Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Transports : les biocarburants ne sont pas une option probante

Malgré l'interdiction du soja comme carburant durable, la France continue de placer ses espoirs dans les biocarburants, notamment avancés, pour l'aviation. Pourtant, selon Canopée, leur cycle de vie et leur disponibilité restent problématiques.

Transport  |    |  Félix Gouty
Transports : les biocarburants ne sont pas une option probante

Les biocarburants, qu'ils soient de première ou de deuxième génération, ne sont pas la meilleure alternative aux carburants fossiles. Tel est le message du Article publié le 27 décembre 2021

Réactions2 réactions à cet article

 

Encore un exemple, s'il en fallait : c'est l'ensemble de la SNBC qui est inepte !

dmg | 28 décembre 2021 à 17h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 16/12/2021. actu env. titrait "Bruxelles veut doper le gaz vert et l'hydrogène et s'attaque aux fuites de méthane", Il n' était ciblé que le Gaz Naturel. Les éminences grises de Bruxelles ne se déplacent pas dans les campagnes, là où les élevages à biogaz, les bio-méthaniseurs empoisonnent l'air, et les digestats empoisonnent la terre. On a encore des contre vérités sous le titre, " la France continue de placer ses espoirs dans les biocarburants, notamment avancés, pour l'aviation. " Ce sont des industriels qui voudraient continuer à profiter des aides de l'Etat pour faire fonctionner leurs usines pour extraire les huiles de végétaux cultivés - maïs, colza .. - avec des mécanisations, des tracteurs fonctionnant au gazole, des végétaux que l'on traite avec des pesticides, avec épandages d'engrais, et très souvent l'irrigation.
Il n'y a rien de bio dans ces cultures + extractions d'huiles pour ajouter aux carburants. C'est un bizness qui ne devrait plus avoir cours sur toute la planète. A la rigueur les huiles qui sont des déchets ( huiles de fritures) pourraient être utilisées mais les produits de combustions renferment nécessairement plus de polluants que par les combustions des carburants gazole, essences. L'article décrit bien, le faible volume d'huiles produites en France, devant les quantités qui seraient nécessaires pour reproduire des incorporations d'huiles à 16 %, pour tous les avions. Désolant que des CdA, et des assos cautionnent !

J Cl M 44 | 03 février 2022 à 20h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager