En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les ventes de phytosanitaires toxiques baissent en Adour-Garonne

Agroécologie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

A travers la redevance pour pollution diffuse collectée auprès des distributeurs de produits phytosanitaires (et acheteurs de produits à l'étranger), l'agence de l'eau Adour-Garonne constate une baisse des ventes de substances les plus toxiques pour l'environnement : 723 tonnes en 2012 contre 1.018 tonnes en 2008. Les substances vendues en 2012 sont très majoritairement des fongicides (55%), puis des herbicides (39%). Représentant 6% des ventes totales, les produits autorisés aux particuliers pour leur jardin ont baissé de 40% depuis 2008.

Au total, en 2012, l'agence de l'eau Adour-Garonne a collecté 19,7 millions d'euros, soit 19% du montant collecté au niveau national.

Un projet de décret prévoit d'élargir l'assiette de cette redevance en incluant désormais les ventes de substances suspectées d'être cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) chez l'homme.

Réactions6 réactions à cet article

 

Ce genre d'information est à la limite de la désinformation.

Les années climatiques et agricoles se suivent et ne se ressemblent pas. Par conséquent, comparer des chiffres bruts de deux années particulières n'a guère d'intérêt.

De plus, on peut penser qu'il y a eu une évolution dans la panoplie des outils phytosanitaires à la disposition des agriculteurs vers des produits moins préoccupants.

Tous les produits sont toxiques, y compris l'oxygène, l'eau, le sel, etc. Tout dépend de la dose et des conditions d'emploi.

Wackes Seppi | 17 septembre 2014 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a moins de volume, peut-être et encore n'est-ce que conjoncturel, mais avec des molécules infiniment plus puissantes. Et on continue d'homologuer à tour de bras des molécules qui ne font que changer de nom.

petite bête | 18 septembre 2014 à 11h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Parceque vous croyez que tous ceux qui achètent à l'étranger font une déclaration à l'Agence de l'eau! Hahaha
Aller le dire aux agri de Languedoc Roussillon par exemple... ils vont bien rire...
De plus, les quantité ont baissé mais les concentrations sévèrement augmentées...façon de faire parler les chiffres comme on le veut...

Sébastien, Conseiller technique en grandes cultures

seb | 18 septembre 2014 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les volumes (poids) sont certainement le moins fiable des indicateurs. Passez en agriculture dite « biologique », remplacez les molécules de synthèse par le « bon » vieux cuivre et le soufre... et vous augmentez considérablement l'indicateur !

Les molécules nouvelles seraient «  infiniment plus puissantes » ? C'est la vulgate « écolo » anti-pesticides. S'il est vrai qu'une molécule utilisée à raison de quelques grammes par hectare est plus « puissante » qu'une autre utilisée à raison de quelques kilogrammes, cela ne nous renseigne pas sur l'effet environnemental comparé des deux molécules.

« ...on continue d'homologuer... » ? C'est faux.

.

Les achats en Espagne ? Oui, cela fausse les statistiques de l'agence de l'eau Adour-Garonne.

Wackes Seppi | 18 septembre 2014 à 13h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

faut pas mettre des bâtons dans les roues de l'industrie chimique sinon le gang des PP(papys pollueurs, Wackes seppi, l'inénarrable LB) se fâche, les pesticides ne sont pas dangereux pour la santé la preuve, ils sont encore là pour en témoigner

lio | 20 septembre 2014 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci Mme Lio pour cet excellent commentaire.

Oui, excellent, car on peut aussi démontrer la bêtise d'une partie de l'opinion écolopolitique par l'absurde. Et, en matière d'absurde, vous avez vraiment fait très fort.

Les pesticides, Mme Lio, ne sont pas dangereux pour la santé quand ils sont produits, commercialisés et utilisés selon les règles et les préconisations. Les pesticides, Mme Lio, font l'objet d'une évaluation et d'une procédure d'autorisation avant de pouvoir être mis sur le marché. Et les études se poursuivent pendant leur utilisation.

Les pesticides, Mme Lio, appelés « biocides » dans le cadre de cet usage, c'est ce que vous mettez sur la tête de votre bout-d'chou (enfin si vous en avez un) pour lutter contre les poux, dans la nuque de votre toutou ou votre minou pour lutter contre les puces et les tiques. C'est aussi avec ça qu'on traite les charpentes contre les insectes et champignons xylophages (« xylophage », Mme Lio, = qui mange le bois). La liste est longue...

Wackes Seppi | 22 septembre 2014 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…