En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Tunnel de stockage des eaux pluviales : 1,7 km pour stocker 80.000 m3 d'eau !

La bonne gestion des d'eaux pluviales figure au cœur de la Directive eaux résiduaires urbaines (DERU). Réalisé pour une meilleure gestion des afflux exceptionnels, le Tunnel de stockage des eaux pluviales (TIMA) a récemment été inauguré près de Paris. Visite guidée.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Réactions11 réactions à cet article

 
eau

pourquoi ne pas réutiliser cette eau? entretien arrosage ?

vince | 17 novembre 2009 à 08h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:eau

je me suis tout de suite posé la même question et je pense même pourquoi pas épurée, pour la consommation humaine? Je suis sidéré de voir qu'on peut créer des ouvrages d'une telle ampleur juste pour du stockage provisoire. Que diraient nos ancêtres et qu'en pensent les Africains? Nous sommes débiles.

renault | 17 novembre 2009 à 16h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ensemencement des nuages

Pourquoi ne pas conserver une grande partie de ces eaux pluviales pour une utilisation intelligente, plus durable lorsqu'en même temps, on se fait bombarder quasi au quotidien d'épandages aériens pour ensemencer les nuages et autres applications de la géoingéniérie ...?

DOMY94FF | 19 novembre 2009 à 07h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:eau

Non, ce n'est pas débile.
Tout simplement : l'urbanisation augment la quantité de surface étanche, donc l'eau ne peut plus s'infiltrer et par conséquent il faut stocker pour éviter le pic de crue sur le cours d'eau exutoire. d'autre part cette eau de pluie n'est pas propre à la consommation, elle nécessite un traitement. Par ailleurs une fois arrivée au sol en milieu urbain elle lave les surfaces étanches donc se charge en polluant divers : particules fines, hydrocarbures, pathogènes...

DuNerf | 19 novembre 2009 à 08h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:eau

Ne pas oublier que ce que l'on appele "eau pluviales" est une eau qui a ruisselé dans les rues de Paris et sa banlieu (dans le cas présent)et donc une eau fortement chargé en polluant. La question peut être différente dans une pettite commune. Dans le cas présent, il est nécessaire de traiter les eaux chargé en DBO, DCO et pauvre en Oxygène avant qu'elles ne retournent dans le millieu naturelle.

xavier | 19 novembre 2009 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
hallucinant

ces travaux pharaoniques sont surement le resultat du loobing de l'industrie de l'eau... qui s'adapte à la normalisation europeenneQu'ils ont influencé la veille. Les buldings pleins d'administratifs ont remplacé le bons sens de nos ancetres...
Au lieus de traiter le probleme à la source :séparation des eau usées et des pluviales, on traite deux fois l'eau que l'on va boire. L'épurer pour la rejetter à la seine et épurer à nouveau l'eau de la seine pour la redistribuer dans le réseau. Ces citernes auraient put recueillir de l'eau de pluie dont nous avons certainement l'usage public. Et cela serait surement utile à la diminution des inondations. Bientot un article sur l'augmentation des capacités d'épurations.
Plus de loobing encore.. va falloir les logers Faut construire...

scolopendre | 19 novembre 2009 à 14h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
cycle de l'eau

vu comme ça effectivement, ce n'est pas complètement idiot de créer cette réserve.
avec l'urbanisation, on a oublié les principes de base du cycle de l'eau (c'est normal, c'est loin l'école primaire où ce principe est enseigné. Les surfaces étanches se sont étendues, ce qui a réduit en parallèle les surfaces de pénétration de l'eau dans le sol pour rejoindre les nappes phréatiques et les cours d'eau.

FabienL | 19 novembre 2009 à 15h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et les techniques alternatives dans tout ça?

110 millions d'euros... Avec cet argent, il aurait été possible de développer les techniques alternatives de gestion des eaux pluviales : puits d'absorption, tranchées infiltrantes, drainantes, noues, bassins de rétention, chaussées à structure réservoir,...Leur but est justement d'agir à la source en infiltrant l'eau ou par défaut en étalant dans le temps les apports en aval. Ces techniques s'inscrivent dans une approche durable et intégrée : filtration des polluants de l'eau, valorisation de l'aménagement urbain, ...Dommage que le projet du Grand Paris n'en tienne pas compte.
Au lieu d'innover (c'est pourtant valorisant au niveau international!), la ville a donc décider d'investir dans la réalisation de nouveaux réseaux souterrains ultra coûteux.

célibo | 19 novembre 2009 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Gestion globale de la ressource en eau

C'est vrai que lorsqu'on envoit les factures dans les boites aux lettres on peut faire encore plus cher.....

J'aimerais savoir ce que vous pensez d'un réseau de gestion de l'eau plus global qui pourrait faire encore plus sur tout le territoire ....
Les biefs du Pilat; vous connaissez?
On pourrait utiliser l'eau des crues pour recharger les nappes phréatiques en réduisant le chomage et en augmentant le recyclage du co2 tout en réduisant les énergies pour pomper l'eau des nappes phréatiques et en augmentant aussi le développement de la micro hydraulique....

jeandb | 19 novembre 2009 à 17h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ong

Cette idée de récupérer l'eau de pluie pour la stocker et l'utiliser pour les besoins courants n'est pas nouvelle. Les population locales en font un usage pour répondre aux besoins domestiques et autres. Dans certaines régions notamment en climat méditerranéen aride et les zones du Sahel africain les troupeaux sont abreuvés dans des mares qu' on appelle GHDIR.. Dans de nombreuses régions avec l'industrialisation , l'urbanisation , le gaspillage qui en a résulté fait que cette eau devient de plus en plus rare et on se lance dans des techniques coûteuses pour récupérer l'eau de pluie . Malgré les investissements engloutis pour mettre l'eau à la disposition des ativités économiques et du besoins des citoyens les pénuries iront en s'accuentutant . Il faut ajouter à cela le réchauffement climatique qui perturbe déjà le fonctionnement du cycle de l'eau. Les pluies sont de plus en ples torrentielles et donc plus dévastatrices 'inodation, érosion des sols.) La récolte de l'eau( water harvesting eu USA) s'avère une solution complétaire mais indispensable par tous les systèmes que l'homme qu'il est possile d' inventer ou mettre au point sont les bienvenues

Bacco | 20 novembre 2009 à 09h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
paradoxes

Encore une fois, un mélange auto-promotionnel subtil a eu lieu.

Peut on qualifier de pluviales les eaux de lavages des rues de Paris? Alors pourquoi parler d'eaux pluviales si ce sont en fait des effluents à traiter.

audaces | 23 novembre 2009 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager