En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transport des marchandises : une mutualisation de moyens nécessaire

Pour optimiser le transport des marchandises et diminuer ses émissions de gaz à effet de serre, la mutualisation des moyens entre entreprises, rendue possible grâce au TIC, apparaît comme une solution complémentaire à celles existantes.

Transport  |    |  Clément Cygler Actu-Environnement.com
   
Transport des marchandises : une mutualisation de moyens nécessaire
   

Le Grenelle de l'environnement s'est fixé comme objectif de diminuer de 20 % les émissions liées au transport de marchandises d'ici 2020. Comme à l'horizon 2050, le transport routier restera fortement dominant, des développements ont été entrepris pour l'amélioration continue des motorisations des véhicules. Ces progrès n'étant pas suffisants pour atteindre les valeurs escomptées, la France devra faire évoluer la part de marché du non-routier pour les marchandises de 14 % en 2007 à 25 % en 2022. Requis depuis plusieurs années, le report modal a pourtant du mal à se développer en France, contrairement à d'autres pays européens comme les Pays-Bas ou l'Allemagne.

L'importance de la mutualisation des moyens

Pour participer à l'atteinte de ces objectifs, la quatrième édition du programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres (Predit 4), à travers son programme Logistique et transport de marchandises, souhaite favoriser l'émergence de chaînes logistiques intégrées efficaces sur le plan environnemental. "Une évolution des organisations s'avère indispensable et la recherche explore activement la voie de la collaboration inter-entreprises qui, tout en préservant leur indépendance, leur permettra de répondre aux défis du marché actuel", souligne ainsi le Predit 4. Ce dernier a donc intégré, depuis 2008, plusieurs projets de recherche sur la mutualisation dans le transport de marchandises.

Rendue possible par l'évolution et la généralisation des technologies de l'information et de la communication, la mutualisation des moyens dans le transport de marchandises apportent plusieurs avantages au niveau économique et environnemental. Outre la création de nouveaux services, la collaboration interentreprises peut ainsi aboutir à l'optimisation des coûts et à l'amélioration des taux d'utilisation. En augmentant ce taux, le nombre de camions transportant des marchandises sera donc réduit ce qui diminuera les impacts environnementaux de la distribution en termes de nuisances sonores, visuelles et d'émissions de polluants, notamment dans le milieu urbain.

Utiliser les espaces vacants des véhicules de transport

Parmi les différents projets de recherche menés dans le cadre du Predit 4 sur le thème logistique et transport de marchandises, celui labellisé par le pôle de compétitivité Advancity vise à améliorer la livraison et l'enlèvement de marchandises en zone urbaine. Baptisé LUMD, ce projet qui est coordonné par la société Presstalispropose d'identifier, d'assembler, d'organiser et de commercialiser les capacités résiduelles de différents logisticiens et transporteurs pour répondre à tout type de demandes de livraison et de stockage. "L'emploi des capacités résiduelles disponibles permet d'optimiser et d'accroître la rentabilité des moyens logistiques existants dans un souci de maîtrise de l'impact sur l'environnement des livraisons en ville", souligne Christophe Poteloin, directeur du développement logistique durable chez Presstalis, tout en ajoutant que cette "optimisation se fait par la consolidation du fret urbain et la diversification de l'approche consommateur par le multi modal (camionnette, vélo, triporteur, tram, bus…)". Pour y parvenir, une plate-forme d'intermédiation sur Internet mettra en relation les acteurs "offreurs et demandeurs de capacité", et offrira la possibilité de suivre entièrement les opérations d'acheminement des marchandises.

Ce système dont la conception a nécessité près de trois ans de recherche, devrait être testé courant 2012 dans la ville de Strasbourg avant une possible commercialisation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager