En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Coronavirus : malgré la pandémie, le trafic d'écailles de pangolins continue

Biodiversité  |    |  Hortense Chauvin  |  Actu-Environnement.com

Le 31 mars 2020, 6,16 tonnes d'écailles de pangolins ont été saisies à Port Kelang, en Malaisie, selon l'association Robin des bois. La cargaison, estimée à 17,9 millions de dollars (soit 2 900 dollars par kilo d'écailles), avait vraisemblablement pour destination la Chine, pays où la demande d'écailles de pangolins, utilisées à des fins médicinales, est particulièrement importante. Le pangolin fait partie des animaux les plus touchés par le trafic au monde. Les pangolins chinois, philippins et javanais sont aujourd'hui en danger critique d'extinction.

Il s'agit de la saisie d'écailles la plus importante en Malaisie depuis le début de l'année. Officiellement, le porte-conteneur incriminé transportait des noix de cajou en provenance de l'Afrique de l'Ouest. La durée d'un voyage entre l'Afrique de l'Ouest et la Malaisie étant d'environ deux mois, ce trafic, selon l'association, aurait donc été organisée début 2020, c'est-à-dire après le début de l'épidémie de Covid-19, et ce, alors que l'émergence de zoonoses est fortement liée au trafic d'espèces sauvages.

Cette filière de trafic avait déjà été repérée à plusieurs reprises par les autorités : en mai 2019, 5 264 tonnes d'écailles de pangolins avaient été saisies au Vietnam dans deux conteneurs maritimes en provenance du Nigéria. Le chargement contenait 151 sacs d'écailles, et 63 sacs de noix de cajou. En 2012 et 2014, des cornes de rhinocéros et de l'ivoire avaient également été trouvés dans des porte-conteneurs transportant officiellement des fruits à coque.

Réactions4 réactions à cet article

 

aucune raison que son intensité soit inférieure à celle d'autres médicaments ou pseudo médicaments soit interdits soit contraints comme la chloroquine et ses dérivés par exemple !

zhaooo2000 | 07 avril 2020 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"La Chine s'éveille" disait la propagande maison à une certaine époque. On a du mal à y croire quand on voit qu'on est toujours capable d'attribuer tel ou tel soit-disant mérite à telle ou telle partie du corps de telle ou telle espèce, quitte à alimenter un commerce aussi criminel que cruel.
Et quand on sait - ou découvre à l'occasion de l'actuelle pandémie - que nos grandes entreprises pharmaceutiques y ont toutes délocalisées leurs productions (avec l'Inde), il y a de quoi frémir pour notre système de santé...

Pégase | 07 avril 2020 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est aussi con que les huiles essentielles...

Albatros | 07 avril 2020 à 13h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

au moins avec les huiles essentielles on ne massacre pas les animaux!

MNM | 08 avril 2020 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager