En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plus de la moitié des reptiles et amphibiens de France sont en déclin

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Neuf espèces de reptiles sur 38 et huit espèces d'amphibiens sur 35 sont menacées de disparition dans l'Hexagone, selon la Liste rouge des espèces menacées en France, réalisée par le Comité français de l'UICN et le Muséum national d'Histoire naturelle.

La dernière Liste rouge, publiée le 28 septembre "confirme les résultats du précédent état des lieux réalisé en 2008 : une espèce sur cinq est toujours menacée de disparition", ont alerté les deux institutions.

Première cause de menace : la régression et la fragmentation des milieux naturels affectent "fortement" les populations de ces espèces. L'assèchement des zones humides et le comblement des mares représentent des menaces pour la survie de la Grenouille des champs et du Pélobate brun, tous deux classés "en danger". L'urbanisation, la conversion de terres en vignobles et les incendies affectent quant à eux la Tortue d'Hermann, classée "vulnérable" en France et "en danger" dans le Var.

La construction de routes ou de stations de ski menace également le Lézard d'Aurelio, classé "en danger". "Le réchauffement climatique pourrait également s'avérer préjudiciable à l'avenir pour cette espèce", ajoutent l'UICN et le Museum.

Autres menaces : le rejet de polluants (pesticides, engrais, métaux lourds…) dans les milieux aquatiques et terrestres "contribue à la raréfaction des espèces" ainsi que l'introduction dans les milieux naturels d'espèces exotiques envahissantes telles que les écrevisses américaines ou la Grenouille taureau.

Outre les espèces menacées, quatre espèces de reptiles et douze d'amphibiens se classent aujourd'hui dans la catégorie "quasi menacée" à l'instar du Triton ponctué et du Lézard des souches.

La tendance d'évolution des populations est au déclin pour "40% des reptiles et 60% des amphibiens" en métropole.

"En dépit de la protection réglementaire dont bénéficient les reptiles et les amphibiens de France depuis les années 1980, le nombre d'espèces menacées pourrait donc augmenter significativement dans les années à venir si aucune action n'était entreprise pour améliorer leur situation", avertissent l'UICN et le Museum. "Des efforts plus globaux de conservation des milieux naturels sont aujourd'hui indispensables pour enrayer le déclin de ces espèces".

Réactions2 réactions à cet article

 

Normal, avec tout ce que les agriculteurs balancent dans les champs comme pesticides et autres saloperies, bientôt ce sera au tour des humains à subir cet empoisonnement progressif et ça a déjà commencé !

DODO59 | 01 octobre 2015 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Il faut arrêter de tout rejeter sur les agriculteurs qui bien sûr ont leur part de responsabilité. Nous sommes tous contributeurs de cette situation. Les pesticides ne sont pas seulement utilisés en agriculture mais également dans le bâtiment ou par les particuliers pour faire du démoussage de toiture par exemple. Nous préoccupons-nous de la composition des produits d'hygiène corporelle ou des cosmétiques que nous utilisons, qui contiennent également des produits nocifs pour notre environnement ? La question serait plutôt celle-ci : à quelle part de notre confort sommes-nous prêts à renoncer pour améliorer la qualité du milieu naturel ?

lothringen | 02 octobre 2015 à 08h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…