En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

6 transporteurs routiers signent la charte d'engagements volontaires de réduction des émissions de CO2

Acteur économique important mais contributeur aux émissions de gaz à effet de serre, le secteur du transport routier de marchandise veut tenter de réduire son impact. Six entreprises volontaires sautent le pas en signant une charte d'engagements.

Transport  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
6 transporteurs routiers signent la charte d'engagements volontaires de réduction des émissions de CO2
   
Le transport routier de marchandises représente en France 37.000 entreprises, 450.000 véhicules de plus de 3,5 tonnes et 420.000 emplois. Par leur flexibilité, leur rapidité et donc leur rentabilité, les poids lourds constituent depuis de nombreuses années le maillon central du transport de marchandises en assurant 80 % des échanges commerciaux.
Cependant avec une consommation annuelle de 10 milliards de litres de gazole, les impacts environnementaux et énergétiques du secteur sont importants. La part du transport dans la consommation finale totale d'énergie est aujourd'hui de 31 %, contre seulement 13 % en 1960. La responsabilité du secteur des transports s'en ressent également dans les émissions atmosphériques : oxydes d'azote (NOx), monoxyde de carbone (CO) et dioxyde de soufre (SO2). Depuis 1990, les émissions polluantes des poids lourds sont encadrées par des normes européennes de plus en plus exigeantes qui ont permis de réduire ces émissions de l'ordre de 70%. Cette baisse devrait se poursuivre à l'horizon des prochaines années, avec l'introduction de nouvelles normes notamment la norme Euro 5 en 2009. En revanche, en matière de lutte contre le changement climatique, en l'espace de 40 ans, les transports sont devenus le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre en France. L'enjeu pour la profession consiste désormais à réduire ces émissions, autrement dit les consommations de carburant.

S'agissant d'un secteur soumis à une très forte concurrence qui intervient sur un marché fortement libéralisé, les entreprises de transport routier sont très attentives au suivi de leur consommation de carburant, poste qui peut représenter jusqu'à 25% de leurs coûts. Face à la hausse progressive du coût des carburants fossiles, le secteur semble avoir pris conscience de sa dépendance.
En décembre 2006, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) créait l'observatoire de la performance durable pour jouer la transparence. Aujourd'hui ce sont six entreprises du secteur à savoir GT location, Ourry, STVA, Transport Graveleau, DHL Express et LR services qui s'engagent à agir en signant la charte d'engagements volontaires du transport routier en faveur de la réduction des émissions de CO2.
Élaborée par la Direction générale de la Mer et des Transports, avec le soutien de l'ADEME et en concertation avec la Fédération Nationale des Transporteurs Routiers (FNTR) et la Fédération des entreprises de Transport et Logistique de France (TLF), cette charte demande à chaque entreprise signataire d'identifier des économies potentielles de consommation de carburant et de mettre en place des actions concrètes pour réaliser ces économies. En contrepartie, le Ministère des transports valorisera les actions menées dans le cadre de cette Charte. Les entreprises de transport ont 3 ans pour élaborer et mettre en œuvre leur plan d'action qui peut se baser sur un portefeuille de solutions diverses tant organisationnelles (utilisation des transports combinés, optimisation des flux logistiques), que technologiques (normes, renouvellement du parc, carburants alternatifs). Un premier bilan des actions menées et des résultats obtenus sera dressé en fin d'année. Les entreprises seront appuyées par l'ADEME pour l'élaboration de méthodes de mesure des émissions de CO2 et la mise en œuvre d'outils de suivi des actions menées et leurs évaluations.

Cette charte pourrait faire prendre un peu d'avance à ses signataires sachant qu'une étude de faisabilité pour la mise en place d'un marché de quotas de CO2 dans le secteur du transport de marchandises est actuellement à l'étude. L'intérêt d'étudier cette option est conforté par les conclusions du conseil européen des 8 et 9 mars 2007 qui envisage l'extension éventuelle du champ d'application de marché de CO2 aux transports de surface entre autres. Rappelons que le transport, sur le territoire métropolitain, représente 26% des émissions de CO2 en France, dont 94% sont imputables au transport routier. Ces émissions ont augmenté de près de 20% par rapport à l'année 1990, qui sert de référence au protocole de Kyoto.

Réactions1 réaction à cet article

 
RéductionCO2 des ambulances !

Eu égard aux comportements des cammionneurs je trouve cet accord un peu pipeau et traiter des petits aspects pour éviter les gros!
Je cite précicément:
La nationale 14 entre Ecouis et Mantes avec entre autres Handjin et CGM entre 5h et 7h du matin
On ne parle pas de CO2 à préserver mais de O+, O-, A+ etc (les groupes sanguins).
Le comportement de 80% des conducteurs est assassin !
Exemple:
21 mars - 6h20 sous la neige, un container Handjin à > 90 km/h dans Richeville (Village rue de 2 kms)
Mais il doit y en avoir plein d'autres ..

Anonyme | 28 mars 2007 à 00h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager