Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'institut Montaigne veut replacer le nucléaire au cœur de la transition énergétique

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Rappelant les objectifs climatiques de la France, l'institut Montaigne plaide une nouvelle fois en faveur du nucléaire, dans une note publiée le 8 juin. Les débats sur la transition énergétique ont tendance à se focaliser sur le nucléaire et les énergies renouvelables, délaissant une grande partie des autres défis, regrette-t-il. Or, "l'enjeu, pour réduire l'émission de GES [gaz à effet de serre], n'est pas tant de substituer de l'électricité renouvelable à l'électricité nucléaire, que de diminuer nos importations d'hydrocarbures, principales responsables de nos émissions de GES notamment dans le secteur du chauffage et des transports". Dans ces deux secteurs, l'électricité a un rôle à jouer pour réduire l'empreinte carbone, souligne-t-il.

Plaidant pour une rationalisation du soutien public aux énergies renouvelables, il souligne que "le marché de l'électricité est incapable de fournir un signal prix de long terme permettant d'inciter des producteurs à investir dans des actifs de production fortement capitalistiques", notamment le nucléaire. L'institut est favorable au lancement du Grand carénage "en décidant la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires existantes, tant que leur sûreté est garantie et que c'est économiquement rentable". Il soutient également le lancement d'un nouveau nucléaire "compétitif [qui] abaisserait les prix de l'électricité". L'institut est favorable à la mise en place d'un contrat pour différence pour les nouveaux réacteurs, s'appuyant sur l'exemple de Hinkley Point qui a obtenu un tarif garanti pour 35 ans.

Réactions1 réaction à cet article

 

La stratégie énergétique du pays ne se résume pas à sa stratégie en matière d’électricité. Il n’y a pas que le nucléaire pour diminuer les importations d’hydrocarbures, responsables des émissions de GES. Une action vigoureuse et volontariste pour développer le biométhane pour se substituer progressivement au gaz naturel, essentiel aujourd’hui pour assurer la sécurité d’approvisionnement en période hivernale, est tout aussi pertinente.

Florence | 09 juin 2017 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Eolien : évaluez la faisabilité de votre projet VDN GROUP