Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Vélo : « Notre charte interprète le Code de la route pour sécuriser les aménagements cyclables »

Afin de sécuriser les aménagements cyclables, la Fédération française de cyclotourisme a édité une nouvelle version de sa charte cyclable. Un outil utile aux collectivités. Détails avec Denis Vitiel, président de la commission sécurité de la FFVélo.

Entretien  |  Transport  |    |  Romain Pernot
Actu-Environnement Le Mensuel N°421 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°421
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Sortie en 2003 dans le sillage de la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (Laure) de 1996, qui préconisait d'inclure des aménagements cyclables lors de la création ou de la rénovation de voies urbaines, la charte cyclable expose des principes d'aménagements pour que la pratique du vélo soit la plus sûre possible.

Mise à jour en 2015, puis en 2018, la nouvelle version est disponible. Elle intègre un livre blanc qui recense les bonnes et les mauvaises pratiques en matière d'aménagement des espaces publics.

Destiné aux élus et aux techniciens des collectivités, ainsi qu'à tous les aménageurs de l'espace public, la charte cyclable livre des préconisations pour organiser et optimiser le partage des espaces occupés par le vélo.

Denis Vitiel, président de la commission sécurité à la Fédération française de cyclotourisme, nous en présente les grandes lignes.

Réactions2 réactions à cet article

 

Travail hors sol... il suffit de pratiquer les pistes cyclables Covid en proche banlieue parisienne, mortellement dangereuses. Disposées à la place de lignes de bus où la cohabitation était normale (bus rejetés sur une voie de circulation, bouchons garantis), séparées des voies de circulation par de simples plots plastique arrachés ou écrasés-couchés en travers (invisibles de nuit), servant de voie de stationnement ou de divagations piétonnières, empruntées à contre sens par les trottinettes, jonchées de gravats divers, jamais nettoyées, traversées d'énormes ralentisseurs bordés de flaques d'eau pour permettre l'accès piéton aux arrêts de bus, etc. Mais nos élus sont Verts n'est ce pas...

dmg | 22 décembre 2021 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le coup de boost du Virus est indéniable.
L'insécurité routière est un frein, certes.... le prix de l'essence en est un autre, encore trop de voitures sont prises pour faire le km qui sépare le domicile du boulanger (je parle pour la ville).
Il n'y a pas de solution unique (ne serait-ce que par la topographie des lieux : c'est plus facile dans un lieu plat qu''avec un lieu escarpé) mais la motivation et le civisme de TOUS sur le long terme constitue, à mon avis, le moteur principal.
J'entends d'ailleurs parler de Strasbourg : la première fois que j''y suis allé, c'était en 1998. A l'époque, je vivais en Normandie et j'avais été agréablement frappé par le mode de vie réellement axé vélo rencontré chez eux à l'époque. Leur classement de 2017 n'est donc pas une nouveauté mais une confirmation de leur état d'esprit à ce niveau, et ce quelque soit la couleur politique de la ville.

nimb | 23 décembre 2021 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager