Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Trois labels alimentaires sont peu utiles à l'environnement, selon Greenpeace et WWF

Une récente étude de Greenpeace et de WWF a passé au crible les cahiers des charges d'onze labels alimentaires. D'après les deux ONG, les bénéfices environnementaux et socio-économiques de trois certifications environnementales sont à revoir.

Agroécologie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Trois labels alimentaires sont peu utiles à l'environnement, selon Greenpeace et WWF

Les associations Greenpeace et WWF ont publié, ce mardi 28 septembre, une étude portant sur la pertinence et la fiabilité des labels alimentaires. L'analyse a passé le cahier des charges d'onze démarches publiques et privées au crible d'une grille de critères « de durabilité alimentaire ».

Pour sa grille d'analyse, le Bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic) s'est fondé sur quatorze critères : sept sont de nature environnementale (impacts sur la biodiversité, le climat, les ressources en eau ou encore le taux de pertes et de gaspillage) et sept autres concernent les enjeux socio-économiques des labels étudiés (niveau de vie des agriculteurs, conditions des animaux, impact sur la santé humaine, etc.). Les analystes du Basic ont ainsi délivré un score global sur 5 à chaque label, en fonction de son potentiel d'impact positif socio-économique ou environnemental, et donc de sa pertinence.

Évaluation des bénéfices environnementaux et socio-économiques

Les meilleurs scores ont été obtenus par les démarches liées à l'agriculture biologique : le label Agriculture biologique (AB) et les démarches privées Bio Équitable en France, Demeter et Nature & Progrès. Ces démarches engendrent « les bénéfices socio-économiques et environnementaux les plus forts et les plus avérés », énoncent Greenpeace et WWF dans un communiqué. « L'opposition classique entre l'approche basée sur des exigences et interdits (usage proscrit des produits phytosanitaires, par exemple) et celle basée sur la démarche de progrès (réduire l'usage des produits phytosanitaires) doit être nuancée, voire dépassée, expliquent les ONG. Certaines démarches telles que Bio Équitable en France, Demeter et Nature & Progrès concilient les deux et obtiennent parmi les meilleurs résultats en termes d'impacts. »

   
Les 14 critères de la grille d'analyse des labels alimentaires développée par le Basic © WWF France / Greenpeace France
 
   

Trois certifications environnementales – la mention réglementée Haute Valeur environnementale (HVE) et les démarches Zéro résidu de pesticides et Agri Confiance – produisent les impacts positifs les « plus faibles et peu avérés » en termes de qualité de l'air, de ressources en eau ou de biodiversité. En particulier, la démarche de certification environnementale HVE, portée par le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, « pâtit aujourd'hui de deux écueils principaux », d'après les ONG : un manque de transparence sur les résultats obtenus sur le terrain et l'absence de critères communs obligatoires à tous les agriculteurs engagés dans la démarche.

Quant aux autres démarches ciblées (comme Bleu-Blanc-Cœur ou C'est qui le patron ?!), Greenpeace et WWF relèvent une « hétérogénéité des bénéfices » en fonction des filières touchées. Il devient alors « difficile pour le consommateur de faire un choix raisonné », regrettent-elles.

Bilan mitigé, mais pas de cas désespéré

« Notre analyse montre que certains labels et signes de qualité délivrent déjà des impacts positifs sur le plan environnemental et social, et pas uniquement le label AB, concluent néanmoins Greenpeace et WWF, conjointement avec l'UFC-Que-Choisir, auteur avec l'Institut national de recherche agronomique (Inrae) d'une étude complémentaire. L'objectif est donc loin d'être inatteignable, aux acteurs de s'en donner les moyens. » Pour cela, les trois organisations recommandent notamment aux pouvoirs publics d'intégrer des critères de durabilité environnementale et socio-économique dans les démarches ou encore, plus concrètement, de réviser la certification HVE et de suspendre d'ici là le soutien public qui lui est attaché.

Réactions3 réactions à cet article

 

Sauf erreur de ma part, et en référence à son site internet, l'UFC Que choisir est également partie prenante de cette étude (cf https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-labels-alimentaires-et-signes-de-qualite-promesses-non-tenues-une-revision-s-impose-n94920/?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh210929&at_medium=email&at_emailtype=retention&at_campaign=nlh210929).
Preuve est une fois de plus faite que les labels AB sont les mieux disant et que tous ceux qui sont cousus mains par et pour l'industrie agroalimentaire sont de vraies arnaques du consommateur. Les faits établis sont têtus.

Pégase | 30 septembre 2021 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un label n'a jamais protégé l'environnement, juste encombré les emballages des produits d'affirmations simplistes et mensongères. Le "bio" n'échappe pas à cette règle.
Agri-confiance a une portée organisationnelle, façon ISO 14001.
Quant à "zéro résidu de pesticides", je n'ai jamais vu plus con... C'est dire.

Albatros | 30 septembre 2021 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vous conseille de regarder en replay sur antenne 2 le reportage sur le bio :

"Grandes surfaces : main basse sur le bio !"

En croissance permanente, le secteur du bio ne pouvait longtemps échapper à la mainmise des grands groupes toujours prêts à s'adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs. L'industrialisation de ce mode de production tue les petits exploitants, incapables d'aligner leurs prix sur ceux des hypermarchés...

Adieu le doux rêve du cheval qui vole dans les nuages! En fait d'arnaque le bio est 10 fois pire que le conventionnel.

ouragan | 01 octobre 2021 à 00h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TD-Diver & Baro-Diver : sondes / surveillance des eaux souterraines SDEC