En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un réacteur de la centrale du Tricastin prolongé de 10 ans

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé le 3 décembre que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Tricastin (Drôme) était apte ''à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires'' par EDF, après 30 ans de fonctionnement. La centrale du Tricastin, mise en service en 1980, possède quatre réacteurs de 900 mégawatts (Mwe) chacun figurant parmi les 34 plus anciens de France (durée de vie moyenne de 27 ans). Un incident était notamment survenu en juillet 2008 sur le site nucléaire à l'usine de Socatri (Areva) à Bollène, où 74 kilos d'uranium s'étaient échappés vers deux cours d'eau.

C'est la première fois en France qu'un réacteur pourra fonctionner au moins jusqu'à 40 ans. La décision de prolongation a été prise à l'issue de la troisième visite décennale du réacteur réalisée entre mai et août 2009 par l'ASN et, obligatoire pour la poursuite de l'activité. La France n'ayant pas fixé d'âge limite d'exploitation pour son parc nucléaire.

''Le réexamen de sûreté est l'occasion d'une part d'examiner en profondeur la situation de l'installation afin de vérifier qu'elle respecte bien l'ensemble des règles qui lui sont applicables et d'autre part d'améliorer son niveau de sûreté",  explique l'ASN dans son avis daté du 4 novembre. Au cours de cette visite, l'Autorité a ''notamment réalisé cinq inspections et supervisé l'épreuve hydraulique de requalification du circuit primaire''. L'ASN qui "considère comme satisfaisantes les dispositions prises par EDF", a cependant relevé que "des travaux doivent être engagés afin d'assurer une protection adaptée contre le risque d'inondation en cas de crue milléniale majorée".

Vers d'autres réacteurs exploités jusqu'à 40 ans ?

Cet avis intervient alors qu'en juillet 2009, l'ASN avait déjà donné son feu vert à l'exploitation jusqu'à 40 ans des réacteurs de 900 Mwe et ce, sous réserve d'une évaluation au cas par cas. L'Autorité de sûreté nucléaire doit rendre, courant 2011, un autre avis concernant le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), qui a déjà 33 ans. En 2011, dix autres réacteurs, notamment à Gravelines (Nord) et Dampierre (Loiret), devraient faire l'objet d'une visite décennale.

Dans un communiqué commun, les ministres de l'Ecologie, de l'Economie et de l'Industrie se sont dits satisfaits de l'avis ''favorable'' de l'Autorité de sûreté nucléaire. Ils ont indiqué qu'ils ''seront attentifs à ce que la sûreté, conformément aux préconisations de l'ASN, continue d'être garantie au meilleur niveau possible au sein des installations nucléaires françaises''.

Réactions1 réaction à cet article

 

"A analysé le rapport de conclusions du réexamen de sûreté du réacteur n°1 de la centrale nucléaire du
Tricastin accompagné du bilan de l’examen de conformité ainsi que du dossier d’aptitude à la poursuite
d’exploitation adressé par EDF à l’ASN et aux ministres chargés de la sûreté nucléaire le 19 février 2010,"

"Estime, sur la base des documents transmis par EDF sus-mentionnés"

Ces deux premières phrases du rapport démontre à elles seules l'absurdité du système! C'est EDF qui fourni des documents pour dire si oui ou non pour eux il est possible d'augmenter la durée de vie de leur réacteur.

laloutre | 08 décembre 2010 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…