Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une troisième station d'épuration injecte du biométhane dans le réseau

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°366 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°366
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

La station d'épuration Grange David de la Communauté d'agglomération Tour(s)Plus à la Riche (Indre-et-Loire) est désormais la troisième en France à injecter du biométhane dans le réseau de gaz naturel. La station d'épuration de la Communauté urbaine de Strasbourg, dans le Bas-Rhin, avait inauguré le premier dispositif en septembre 2005, puis celle de Grenoble-Alpes Métropole en Isère a commencé son injection en octobre 2016.

Le biogaz produit par l'unité de digestion de la station de Tour(s)Plus a, dans un premier temps, permis de chauffer les locaux et les boues digérées. "Ces débouchés ne suffisaient pas à valoriser totalement l'énergie disponible", pointe dans un communiqué la communauté. Elle a donc lancé un appel d'offres pour la mise en place d'une unité de cogénération biogaz en 2011 et, à son terme, a sélectionné Dalkia Biogaz.

"Malheureusement, des évolutions réglementaires ont changé la donne et ont stoppé le développement du projet alors que la construction avait démarré, précise Tour(s)Plus. Saisissant une nouvelle opportunité offerte en 2014 par les décisions politiques nationales, le projet a pu repartir de plus belle sous la forme d'une unité d'injection de biométhane". En juin 2014, trois textes règlementaires ont modifié la réglementation en vigueur de telle sorte que le biométhane produit en station d'épuration (Step) puisse être injecté au réseau.

L'installation financée (1,7M€) et construite par Dalkia Biogaz est également exploitée par l'entreprise. Après l'étape d'épuration du biogaz en biométhane, avant son injection dans le réseau, GrDF s'assure que la qualité du gaz épuré est conforme à la qualité réseau. Le distributeur de gaz naturel odorise également le gaz pour le rendre identifiable par ses utilisateurs puis le comprime à une pression de consigne.

La station peut produire 260 Normaux Mètre Cube/ heure (Nm3/h) de biogaz et 90 Nm3/h de biométhane, soit l'équivalent de la consommation annuelle de 700 foyers. La mise en service de l'unité d'épuration et l'injection du premier mètre cube de biométhane dans le réseau a pu débuter en décembre 2016.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Stations d\'épuration OXYMOP pour le traitement des filières de 21 à 980 EH SIMOP