En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'air respiré à vélo est globalement de meilleure qualité qu'en voiture

Pistes cyclables, couloirs de bus, marquages au sol… Plus libre de ses mouvements, le cycliste parisien est globalement et malgré son effort physique, moins exposé à la pollution que l'automobiliste, selon une étude d'Airparif rendue publique mardi.

Transport  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
   
L'air respiré à vélo est globalement de meilleure qualité qu'en voiture
Tricycle et son matériel de mesure
© Airparif
   
C'est dans le flux de circulation et au cœur du trafic que le cycliste est en moyenne le plus exposé à la pollution. Celui qui roule à Paris y baigne quotidiennement. Mais selon une étude d'Airparif, l'association agrée de surveillance de la qualité de l'Air en région parisienne, rendue publique mardi, les pistes cyclables plus ou moins séparées de la circulation, les couloirs de bus ou le marquage au sol, montrent un effet bénéfique en l'éloignant du flot de véhicules.

Se concentrant sur les oxydes d'azote (NOx) et les particules PM10 (particules inférieures à 10 microns), deux polluants représentatifs du trafic routier et impactant sur la santé, l'étude s'est intéressée à quatre trajets du plus éloigné au plus proche de la circulation : le long du Port de l'Arsenal, sur la rive droite de la Seine, rue de Rivoli et avenue Daumesnil. Ces circuits ont été sélectionnés en fonction de leur densité de trafic et de la présence ou non de différents aménagements pour les cyclistes (pistes plus ou moins éloignées des véhicules, couloir de bus ouvert au vélo), afin d'évaluer leur influence sur la qualité de l'air respirée à vélo. Pour mener ses tests et permettre de rendre compte des variations très rapides des niveaux de pollution auxquels est exposé un cycliste, Airparif a mis au point un vélo (un triporteur de 200 kg) spécialement équipé avec des appareils de mesure automatique et une prise d'air à hauteur du nez du cycliste.

Des cyclistes globalement moins exposés que les automobilistes…

Résultats, l'exposition du cycliste à la pollution varie selon les aménagements et le polluant mesuré. Les 212 km de pistes cyclables représentent ainsi la meilleure protection en terme de pollution, que ce soit pour le dioxyde d'azote ou les particules. En moyenne, l'exposition à la pollution est deux fois moins élevée pour le cycliste sur une piste séparée que dans la circulation automobile , explique Philippe Lameloise, directeur d'Airparif. Par ailleurs, l'exposition sur les couloirs de bus est de 30% moins élevée que dans la circulation.
En termes de pollution atmosphérique, les couloirs de bus sont bien pour les cyclistes quand il n'y pas de bus et de taxis dedans !
, commente-t-il.
En revanche les mesures ont aussi permis de mettre en évidence des phénomènes de bouffées pour les particules. Il y a d'autres sources de pollution par les particules le long d'un trajet comme les aérations de parking et les aérations de métro , note Philippe Lameloise. Il y a aussi des activités qui existent sur le trottoir qui génèrent de la remise en suspension de particules comme le balayage ou les soufflantes qui remplacent le balayage.

En comparaison avec les résultats d'une étude précédente effectuée par Airparif et portant sur l'exposition des automobilistes, la qualité de l'air respiré à vélo est moins dégradée qu'en voiture, du fait de la possibilité pour le cycliste de s'éloigner plus ou moins du flux de circulation en empruntant notamment les aménagements qui lui sont dédiés.

… à condition de respecter quelques conseils

D'ailleurs, selon le docteur Patrick Le May, coordonnateur d'une étude sur les livreurs à vélo, demandé à Airparif pour le Ciamt (Centre de médecine du travail et de santé au travail), il y a plus de bienfaits à faire du vélo, même dans des conditions polluées, qu'à rester sédentaire . En respectant toutefois quelques conseils simples : privilégier les voies cyclables et les axes moins fréquentés, éviter de circuler derrière les pots d'échappement et pratiquer le vélo à un rythme modéré pour éviter l'hyperventilation et donc l'inhalation excessive de polluants. Le docteur estime par ailleurs qu'en termes de protection de la santé, il est plus indispensable de porter un casque qu'un masque qui ne filtre ni les petites particules, ni les gaz…

Réactions4 réactions à cet article

 
en vélo à Paris

Oui, le vélo, c'est géant! j'aime tellement le vélo que je m'en étais acheté un beau, un Gitane Mississipi, à 400€! j'étais en Bretagne, tout baignait dans le meilleur des mondes possibles avec vues imprenables sur la côte rocheuse de la mer d'Iroise. Je reviens à Paris, avec un antivol classique (pas méchant) et le temps que j'en achète un vrai, un U, plof, vélo volé!
Où sont les trafiquants de vélo? où est la fourrière de la police que je m'en rachète un autre?
On ne peut pas monter les côtes en vélib, ni payer la caution d'ailleurs!
A quand les vélos à 3 roues pour les familles, les courses, comme j'avais vu au salon de l'environnement, il y a quelques années? Où sont ces artisans créatifs?

LouZou aZen | 26 février 2009 à 01h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:en vélo à Paris

Mais enfin... il y en a, des vélos "à trois roues"... allez sur des sites spécialisés, par ex. vélotaf, vous trouverez des masses d'informations!

isa du vélo | 27 février 2009 à 23h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:en vélo à Paris

javascript:add_smilley('');
merci pour cette découverte, je ne connaissais pas le vélotaf!
dire que j'ai vélotaffé des années le samedi et le dimanche le long du canal de l'ourcq.
Dimanche, immense privilège la route est libérée des bagnoles de 9h à 20h, quel plaisir!javascript:add_smilley('');
merci à la mairie de paris, aussi!

LouZou | 28 février 2009 à 01h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:en vélo à Paris

Vélotafer, si j'ai bien compris (!) c'est aller au travail à vélo. Concernant l'ouverture des voies sur berges le dimanche, il s'agit d'une mesure mise en place par jean Tibéri en 1995, suite à l'initiative de Michel Barnier l'année précédante, alors qu'il était ministre de l'environnement. et ce n'est pas jusqu'à 20 h mais juqu'à 17 h. par contre, en effet, pour le canal de l'Ourcq, c'est une initiative associative, mise en oeuvre aussi, je crois (?) sous Tibéri.

Anonyme | 28 février 2009 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…