En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

S'appuyer sur les paysages pour orienter les transitions

Et si le dénominateur commun des transitions écologique, agricole, énergétique etc. était le paysage ? Celui-ci éviterait de rester dans une approche technique et spécialisée et permettrait d'avoir une vision transversale de ces problématiques.

Décryptage  |  Aménagement  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
S'appuyer sur les paysages pour orienter les transitions

Ce quinquennat devrait être marqué par un grand nombre de lois visant à engager la France dans une transition écologique, mais aussi énergétique, agricole et urbanistique. Loi de programmation sur la transition énergétique, loi d'avenir pour l'agriculture, loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové, loi cadre sur la biodiversité… sont ou vont bientôt être à l'étude au sein des deux assemblées. L'ensemble de ces textes va refaçonner nos territoires, comme l'ont déjà fait les choix politiques passés dans ces domaines. C'est pourquoi les auteurs pluridisciplinaires de l'ouvrage Paysages de l'après pétrole proposent d'organiser les futures transitions à travers le prisme du paysage. Plusieurs d'entres eux étaient invités à partager leurs réflexions avec les députés de la commission Développement durable, le 22 janvier dernier.

Les projets sociaux modèlent les paysages

"L'aménagement du territoire a évolué de manière radicale en quelques décennies avec le pétrole", rappelle Odile Marcel, philosophe et écrivain. Autoroutes maillant le territoire, zones commerciales à l'entrée des villes, lotissements en périphérie… constituent ainsi le "paysage du pétrole".

Le choix d'une agriculture industrielle, au sortir de la deuxième guerre mondiale, a lui aussi profondément bouleversé la physionomie des territoires français. "Il a fallu agrandir les parcelles pour permettre la mécanisation, ce qui a conduit au remembrement", souligne Baptiste Sanson, agronome. Ce réaménagement du foncier agricole a conduit à une plus forte spécialisation des cultures, et à une uniformisation de certains paysages.

"Depuis quelques décennies, le fonctionnel a pris le pas sur la forme, le beau, la qualité… On a misé sur des installations performantes sans identifier les dommages collatéraux. Le périphérique parisien en est le parfait exemple. Or, il faut trouver un équilibre entre l'économie, l'environnement, le social… Les implantations techniques répondent à des projets de société et ne se résument pas à leur fonctionnalité. Il faut une mise en forme, une mise en cohérence des différentes politiques sectorielles…", analyse Odile Marcel.Ce qui a été fait avec le tramway parisien, estime la philosophe : "Là, il y a eu une mise en compatibilité des fonctions : il est efficace, mais aussi agréable avec sa bande enherbée".

L'avantage, c'est que le paysage est une notion que tout un chacun peut s'approprier. Tandis que les débats publics sur tel projet énergétique, telle infrastructure tournent rapidement au débat de techniciens. "Le paysage, c'est un bel outil de démocratie locale et de réappropriation du débat", estime Sébastien Giorgis, architecte paysagiste. Définir le paysage, c'est en effet définir le territoire dans lequel on vit et le projet que l'on veut y inscrire.

Cette notion devrait d'ailleurs être bientôt inscrite dans la loi, puisque le projet de loi cadre sur la biodiversité prévoit un objectif de qualité paysagère. "Ce terme de qualité est très important : on n'est pas dans la protection d'un paysage figé, mais dans la création de nouveaux paysages de qualité", souligne l'architecte. Car le piège, c'est aussi de vouloir fixer certaines représentations du paysage, alors que celui-ci a toujours suivi l'évolution de la société.

Un outil pour penser les évolutions futures

"Si le paysage permet de comprendre comment fonctionne une société, c'est aussi un outil pour penser ses évolutions", peut-on lire dans l'éditorial de l'ouvrage. Les auteurs montrent, à travers de nombreux exemples, comment le paysage permet de co-construire un projet de société, en lien avec les particularités du territoire, à l'opposé du modèle unique à décliner.

"Fréquemment, les projets énergétiques font l'objet de contentieux sur les territoires, et le paysage est souvent invoqué. Mais on constate que, dans les territoires à énergie positive, les populations sont associées aux projets et ceux-ci sont beaucoup mieux acceptés", relève Sébastien Georgis. Et de citer l'exemple du plateau de Saint-Agrève (Ardèche) approché par des promoteurs pour installer des éoliennes. Ce projet a permis d'ouvrir une réflexion large sur le projet de ce territoire à l'horizon 2030, tant sur le plan démographique, qu'économique ou énergétique. Après deux ans de travail et de concertation, l'installation d'éoliennes a été inscrite dans le projet, et leur localisation a fait l'objet de débat. "Il faut une prise en compte des populations et donner de la valeur aux nouveaux aménagements. L'inscription des terrils du Nord au patrimoine mondial de l'Unesco montre que la valeur des choses est souvent culturelle".

Parfois, au contraire, les projets d'infrastructures apparaissent déconnectés de leur territoire. La forte opposition rencontrée par le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne serait-elle pas le symptôme d'une ville qui grignote ses campagnes, sans réflexion commune sur le projet local ?

Les populations, mais aussi les acteurs doivent être associés aux discussions. Pour Baptiste Sanson, la transition agro-écologique devra passer par une transformation des paysages agricoles. "A la bergerie de Villarceaux (Val d'Oise), pour passer d'une agriculture conventionnelle à une agriculture respectueuse de l'environnement, il a fallu, avant de changer les pratiques, repenser le cadre spatial. Que ce soit en divisant les parcelles, en replantant des bandes enherbées, des haies, des arbres". Cette évolution demande du temps mais permet de "joindre l'utile à l'agréable : la bergerie est désormais un espace de production, mais aussi de vie, de loisirs, avec des sentiers de promenade…". Le paysage devient polyvalent, et non monofonctionnel.

L'urbaniste Christophe Bayle travaille quant à lui, depuis plusieurs années, sur les lisières urbaines. Ces territoires, à la limite de la ville, nés de l'étalement urbain et de la désurbanisation, sans véritable projet. La lisière francilienne se déroulerait sur 13.800 km et 10 à 20 km d'épaisseur. Selon lui, "l'avenir de la région dépend de cette zone en attente d'un véritable projet, d'une émergence sociale". Outre les zones pavillonnaires symboles de l'étalement urbain, s'y sont développées les grandes cultures de manière hégémonique (80% de la surface agricole utile). Résultat : "2% des fruits et légumes consommés à Paris sont produits dans sa périphérie quand San Francisco atteint 50%". Or, "décentrer" et repenser cette lisière permettrait de donner une identité, des fonctions et donc une attractivité à ce territoire délaissé.

Réactions9 réactions à cet article

 

Il me semble que le climat de San Francisco est bien meilleur pour la culture de fruits que celui de Paris. Non?

Albatros | 28 janvier 2014 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ce quinquennat devrait être marqué par un grand nombre de lois visant à engager la France dans une transition écologique, mais aussi énergétique, agricole et urbanistique."

Autrement dit vers le déclin économique, le chômage te la misère !

Laurent Berthod | 28 janvier 2014 à 22h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Albatros,

Si chaque parisien plantait un oranger sur son balcon, vous verriez le résultat ! Il serait souhaitable d'instituer une écotaxe sur les balcons non cultivés.

Laurent Berthod | 29 janvier 2014 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

transition écologique ...! avec des éoliennes pharaoniques partout couplées avec du nouveau thermique pour pallier au manque de vent ...tout ça pour quelque % réellement sans co2 ....vendu à prix d'or garanti pour enrichir quelques multi nationales ....je ne crois pas que ça soit intéressant de dénaturer tous nos paysages contre un résultats si pitoyable !
il y a tellement d'argent à gagner ( ou a faire payer ! ) que pour les promoteurs et politiques, le paysage est bien le dernier de leurs soucis ...d'ailleurs les enquêtes publiques ne sont bien souvent que des formalités .
bref , d'accord pour la polyvalence avec la population associée ...du locale mais non au massacre inutile ou peu efficace.
Je crois qu'on oublie qu'on vie aussi pour les paysages , la beauté , les émotions et l'amour . Du n'importe quoi , des paysages dénaturés auront inévitablement des conséquences sociologiques et même financières graves .
...et qu'on me dise plus "qu'elles seront comme des alumettes sur l' horizon " ...pour cela, avec 170 m de haut pour le offshore il faut 40 km !!!!

carl | 29 janvier 2014 à 16h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ce quinquennat devrait être marqué par un grand nombre de lois visant à engager la France dans une transition écologique, mais aussi énergétique, agricole et urbanistique."


Autrement dit vers la croissance, le relocalisation des emplois, la circularisation de l'économie et l'apport d'une véritable richesse du territoire.

Terra | 29 janvier 2014 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore un lieu commun dont la fausseté est démontrée tous les jours par la réalité.

Laurent Berthod | 29 janvier 2014 à 18h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Je fais mienne la devise de La Fontaine quand j'entends les mirifiques promesses d'emplois verts. A ce jour je n'ai vu que la requalification en vert des métiers du recyclage et des déchets (bravo Veolia, Suez qui sont devenues tout d'un coup vertueuses...) et des métiers d'enfumeurs comme celui des consultants labellisés calculateurs de bilans carbone et/ou "acévistes" qui pratiquent une activité parasite qu'ils souhaitent rendre obligatoire, en prétendant que leurs bidonnages sauveront la planète.
Et les emplois de production, même quand ils sont faits avec des process performants, sont déqualifiés: regardez ici la haine déversée sur l'agriculture, par exemple.
Je prétends qu'un agriculteur, même conventionnel (diabolisé ici) a une utilité sociale cent fois plus grande qu'un acéviste vendeur de données bidon.

Albatros | 29 janvier 2014 à 22h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le paysage n'est défendu ,dans les départements ,que par l'ex Commission des sites -devenue CDNPS -Or cette commission est composée de telle sorte que les défenseurs de la beauté des espaces y sont souvent minoritaires. On y voit des fonctionnaires obéir à la fameuse doctrine "l'Etat ne parle que d'une seule voix".Donc se ranger du côté de l'économie immédiate et non de la prise en compte de la sensibilité aux harmonies des sites.
Enfin cette instance n'est que consultative ,le préfet peut fort bien passer outre ses conclusions, voir remettre à l'ordre du jour le même dossier ,si la CDNPS n' a pas pris le parti qu'il souhaitait. L'exemple le plus crucial actuellement ,est celui des éoliennes.

Sirius | 31 janvier 2014 à 11h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
On pourra utilement se reporter au blog de la Bergerie de Villarceau, notamment au billet en date du 21/11/2013 sur le "Séminaire Agropaysage 2013 : Le paysage comme lien entre les projets d'agriculture et d'urbanisme ?", qui parle de "la construction de nouvelles synergies entre la ville et ses franges agricoles ou naturelles" !

hlnlink | 05 février 2014 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…