En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition énergétique : la guerre Brottes-Chanteguet continue

Une commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi sur la transition énergétique pourrait être créée à l'Assemblée afin de départager le président de la commission des affaires économiques et son homologue du développement durable.

Energie  |    |  Entourages

Le député PS de l'Isère François Brottes était pourtant sûr de lui : le projet de loi de programmation sur la transition énergétique, dont la présentation par le ministre de l'écologie Philippe Martin est prévue pour le printemps, devait être examiné par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, qu'il préside.

C'était sans compter sur la contre-offensive du président socialiste de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, Jean-Paul Chanteguet, qui revendique lui aussi l'examen du texte. Le député PS de l'Indre aurait été informé de l'arbitrage rendu en faveur de François Brottes par le cabinet du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, opposé à son collègue Philippe Martin sur la question des gaz de schiste. Jean-Paul Chanteguet a alors fait pression sur Matignon pour rebattre les cartes.

Casting incertain

Face à cette bataille entre députés socialistes, le gouvernement serait prêt à appliquer un scénario intermédiaire, approuvé par les membres de la commission développement durable tels que la députée PS de l'Ardèche Sabine Buis. Suivant une pratique toute hollandaise de la synthèse, il s'agirait d'installer une commission spéciale, composée à parts égales de membres des deux commissions.

Deux rapporteurs seraient nommés dont, pour le développement durable, le député PS de la Gironde Philippe Plisson, président du groupe d'études chasse et territoires. Ultime disposition : afin de désamorcer tout conflit entre élus socialistes, cette commission spéciale serait présidée par… un membre de l'opposition.

Problème : à l'Assemblée, ni l'UMP ni l'UDI ne disposent de vrais spécialistes de l'énergie depuis le départ des trois élus de droite experts sur ce sujet sous la précédente législature : Jean-Claude Lenoir, élu sénateur en 2011, ainsi que François-Michel Gonnot et Claude Gatignol, vaincus lors des législatives de 2012. Pourtant, plusieurs noms circulent déjà dans les couloirs du Palais-Bourbon, dont celui du député UMP du Vaucluse Julien Aubert, qui tente de s'imposer sur ce secteur en tant que coprésident du groupe d'études sur les énergies. Il vient d'ailleurs de lancer son "contre-débat" sur la transition énergétique aux côtés de son homologue Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais, afin de constituer le programme du parti de Jean-François Copé en matière énergétique. Le député UMP du Bas-Rhin Antoine Herth, proche de Bruno Le Maire et spécialiste des OGM, est aussi cité.

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [20746] / utilisation du flux d'actualité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager