En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La mobilité de demain, vue par l'industrie automobile

Transport  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

D'après une étude internationale menée par le cabinet KPGM, l'efficacité énergétique du véhicule et son adaptation à un environnement de plus en plus urbanisé sont au cœur de la réflexion de l'industrie automobile sur la voiture de demain.

Selon les dirigeants interrogés, l'optimisation du moteur à combustion reste la piste la plus prometteuse à court terme pour améliorer l'efficacité énergétique des véhicules et réduire les émissions de CO2. A plus long terme, la maîtrise des technologies électriques sera un facteur de différentiation important susceptible de modifier sensiblement les facteurs de compétitivité. Mais "l'étude confirme la grande incertitude des constructeurs et équipementiers quant aux technologies qui motoriseront nos véhicules à l'horizon 2025 et au rythme d'introduction de ces nouvelles technologies. (…) Les incertitudes autour de la rapidité d'évolution du marché vers les technologies électriques compliquent significativement les efforts de rationalisation de l'outil de production". Sur les marchés émergents cependant, "l'introduction des nouvelles technologies semble facilitée par des contraintes environnementales liées à une forte urbanisation et la crainte d'une trop grande dépendance aux énergies fossiles".

Face à ces incertitudes, le véhicule hybride apparaît, pour 65 % des dirigeants, comme une transition idéale vers des solutions plus évoluées d'hybrides rechargeables ou de véhicules fonctionnant uniquement sur batteries.

Le marché devra également s'adapter aux évolutions de modes de vie. Ainsi, "les jeunes urbains, de moins en moins intéressés par la pleine propriété de leur véhicule et préférant partager celui-ci pour accéder en permanence au meilleur service, sont au cœur de la clientèle visée" par de nouveaux services de mobilités. Ainsi, pour 30 % des répondants, les constructeurs devront impérativement s'allier avec d'autres acteurs (loueurs, gestionnaires d'infrastructure, fournisseurs de transport public…).

Réactions2 réactions à cet article

 

il suffit d'aller chez un conscessionnaire pour voir l'évolution des mentalités:"aucune"!! ,les arguments sont les mêmes qu'avant: puissance ,equipement,tenue de route,valorisation de l'égo ,etc .le co2?, l'empécheur de polluer en rond on en parle pas .
il suffit de prendre une clio pour s'appercevoir qu'au fil des ans la voiture est devenu plus grande ,plus lourde, plus puissante plus équipée,si les constructeurs voulaient faire des efforts il auraient avant tout cherché a diminuer son poids, a optimiser ces consommations,son habitabilité,a éviter les equipements inutiles,a limiter sa puissance, sans parler de la surcapacité de production qui encourage les gens a changer de voiture comme on change de télé pour écouler les stocks.Le probléme c'est que c'est le concept même de l'automobile tel qu'on le connait actuellement qu'il faut changer et ça ils ne sont absolument pas prét a le faire.

lio | 26 janvier 2012 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

tout à fais d'accord, les constructeurs n'ont toujours pas tirés les leçons de ce qui leur est arrivé, probablement la faute au marketing aveugle de ces grosses boites !!

freud | 26 janvier 2012 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager