En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Retour de vacances : et si boulot rimait avec vélo

Le vélo, ce n'est pas que pour les vacances. La rentrée pourrait être l'occasion de l'utiliser pour aller travailler. Indemnité kilométrique, investissements pour augmenter les voies cyclables, les mesures pour inciter les Français se multiplient. Profitez-en pour revoir notre reportage.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Retour de vacances : et si boulot rimait avec vélo

Depuis le 12 février 2016, grâce à la loi de transition énergétique, les employeurs peuvent verser une indemnité kilométrique aux salariés qui se rendent à leur travail à vélo. Un an après, cette indemnité kilométrique vélo (IKV) bénéficie au minimum à 40.698 salariés. Selon l'Observatoire de l'indemnité kilométrique, la majorité des structures sont des PME et des TPE. Il a toutefois identifié trois entreprises de plus de 5.000 salariés : Egis et RTE et Décathlon.

Lors de l'expérimentation de cette IKV, l'Ademe avait constaté l'effet incitatif de la mesure avec un doublement des usagers à vélo, même si le report modal de la voiture à la bicyclette ne représentait que 20% des nouveaux cyclistes… Toutefois, l'indemnité kilométrique vélo n'est pas cumulable avec celle des transports en commun, ce qui a dissuadé de nombreux salariés à se convertir, préférant les transports collectifs à l'usage du vélo notamment dans des régions où le réseau est très efficace comme en Ile-de-France…

Si l'IKV représente une avancée, le vélo est encore loin d'être reconnu comme un mode de transport à part entière. Pour le moment, les aménagements cyclables en ville ne sont pas encore exemplaires avec des stationnements des véhicules motorisés sur les pistes, la discontinuité des parcours, l'absence de signalétique pour accompagner les cyclistes au moment des travaux. Des obstacles qui dissuadent un grand nombre de personnes à se convertir.

Réactions1 réaction à cet article

 

Et quand on a 55 km à se farcir aller-retour quotidiennement sans alternative sérieuse en transports en commun, on fait quoi ?
On demande un HLM à la ville de Paris ?

Albatros | 30 août 2017 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…