En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les ministres de l'environnement français, britannique et allemand plaident pour l'objectif -30%

Gouvernance  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Dans une tribune commune publiée dans un journal national de chacun des pays, les ministres de l'environnement français Jean-Louis Borloo, britannique Chris Huhne et allemand Norbert Röttgen plaident pour l'objectif européen de réduction des émissions de CO2 de -30% d'ici 2020. ''L'objectif actuel de l'Union européenne (UE) visant à une réduction des émissions de carbone de 20 % d'ici à 2020 par rapport à 1990 (…) est un objectif désormais insuffisant pour effectuer une transition vers un modèle faiblement consommateur de carbone'', expliquent les trois ministres rappelant que la récession elle-même a entraîné une réduction des niveaux d'émissions du secteur marchand de l'UE de 11 % par rapport à la période d'avant la crise. Si nous nous en tenons à ce taux de 20 %, l'Europe est susceptible de perdre cette course vers un modèle à faibles émissions de carbone face à des pays tels que la Chine, le Japon ou les Etats-Unis, ajoutent-ils.

Pour convaincre les trois ministres reprennent les arguments développés par la Commission européenne en mai dernier à l'occasion de la présentation d'une communication sur le sujet : influence sur le prix du carbone, certitude et prévisibilité pour les investisseurs, relance de la croissance, coût moindre dû à la récession… Le coût d'un passage à 30 % est désormais estimé à 11 milliards d'euros de plus que le passage originel à un objectif à 20 % de réduction, soit un surcoût de moins de 0,1 % de la valeur de l'économie de l'UE, peut-on lire dans la tribune.

Cette tribune marque un tournant dans la position allemande. En mai dernier le ministre allemand de l'industrie, Rainer Brüderle, avait réclamé une pause dans l'effort climatique et fait pression sur la Commission, avec l'aide de la France d'ailleurs, pour retarder la décision sur le passage de -20 à -30%. Le Royaume-Uni fervent défenseur de l'objectif -30% a semble-t-il réussi à convaincre ses voisins européens.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…