Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Varenne de l'eau : devoirs d'été pour les filières agricoles sur l'adaptation au climat

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre du Varenne agricole de l'eau lancé en mai dernier, les travaux du groupe de travail 2 viennent de débuter. Ils doivent s'organiser autour de l'adaptation de l'agriculture au changement climatique. Présidé par Anne Claire Vial, présidente de l'Acta, l'association des instituts techniques agricoles, le groupe de travail devra notamment réfléchir à des actions sur les sols, les variétés, les pratiques culturales et d'élevage, les infrastructures agro-écologiques ainsi que l'efficience de l'eau d'irrigation. L'idée est d'identifier les leviers par filière, et de les croiser avec des diagnostics territoriaux. « Les conséquences du changement climatique ne seront pas uniformes sur l'ensemble du territoire, a rappelé Thierry caquet, directeur scientifiques de l'Institut national pour la recherche agronomique et environnementale (Inrae). Le réchauffement sera par exemple plus marqué dans les zones de montagne ».

Pour entamer les travaux, les 62 interprofessions agricoles sont invitées à préparer un document de synthèse pour septembre prochain, dans lequel elles devront présenter : les conséquences du changement climatique déjà observables dans leur secteur, un scénario prospectif à forte contrainte climatique, les leviers possibles et les situations d'impasse, les accompagnements dont elles ont besoin (innovation, formation). Ces notes de cadrage seront la base des discussions à la rentrée. « La viticulture doit absolument réagir, alerte par exemple Bernard Angelras, président de l'institut de la vigne et du vin. Le changement climatique nous pose déjà des problèmes. Nous allons bientôt devoir irriguer en août pour maintenir la qualité de la production ».

Afin de concerter « tout autre acteur qui souhaiterait participer » selon Anne-Claire Vial, un questionnaire sera disponible en parallèle et les réponses seront synthétisées d'ici le 30 septembre. Il comporte les même questions que celles posées aux filières agricoles, et doivent permettre d'ouvrir la discussion notamment avec les ONG volontaires.

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est franchement ridicule d'arroser les vignes en été, faut changer de type de culture, passer à des ressources qui nous manquent comme les amandes hors de prix parce qu'on dépend de la Turquie et trouver tout naturel de remonter vers le nord et réinstaller les viticulteurs au nord de la Loire, les côteaux bien orientés ne manquent pas, adossés souvent à un sol calcaire (troglodytes caves)
Quand on pense q'un des meilleurs crus des pays de la Loire le Jasnière ne fait que 400 ha, 1000 seraient faciles à trouver.
+ des comportements choquants de la profession interdisant aux viticulteurs de Loire atlantique d'appeler leur vin vin breton.
Pour la petite histoire, fiere de notre héritage ma cousine a vendu ses quelques terres de Vendée pour s'installer à Ouveillan, pendant que le fief vendéen devenait avec le changement climatique nectar digne de Bacchus, le vin de l'Aude j'en dis pas plus, la définition ligérienne vous ferait rire, ils ont plongé en faillite. C'était jamais arrivé dans la famille.

pemmore | 15 juillet 2021 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Forum d\'entraide technique pour les exploitants de réseaux d\'eau FluksAqua