En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'usage des trottinettes électriques est désormais réglementé

L'usage des trottinettes électriques, ainsi que les monoroues, les gyropodes et les hoverboards, est désormais inscrit dans le code de la route. Un décret réglementant ces modes de déplacement entre en vigueur à compter du 26 octobre.

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
L'usage des trottinettes électriques est désormais réglementé

L'usage des trottinettes électriques est désormais inscrit dans le code de la route ainsi que les autres engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) comme les monoroues, les gyropodes et les hoverboards. Les ministères de l'Intérieur et de la Transition écologique ont publié le décret qui réglemente ces nouveaux modes de déplacements alternatifs. Ce décret entre en vigueur ce samedi 26 octobre. Le texte fixe les règles de circulation et de stationnement de ces nouveaux engins, ainsi que leurs caractéristiques techniques. Il précise les sanctions en cas de non-respect de ces règles et les dérogations possibles en matière de circulation.

Ainsi, le décret interdit aux enfants de moins de 12 ans de conduire ces engins. Il interdit aussi d'être à plusieurs sur une trottinette électrique et, de manière générale, sur tout EDPM. En agglomération, les EDPM devront circuler sur les pistes et bandes cyclables, lorsqu'il y en a. À défaut, ils pourront circuler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/h. Hors agglomération, la circulation des engins sera autorisée uniquement sur les pistes cyclables et les voies vertes. De même, les EDPM ont l'interdiction de circuler sur les trottoirs, sinon, ils devront être tenus à la main. Comme pour les vélos, ces engins pourront se garer sur les trottoirs. « Leurs utilisateurs sont invités à ne pas gêner la circulation des piétons et assurer leur sécurité », souligne le ministère de la Transition écologique.

Des amendes allant de 35 euros à 1 500 euros

Pour le non-respect des règles de circulation ou en cas de transport de passagers, le décret prévoit 35 euros d'amende. Il sera également interdit de rouler avec des écouteurs sur les oreilles ; une amende de 35 euros est aussi prévue pour cette situation.
En cas de circulation sur un trottoir sans y être autorisé, ou de débridage de l'engin, l'amende passe à 135 euros. La vitesse maximale autorisée pour les trottinettes électriques et les autres engins est fixée à 25 km/h par le décret. En cas de dépassement de cette vitesse, l'amende pourra aller jusqu'à 1 500 euros.

 
La vitesse maximale autorisée (...) est fixée à 25 km/h par le décret. En cas de dépassement de cette vitesse, l'amende pourra aller jusqu'à 1 500 euros.
 
 
Par ailleurs, en agglomération ou sur les voies vertes et les pistes cyclables, le port du casque « n'est pas obligatoire mais fortement recommandé ». De nuit ou de jour par visibilité insuffisante, et même en agglomération, les usagers doivent porter un vêtement ou un équipement rétro-réfléchissant (par exemple un gilet ou un brassard). À compter du 1er juillet 2020, les EDPM devront être équipés de feux de position avant et arrière, de catadioptres (dispositifs rétro-réfléchissants), d'un système de freinage et d'un avertisseur sonore. En cas de non-respect des obligations de sécurité, des amendes de 35 euros à 135 euros pourront s'appliquer.

En agglomération, le maire pourra déroger aux règles de circulation générales prévues par le décret, comme par exemple autoriser la circulation sur certains trottoirs à l'allure du pas. Hors agglomération, le maire pourra aussi autoriser la circulation des engins, si les conditions le permettent, sur des voies limitées à 80 km/h.

Réactions4 réactions à cet article

 

J'ai hâte de voir comment on arrivera a intégrer un avertisseur sonore sur tous ces engins (a part les segway et trotinettes)...

Aussi hâte de voir comment ils vont pouvoir prouver les excès de vitesse des engins...
les radars mobiles seront-ils plus pointés vers les voitures, camions et autres capables de tuer, ou vers les hoverboards et trotinettes?

pulsar | 28 octobre 2019 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pulsar
Ne pas oublier que les utilisateurs de ces nouveaux engins, tout comme les vélos, ne doivent pas se considérer QUE comme les victimes car trop fragiles contre les véhicules motorisés.
Ces nouveaux itinérants sont autant responsables de leur propre sécurité que de ceux qu'ils croisent (notamment vélos et piétons). Quand on roule avec un casque audio sur les oreilles, ou les yeux rivés sur le smartphone accroché au guidon, qu'on roule sur une bande cyclable à contre-sens ou qu'on grille priorités et feux rouges, est-on vraiment concentré sur sa sécurité? Est-on irréprochables parce que simplement conducteur de trottinettes?

nimb | 29 octobre 2019 à 22h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@nimb
Je ne dis pas que les conducteurs de trottinettes, hoverboards sont irréprochables. Personne ne l’est. PL, voitures, motos, scooters, vélos, trottinettes, piétons, tout le monde fait comme bon lui semble, réglementation ou pas.

Pour le casque de musique, mieux vaut ne pas s'aventurer sur ce terrain. je suppose que vous écoutez aussi de la musique dans votre voiture. Vu le volume dans la voiture de certains, je suis sur de mieux entendre avec mes écouteurs que ces personnes... a qui la police ne dit rien, car elle ne peut pas l'entendre de leur voiture de patrouille.

pulsar | 30 octobre 2019 à 14h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour Pulsar : je parle bien de casque, pas d'écouteurs. Nous ne sommes plus dans les années 80 avec les "casques" de walkman où le voisin entendait très bien ce que le mélomane écoutait. Actuellement, pour avoir ce genre de casque chez moi (où il reste d'ailleurs, pour écoute sur ma chaîne HIFI), on n'est plus dans ce schéma : les casques actuels englobent carrément les oreilles et nous isolent complètement du monde extérieur. Je concède qu'il m'arrive d'écouter de la musique assez fort dans ma voiture, sans toutefois que je sois au point de ne plus entendre le bruit de mon moteur. Du reste, j'ai un compte tour et une tachymètre pour m'indiquer où j'en suis. Le conducteur de trottinette n'a aucune indication sonore de son engin puisqu'il est électrique. Si en plus, il se coupe du monde extérieur avec un casque audio et s'aventure sur un boulevard urbain, comme il m'arrive d'en voir, c'est limite suicide. C'est pour cette raison que je ne mets pas de musique (casque ou écouteur) quand je circule à vélo, pour être sûr d'entendre ce qui vient de derrière moi. Je rajoute que l'hiver arrivant, çà va être commode, le matin et le soir, de voir et d'éviter au dernier moment ces nouveaux véhicules qui n'ont pas un poil de signalisation lumineuse.

nimb | 30 octobre 2019 à 22h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager