'autres groupes similaires, comme Exxon ou BP. Fondée en 1958, elle exploite un oléoduc de 769 kilomètres reliant Fos-sur-Mer à Karisruhe, en Allemagne. En août 2009, une importante fuite de pétrole se déverse jusque dans la réserve naturelle des Coussouls de Crau voisine. Le pipeline a été peu à peu abandonné depuis et n'alimente plus aucun site jadis desservi. Cependant, le site de Fos-sur-Mer comprend toujours plusieurs réservoirs d'hydrocarbures à proximité directe de la nouvelle centrale solaire.

Ce projet permet donc, à TotalEnergies et à la SPSE, de « valoriser un foncier inexploité ». Du fait de la proximité des réservoirs, « le terrain ne peut pas convenir pour l'agriculture, ni pour une urbanisation, explique TotalEnergies. Ainsi, la vocation des parcelles concernées par le projet n'entre pas en compétition avec d'autres usages ». Par ailleurs, le groupe français affirme souhaiter « préserver la biodiversité locale » en favorisant la « nidification du milan noir (Milvus migrans) aux alentours du site » et « la présence d'ovins qui viendront, en toute sécurité, pâturer sur le site » pour l'entretenir sans recourir à des engins mécaniques.

Lauréat de deux appels d'offres de la Commission de régulation de l'énergie (CRE 4.5 et CRE 4.6) en 2019, le parc de la Feuillane a été mis en service au mois de février 2022. Il a été en partie financé, à hauteur de 3,25 millions d'euros, par deux campagnes de financement participatif portées par Enerfip dans quatre départements (Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse et Gard). L'électricité produite sera bien injectée dans le réseau dans le cadre d'un contrat d'obligation d'achat par EDF, mais elle profitera également indirectement à chaque contributeur sous la forme d'une réduction de leur facture d'électricité.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Micro-onduleur YC1000-3, pour centrales solaires tertiaires/industrielles APsystems
Votre conseil en Droit des Énergies Renouvelables Green Law Avocat