Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Transition écologique, Mer et Santé : les trois ministres qui vont quitter le gouvernement

Gouvernance  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Leur passage dans le premier gouvernement du second mandat d'Emmanuel Macron aura été de courte durée : trois ministres fraîchement nommées, vendredi 20 mai, devront démissionner comme prévu au vu de leurs résultats au second tour des législatives. Ainsi Amélie de Montchalin, actuelle ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, n'a remporté que 46,64 % des suffrages, selon le ministère de l'Intérieur, face à Jérôme Guedj (Nouvelle Union populaire écologique et sociale, Nupes) dans la 6e circonscription de l'Essonne (91).

C'est également le cas de Justine Benin, secrétaire d'État chargée de la Mer, avec 41,35 % des voix dans la 2e circonscription de Guadeloupe, face à Christian Baptiste (divers gauche).

Brigitte Bourguignon, ministre de la Santé et de la Prévention, devra également quitter le gouvernement. Elle affiche un score de 49,94 % des voix, face à Christine Engrand (Rassemblement national) dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais (62).

La question se pose aussi pour Élisabeth Borne. Si la Première ministre est élue, avec 52,46 %, dans la 6e circonscription du Calvados, sa faible avance par rapport au candidat de la Nupes, Noé Gauchard (47,54 %), n'appuie pas un maintien à la tête du gouvernement. Gouvernement qui devrait dévoiler un remaniement ministériel d'ici peu.

Réactions6 réactions à cet article

 

Pas plus mal qu'il redescende un peu sur Terre, pépère Jupiter. Je doute néanmoins de son étoffe pour affronter les temps très durs qui s'annoncent, surtout s'il persiste dans les âneries de la politique énergétique erratique lancée depuis quelques décennies... sur la base de scénarios écolo-malthusiens qui nous entraînent rapidement vers la pénurie et la misère.
Courage !

Albatros | 21 juin 2022 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas de regret concernant Amélie de Lombard de Montchalin (sic!), libérale bon teint passée par BNP-PARIBAS et AXA et issue de l'UMP, dont la crédibilité en matière d'environnement est proche de 0!
Espérons que sa ou son successeur en ait davantage, ce qui n'est pas gagné vue les tractations politiques qui s'engagent....

BIB57 | 21 juin 2022 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

jugement trop rapide voire idéologique / de Montchalin. Sa dynamique, prise en main des dossiers, son adaptabilité en faisait au contraire un ministre qui aurait pu faire avancer la cause de la transition écologique avec plus de réalisme , de rigueur que certains écologistes militants ......

Ségala | 21 juin 2022 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Ségala
Pas de l'idéologie mais des faits: en tant que députée elle a voté contre l'interdiction du glyphosate, contre l’arrêt de l’incitation à utiliser de l’huile de palme, contre l’indemnisation des victimes de pesticides ou encore contre l’interdiction des pesticides à proximité des habitations, contre l'interdiction de production, stockage ou vente de produits phytopharmaceutiques non autorisés en Europe. Elle n'a pas voté lors du scrutin amenant à voter pour ou contre l'interdiction des perturbateurs endocriniens dans les cantines scolaires, ni sur l'interdiction d'importer des denrées produites en utilisant des substances interdites dans l'Union européenne.
Belle illustration de la rigueur et du "réalisme" macronien dont vous vous faites le porte parole!

BIB57 | 21 juin 2022 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord avec BIB57. Le bilan parlementaire de Mme Amélie de Lombard de Montchalin (manifestement, le filtre à particules n'est toujours pas obligatoire sous la Vème République !), mais aussi son parcours professionnel dans de grands groupes qui s'illustrent régulièrement dans de graves atteintes à l'environnement, sont très explicites et rendaient illégitime sa nomination au poste de ministre de la transition écologique. Les électeurs de sa circonscription ne s'y sont heureusement pas trompés en la désavouant.
Pour autant, je ne suis pas inquiet pour son avenir professionnel et il serait intéressant de voir auprès de quel grand groupe grignoteur de la planète elle va mettre à disposition, contre juteuse rémunération cela s'entend, ses talents très XXème siècle.

Pégase | 21 juin 2022 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase & BIB57, quel sectarisme ! Une personne qui connaît les entreprises est au moins aussi bien placée, ne serait-ce que pour faire l'analyse des impacts sociaux et économiques des gabegies écolos dans lesquelles notre malheureux pays s'enfonce.
Bientôt pénuries et rationnements vont faire leur apparition du fait de ces âneries, notamment celle de tabasser l'offre d'énergie sans travailler sérieusement à réduire la demande sans dégâts monstrueux au plan social (plan social, c'est le cas de le dire).
Courage à ceux qui bossent dans les boîtes !

Albatros | 21 juin 2022 à 14h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager