En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition écologique : les premières déclinaisons de la feuille de route

Deux mois après la conférence environnementale les ministres ont tenu un premier séminaire gouvernemental sur la transition écologique. L'occasion de faire un premier bilan sur l'avancement de la feuille de route.

Gouvernance  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
 Transition écologique : les premières déclinaisons de la feuille de route

"Aujourd'hui, 30% des engagements, qui sont dans la feuille de route de la transition écologique, sont d'ores et déjà tenus", a souligné Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie, à l'issue du séminaire gouvernemental de la transition écologique. Bonus-malus sur les véhicules écologiques, TGAP, rejet des demandes de permis concernant le gaz de schiste : le gouvernement considère que certains sujets ont déjà bien avancé.

A l'avenir, l'évolution effective de la réalisation des engagements devrait pouvoir être suivie : le gouvernement s'est engagé à publier tous les trois mois un tableau de bord.

Dans la mise en place de la transition écologique, deux priorités se dégagent : tout d'abord, la croissance verte avec la création d'emplois dans les domaines des éco-industries, de l'efficacité énergétique, du génie écologique, de l'économie circulaire, etc.

Le gouvernement s'est fixé un objectif d'au moins 100.000 emplois d'ici trois ans. "Des indicateurs de croissance verte permettront également de vérifier, mois après mois, la création d'emplois", a précisé la ministre de l'Ecologie.

D'autres ministères se sont également penchés sur ce sujet. Ainsi, Michel Sapin, ministre du Travail a assuré que les entreprises françaises qui s'engagent en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE) devaient bénéficier d'un avantage compétitif.

"Les investisseurs disposeront de ce critère lorsqu'ils effectueront leurs choix", a détaillé Delphine Batho. Thierry Repentin, ministre de la formation professionnelle et de l'apprentissage est revenu sur l'importance des transitions professionnelles : l'évolution des procédés industriels doit pour lui s'accompagner d'une transformation des métiers afin de créer de l'emploi.

Enfin, Genevière Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a pointé que le développement des énergies renouvelables devait également se traduire par des créations d'emplois et un développement technologique.

Un nouveau modèle agricole basé sur l'intensité écologique

Le cadre de vie constitue la seconde priorité fixée par le Gouvernement (économies d'énergie, changement du modèle agricole, santé environnementale, etc.). Stéphane le Foll, ministre de l'agriculture présentera le 18 décembre un nouveau modèle agricole "basé sur l'intensité écologique". Le gouvernement vise "des progrès agronomiques qui permettent d'utiliser moins de pesticides, moins d'intrants, de consommer moins de ressources tout en satisfaisant les objectifs de productivité" .

Ces différents engagements seront formalisés dans une lettre de cadrage individualisée pour chaque ministère. "Les lettres de cadrage font être finalisées : elles seront publiées la semaine prochaine", a indiqué Delphine Batho.

Réactions9 réactions à cet article

 

parlons de santé environnementale,disons simplement le taux de cancers a -t-il diminuer, y a t il moins de terres polluées, moins d'enfants même pas nés déjà condamnes, car sa mère est déjà touchée par les polluants rejetés par les incinérateurs de France.

si c'est ça que la ministre nous propose, je demanderais aux élus, préfets, maires, A QUI PROFITE LE CRIME.

Groupement d'Associations de Defense de l'Environnement du Finistere | 06 décembre 2012 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les incinérateurs, c'est la façon la plus saine d'éliminer vos déchets, Messieurs et Mesdames les écologistes !

Laurent Berthod | 06 décembre 2012 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

si c'est votre idée,pourquoi pas
MAIS: incinérateur, pas de recyclage car si recyclage rien a manger pour l'incinérateur.donc plus de pollution dioxines métaux lourds pollutions des terres, moins de cancers et plus de chance pour nos enfants et petits enfants, car pour l'instant tellement d'enfants naissent condamnés par:
la pollution respiré par les parents habitant prés des incinérateurs, suivez un peu les informations sur le net voyez le cri des associations de défense de l'environnement qui se heurtent a la mains mise des multinationales, avec la complicité de l'administration français.
sur le net tapez Gilly sur Isère et tant d'autres sites tous autant pollués.
bonne lecture

Groupement d'Associations de Defense de l'Environnement du Finistere | 06 décembre 2012 à 11h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Depuis Gilly, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Les technologies évoluent, ainsi que la surveillance des installations. Dans la planification de la gestion des déchets, il ne doit pas y avoir d'impasse: la réduction, le recyclage, le tri, la valorisation (y compris sous forme d'énergie: chaleur et électricité). Le groupement est dans une région qui, faute de traitement, exporte ses déchets dans les régions voisines et qui, faute d'installations, importe son électricité desdites régions voisines. Les incinérateurs de France ne sont pas à clouer au pilori d'une manière aussi sommaire.

Albatros | 06 décembre 2012 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je connais bien le cas de Gilly-sur-Isère. 1°C'est un incinérateur qui n'était pas aux normes qui, par ailleurs, sont de plus en plus strictes (et les techniques de plus en plus pointues).

2° Aucune augmentation des pathologies cancéreuses, même dans ce cas là.

3° J'en conclus que tout ça et le reste ne sont que des boniments colportés par des agitateurs militants activistes.

Laurent Berthod | 06 décembre 2012 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le Tribunal de la Haye, c'est la façon la plus saine d'éliminer les lobbys et politiciens véreux où jugent et parties, Messieurs et Mesdames qui votent pour l'intérêt général !!!

Eau Pure | 06 décembre 2012 à 15h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les talibans de l'écologisme n'agitent la menace du TPI que parce qu'il y a de moins en moins de gens qui croient à leurs fatwas catastrophistes !

Laurent Berthod | 06 décembre 2012 à 15h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui est ce personnage qui ose signer "Groupement d'Associations de Defense de l'Environnement du Finistere".

Ce groupement sait-il que quelqu'un s'exprime -- et comment ! -- en son nom ?

Wackes Seppi | 06 décembre 2012 à 19h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais où est donc passée la transition énergétique?
l'objectif de 50% d'électricité nucléaire et comment y parvenir?
disparition totale dans une forêt de trucs écologiques qui ne verront jamais le jour: on a créé un soviet pour mieux enterrer la dossier.

Lhommedelabaie | 30 janvier 2013 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…