En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le tribunal de Nanterre déboute plus de 450 opposants au compteur Linky

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Le tribunal de Nanterre déboute plus de 450 opposants au compteur Linky

Le 2 août, le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine) a débouté 457 particuliers qui demandaient le retrait ou l'interdiction de la pose de compteurs intelligents Linky à leur domicile. Les plaignants dénonçaient l'impact des ondes électromagnétiques sur leur santé. Selon le journal Le Figaro, leurs dossiers avaient été transmis au TGI de Nanterre par les tribunaux de Caen, Tours, Nevers, Ivry, Grasse et Lorient.

Le TGI de Nanterre n'a pas retenu un lien de cause à effet entre les pathologies des plaignants et l'exposition aux champs électromagnétiques des compteurs Linky. Les plaignants ne souffrent pas seulement d'électro-hypersensibilité (23 cas), 124 sont aussi victimes d'hyperthyroïdie, 63 sont diabétiques et 17 épileptiques. Le tribunal a rejeté "le risque imminent en soulignant le manque d'études établissant un lien de causalité entre les pathologies et le Linky", a déploré, leur avocate Corinne Lepage, sur twitter.

La décision du TGI est intervenue au lendemain du verdict du TGI de Tours, qui à l'inverse, a donné raison à 14 plaignants déclarés électro-hypersensibles. Pour la première fois, Enedis devra retirer son compteur déjà installé chez un plaignant, dont le foyer est occupé par un enfant de 7 ans. Le tribunal de Tours a reconnu un "lien de causalité direct" entre la pose du Linky et sa pathologie.

A ce jour, plusieurs centaines de personnes opposées à la pose de compteurs Linky ont été déboutées devant les tribunaux. Seulement quelques dizaines de personnes victimes d'électro-hypersensibilité ont eu gain de cause.

Plus de 20 millions de compteurs Linky ont déjà été installés dans les foyers français par Enedis (sur les 35 millions prévus d'ici 2021).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager