En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La transition de la valorisation organique sur les sols s'amorce

MAJ le 10/12/2019

Alain Marois propose un pacte de confiance pour la valorisation des matières et déchets sur les sols. Dans le viseur : l'épandage des composts de boues d'épuration et issus de TMB. Certaines mesures figurent dans le projet de loi économie circulaire.

Eau  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
La transition de la valorisation organique sur les sols s'amorce

« Le Pacte [de confiance] ne propose pas un grand soir fermant brutalement les portes à certaines productions actuelles. Il induit la transition », assure dans son rapport Alain Marois, ambassadeur de la feuille de route économie circulaire et ancien du président du syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation du Libournais.

Le Gouvernement lui a confié les travaux de préfiguration d'un cadre pour le développement de filières « vertueuses » de valorisation de toutes les matières et de tous les déchets organiques sur les sols agricoles, dit « pacte de confiance ».

Son rapport, remis au Gouvernement le 15 avril 2019, a été rendu public et présenté officiellement le 21 novembre.

Dans ce document, Alain Marois pointe différents dysfonctionnements du système actuel. « Les producteurs de matières normalisées pensent aujourd'hui être libérés de leur responsabilité vis-à-vis de l'usage au sol de leurs matières fertilisantes issues de déchets, considère-t-il. Le système de normalisation permet ainsi à plusieurs millions de tonnes de matières fertilisantes, dont un tiers des boues urbaines, d'échapper à la responsabilité de leur producteur chaque année ». Il regrette que l'alimentation du fonds de garantie des risques liés à l'épandage agricole des boues ait été stoppée en 2016. Il appelle également de ses vœux une révision de la norme NF U 44-051. « Alors que la majorité des acteurs, dont l'État, souhaite voir cette norme se renforcer sur les teneurs en inertes et impuretés, une poignée d'acteurs bloque cette avancée, regrette-t-il. Ainsi, l'usage au sol de certaines matières fertilisantes s'accompagne d'apport à la parcelle de centaines de kilos de plastiques par hectare ». Alain Marois considère que les garanties de conformité pour un usage au sol doivent évoluer. « Les dernières enquêtes de la DGCCRF ont montré un taux élevé de fraudes, notamment dans le cadre de la norme NF U 44-095, où 90 % des matières contrôlées présentaient des non-conformités, toutes non-conformités confondues », indique-t-il.

Un cadre réglementaire à deux niveaux

Pour développer des filières « vertueuses », il propose la mise en place d'un cadre réglementaire à deux niveaux avec, d'un côté, les matières fertilisantes sous statut de produit, aligné sur le règlement fertilisants, et de l'autre, sous statut de déchets, qui répondrait aux critères demandés par les réglementations sur les épandages en incluant les polluants émergents.

Ces deux niveaux seraient formalisés par un marquage « classe A » pour les produits et « classe B » pour les déchets.

« Un socle commun en termes de flux, annuel et décennal, de contaminants cumulables dans les sols, est repris de la réglementation existante, afin de l'appliquer à tout type d'usage au sol de matières fertilisantes, précise-t-il. C'est bien ce couple concentrations / flux limites qui conditionne et justifie l'innocuité quant à l'usage de ces matières fertilisantes ».

Il préconise de réactiver l'alimentation du fonds de garantie, par une taxe demandée aux producteurs de matières non éligibles au statut de produit destinés à un usage au sol.

« Les modalités et les procédures des plans d'épandage sont simplifiées, notamment pour alléger la charge administrative de l'épandage au sol des matières fertilisantes sous statut de déchet et des effluents d'élevage », propose-t-il.

 
Les modalités et les procédures des plans d'épandage sont simplifiées, notamment pour alléger la charge administrative de l'épandage au sol des matières fertilisantes sous statut de déchet et des effluents d'élevage.  
Alain Marois
 
Dans son modèle, la traçabilité des matières dépendra de leur statut : un suivi à la parcelle via la réglementation des plans d'épandage pour les déchets, et, pour les matières fertilisantes sous statut de produit, la traçabilité est assurée jusqu'aux utilisateurs professionnels. L'enregistrement des pratiques de fertilisation deviendra obligatoire. Pour assurer le suivi et le contrôle des matières fertilisantes, Alain Marois préconise de mettre en place, dans tous les territoires, des organismes tiers, de type des services d'assistance technique à la gestion des épandages (Satege), créés sous l'égide du préfet. « Ces organismes sont garants de la mise en œuvre et de l'animation de pactes de confiance territoriaux, décrit-il. Le financement de ces structures est assuré par les producteurs de déchets, les chambres d'agriculture, les agences de l'eau et les collectivités compétentes ».

Seuls les biodéchets et les matières organiques agricoles et agro-alimentaires sont éligibles à une sortie du statut de déchet. Ceux-ci devront toutefois passer par une démarche d'assurance qualité.

Une restriction des mélanges

Dans son rapport, Alain Marois encadre également les mélanges des matières. Ainsi, les mélanges entre matières fertilisantes sous le statut de produit sont autorisés à condition que ce soit de la matière brute, triées à la source ou qu'elles proviennent d'une activité agricole.

« Les matières transformées ou prétraitées contenant des biodéchets, par exemple des biodéchets déconditionnés ou méthanisés, doivent cependant respecter les conditions d'innocuité en termes d'inertes et d'impuretés avant mélange », précise-t-il.

De la même manière, les matières qui font l'objet d'une opération de tri mécanique, par exemple de déconditionnement, doivent répondre aux critères d'innocuité liés au statut de produit avant d'être mélangées à d'autres matières.

Pour les matières fertilisantes considérées comme des déchets, elles doivent respecter les critères d'innocuité lié à leur statut avant mélange.

D'une manière générale, les mélanges entre les deux catégories sont interdits.

Toutefois, Alain Marois envisage quelques dérogations. Ainsi les boues d'industries agro-alimentaires, issues d'un process de production identifié assurant une qualité homogène, peuvent être mélangées avec des produits, si elles respectent les seuils d'innocuité avant mélange et dans le cadre des ICPE. Le mélange reste sous le statut de déchet et est donc soumis à un plan d'épandage.

« Si la réglementation européenne le permet, et dans un souci de nécessité technique, les mélanges de déchets verts triés à la source avec des boues épandables ou de la [fraction fermentescible des ordures ménagères] FFOM issue de TMB [tri mécano-biologique], conformes aux critères minimums d'épandabilité, restent autorisés en compostage, au cas par cas, par le Préfet, qui fixe les quantités maximum de déchets verts apportées dans ces mélanges au regard des enjeux territoriaux et de façon à maîtriser la concurrence sur ce flux entre les différentes filières de traitement », propose-t-il. Il préconise qu'un ratio de l'ordre de 20 à 30 %, soit accordé à chaque installation, sous réserve d'une justification technique au mélange à apporter.

Vers une extinction de la filière d'épandage des composts de boues urbaines ?

Pour les boues issues de stations d'épuration, les mélanges, y compris avec d'autres matières d'intérêt agronomique issues du traitement des eaux (miate) (y compris des boues industrielles) sont autorisés et simplifiés, dans le cadre des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Les mélanges en méthanisation de boues urbaines et de la fraction fermentescible des ordures ménagères issue du tri mécano-biologique sont autorisés sous réserve d'absence d'épandage au sol du digestat.

 
Un prix des matières qui intègre le stockage du carbone Pour accompagner ce cadre, Alain Marois prévoit différentes mesures dont le déploiement d'un paiement pour service environnemental pour le stockage de carbone dans les sols. Il souhaite un ajustement de la taxe générale des activités polluantes (TGAP) pour certaines matières fertilisantes (composts divers) non conformes aux exigences minimales d'épandage (innocuité) et utilisées comme matériaux de recouvrement en décharge, ou encore pour des refus de tri valorisés énergétiquement, a minima de façon temporaire, le temps de la montée en gamme des installations. Il préconise une TVA réduite à 5,5 %, applicable aux activités de valorisation des déchets, dans le cadre d'une valorisation au sol des matières fertilisantes issues de déchets.
 
Sous réserve qu'elles répondent aux conditions d'innocuité avant mélange, les boues de step et de fraction fermentescible des ordures ménagères issue du tri mécano-biologique mélangées avec d'autres matières sous statut de déchets (balayures de voirie, refus de compostage, déchets de bois, etc.) sont autorisés, en compostage comme en méthanisation. Dans le cas des boues d'épuration urbaines, cette opération serait soumise à autorisation du préfet.

« Un cadre est proposé pour les boues de step. Par principe de réalisme, une dérogation est suggérée pour permettre leur compostage, souligne Alain Marois. Pour autant, transparence, traçabilité, information de l'utilisateur au consommateur final vont dans le sens de l'extinction progressive de cette filière, comme pour celle des composts issus des TMB, à l'image de pratiques déjà engagées par nos voisins européens ».

Pour les acteurs favorable à la valorisation agricole des boues, les signaux sont dans le rouge depuis quelques temps. Et les premières moutures du projet de loi économie circulaire ne semblent pas contribuer à les rassurer. Introduit par la rapporteure du texte en Commission développement durable de l'Assemblée nationale, un amendement prévoit la révision des normes sanitaires pour les boues urbaines destinées à être épandues. « Si cette disposition venait à être adoptée définitivement, le compostage des boues serait interdit dès l'entrée en vigueur de la loi, donc dans les prochaines semaines, et ce jusqu'à la publication et la mise en œuvre d'une norme compost révisée (pour prendre en compte les micropolluants, etc.), soit pour plusieurs années », s'inquiète notamment la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR). Les échanges sur ce texte, qui commencent aujourd'hui en séance publique à l'Assemblée, promettent d'être animés.

Réactions4 réactions à cet article

 

Qu'en pensent les fiables experts Lydia et Claude Bourguignon*

https://youtu.be/pcrrA-Am6oQ

* Oui je suis fier , oui je suis fier d'être pro-Bourguignon ;-)

Sagecol | 10 décembre 2019 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Alain Marois a démissionné pour raison de santé, c'est Sylvain Guinaudie qui est pdt

RESPA | 10 décembre 2019 à 09h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour cette précision, qui figure désormais dans l'article.
Cordialement

Dorothée Laperche Dorothée Laperche
10 décembre 2019 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour cette précision, qui figure désormais dans l'article.
Cordialement

Dorothée Laperche Dorothée Laperche
10 décembre 2019 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager