En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Trois associations environnementales boycottent le Conseil national de la transition écologique

La LPO, Les Amis de la Terre et FNE ont boycotté le CNTE du 1er septembre. En cause ? Des régressions en matière de protection de l'environnement et le projet de loi sur la dérogation à l'interdiction des néonicotinoïdes présenté lors de la réunion.

Interview vidéo  |  Gouvernance  |    |  Romain Pernot  |  Actu-Environnement.com

Les trois ONG n'ont pas répondu présentes à l'invitation de la ministre Barbara Pompili à la réunion de rentrée du CNTE consacrée à la présentation du projet de loi autorisant la dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes sur les cultures de betteraves.

"Nous en avons assez des incohérences entre les beaux discours et les actes. Voilà un projet de loi qui vise à modifier l'existant et qui pourrait ouvrir des portes à d'autres cultures que celle de la betterave sucrière", dénonce Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement.

Autre raison invoquée par les ONG, "les chiffons rouges agités par le Gouvernement du côté de la chasse". "Doit-on perdre autant de temps sur ce sujet plutôt que de parler de débat de fond ?", demande Arnaud Schwartz.

Les ONG dénoncent également le droit de dérogations qui a été accordé aux préfets pendant le confinement leur permettant d'intervenir sur les réglementations, notamment environnementales, afin de faciliter les activités économiques.
"Nous n'avons rien contre les activités économiques, mais on ne peut pas accepter de toujours mettre le curseur du côté du court terme et des intérêts de certain lobbies."

Réactions5 réactions à cet article

 

Tout le monde a-t-il reconnu Alain DD ?

Le président de FNE (en tenue discutable) a totalement tort de dire "Les Françaises et les Français" , puisqu'on a quasi TOUJOURS tort en utilisant cette formule trompeuse

Bien trop de Français ont un esprit moutonnier grégaire, mais nous ne sommes pas tous des moutons.

"Je suis, donc je pense, sans suivre"

Oui, malheureusement, il y a "un certain nombre de Français des deux sexes qui, même sans avoir jamais chasser, ne sont pas choqués par le fait de tuer pour le plaisir, sous prétexte de "prélever".

Idem pour la tauromachie ou les combats de coqs.

Il est grand temps de diffuser ce texte autour de soi

Sentience (du lat. sentiens, ressentant) : pour un être vivant, capacité à ressentir les émotions, la douleur, le bien-être, etc. et à percevoir de façon subjective son environnement et ses expériences de vie.

La définition du Larousse est largement inspirée de celle de Donald Broom, professeur en bien-être animal au Centre for Animal Welfare and Anthrozoology de Cambridge, dont l’intervention à l’Unesco lors du Colloque « Le bien-être animal de la science au droit » organisé en décembre 2015 par la LFDA, avait fait date.

....

Sagecol | 02 septembre 2020 à 09h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

....

Pour D. Broom, un être sentient est capable « d’évaluer les actions des autres en relation avec les siennes et de tiers, de se souvenir de ses actions et de leurs conséquences, d’en évaluer les risques et les bénéfices, de ressentir des sentiments, d’avoir un degré variable de conscience ». Un être sentient ressent la douleur, le plaisir et diverses émotions. Il a la capacité d’éprouver des choses subjectivement et d’avoir des expériences vécues. Un être sentient est un être conscient. L’éthique animale part du constat que la sentience implique a minima la capacité d’éprouver douleur et plaisir. La sentience fait que ce qui arrive à un être sentient lui importe.

http://www.fondation-droit-animal.org/102-le-mot-sentience-entre-dans-le-larousse-2020/

Sagecol | 02 septembre 2020 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui est vrai au niveau national se vérifie dans les instances départementales où les diverses commissions sont composées pour pouvoir donner l'aval à tous les projets quelques soient les dommages environnementaux .

sirius | 02 septembre 2020 à 15h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les sécheresses de plus en plus longues ont des conséquences monstrueuses qui entraînent l’effondrement accéléré des pollinisateurs, des insectes, des oiseaux, impactent l’ensemble du vivant, y compris la santé humaine ! les néonicotinoïdes sont uniquement l'arbre qui cache le désert ... 1.1 millions d'hectares de prairies en Nouvelle Aquitaine avec des haies et des arbres, sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont des cimetières de biodiversité, même les vieux arbres sèchent ...
Une sécheresse c'est juste un manque d'eau l'été, un comble quand on a passé l'hiver les pieds dans l'eau sans faire de réserve ... en France ce sont les écologistes qui s'opposent systématiquement à la construction de réserve et qui vont même jusqu'à en faire détruire .... Cherchez l'erreur !

laurent | 03 septembre 2020 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Plus rien à espérer de ce gouvernement, je vous dis! Attendre sa fin en faisant le dos rond et penser à la joie qu'on aura quand ils auront vidé les étriers.

gaïa94 | 14 septembre 2020 à 21h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager