Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le ministère des Transports fonde l'Observatoire de l'aviation durable

Transport  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Ce vendredi 10 décembre, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, a inauguré l'Observatoire de l'aviation durable (OAD). Rattachée à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) du ministère des Transports, cette nouvelle association d'acteurs et d'experts du secteur doit « objectiver l'impact du transport aérien sur le réchauffement climatique en mettant en perspective les études et actions en cours au niveau national, européen et international pour décarboner le secteur. » Concrètement, l'OAD a désormais pour mission de mettre en perspective et de diffuser les connaissances existantes sur l'impact environnemental du transport aérien, aux échelles nationale, européenne et mondiale, ainsi que de proposer des solutions pour le réduire « sur le court, moyen et long termes ».

L'OAD est composé d'un collège de représentants de la filière aéronautique, chargé de définir son programme de travail :

- des instituts de recherche : l'Académie de l'air et de l'espace (AAE), l'IFP Énergies nouvelles (Ifpen), l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera), etc. ;

- d'administrations publiques : la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), la Commissariat général au développement durable (CGDD), la DGAC, etc. ;

- d'agences gouvernementales : l'Agence de la transition écologique (Ademe) et l'Agence européenne de la sécurité aérienne (Easa) ;

- d'entreprises : Airbus, Airfrance, Thalès, Safran, etc. ;

- de fédérations françaises et européennes : la Fédération nationale de l'aviation et de ses métiers (Fnam), l'Union des aéroports français (UAF), Airlines for Europe (A4E), etc. ;

- d'ONG : The Shift Project, Green Cross France Territoires, Transport & Environnement, etc.

Ce collège comporte également trois parlementaires : Vincent Capo-Canellas (sénateur UDI), Mickaël Nogal (député LREM) et Zivka Park (députée LREM). Il est accompagné d'un comité « d'experts indépendants de haut niveau » censés rendre des avis sur les productions de l'OAD, en provenance notamment de : Sciences-Po Paris, Onera, Ifpen, l'ONG Environmental Defense, etc. En outre, ce comité compte aussi Jean-Paul Hertemann, ancien P-DG de Safran, et Jean-Michel Vernhes, ancien président de l'UAF.

L'installation de l'OAD succède à une vague d'investissements de la part de l'État en matière d'aviation durable. Dans le cadre du plan France Relance, le gouvernement consacre déjà 1,5 milliard d'euros à la conception d'un « avion vert » d'ici à 2030 et 200 millions de plus à l'élaboration de carburants aéronautiques durables. Par ailleurs, le plan d'investissement France 2030 prévoit la mobilisation de 1,2 milliard pour soutenir la recherche et le développement de la filière.

Réactions1 réaction à cet article

 

Aviation durable, c'est comme développement durable : on touche au summum de l'oxymore... L'avion durable, c'est d'abord celui qui n'est pas construit. Le dérèglement climatique, la pandémie, nous montrent que la planète n'est pas un terrain de jeux qu'on peut parcourir impunément, la fenêtre bénie où c'était possible s'est refermée du fait de notre frénésie et de nos excès (tiens, si on passait le WE à Singapour). Si on réduit d'un facteur deux ou trois les flottes, l'aviation n'est plus un problème climatique...

dmg | 14 décembre 2021 à 14h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager