En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les D3E ont désormais leur centre de traitement à Angers

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Le ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire Jean Louis Borloo a profité de son déplacement angevin au siège social de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) actuellement en cours de rénovation et d'agrandissement, pour inaugurer, en présence d'Henri Proglio, Président-directeur général de Veolia Environnement, la toute dernière usine pour le retraitement des D3E (Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques ou DEEE).

Né d'un partenariat entre Angers Loire Métropole, Veolia Propreté, Thomson, des industriels locaux de l'électronique et des acteurs de l'économie sociale et solidaire, ce site, situé sur la commune de Saint-Sylvain d'Anjou, est spécialisé dans le traitement et la valorisation du Gros Electroménager froid (GEM froid), des écrans (y compris LCD et plasma), des Petits Appareils en Mélange (PAM) et des D3E professionnels. Le centre emploie 90 personnes et offre des solutions de traitement et de valorisation à 27 départements (14 millions d'habitants). Lors du lancement du projet d'implantation de ce centre, nous avions également pour objectif de maintenir et de développer les activités industrielles et sociales de la région en offrant des opportunités d'emplois aux salariés de Thomson et en proposant de nombreux postes à des personnes handicapées ou en difficulté sociale, précise Jérôme Le Conte, le Directeur général de Veolia Propreté France.
Seule ombre au tableau de cette inauguration, un petit groupe de riverains venus à l'entrée du site de traitement, se plaindre des nuisances sonores de l'usine. Le ministre de l'Ecologie qui est venu à la rencontre des manifestants a assuré qu'il allait étudier cela de près.

Avec 1,7 millions de tonnes par an en France, les DEEE ménagers représentent environ 5% des ordures ménagères et ce flux est en forte croissance. Dans une société où le taux d'équipement est de plus en plus élevé et où les produits sont très rapidement obsolètes avec l'évolution rapide des technologies, ces quantités de déchets s'accroissent en effet de 3 à 5% par an. L'impact sur l'environnement de l'exploitation de matières premières entrant dans leurs compositions, la complexité des éléments qui composent ces équipements et la dangerosité ou la toxicité de certaines substances qu'ils contiennent ont justifié une gestion spécifique de ces déchets. Une directive européenne de janvier 2003 traite ainsi de la conception des produits en amont (RoHS) ainsi que de la collecte et des modes de traitement des déchets. L'objectif étant de récupérer, à travers une collecte sélective, 4kg/an par habitant de DEEE.

Rappelons que la France a transposé cette directive en droit français par le décret du 20 juillet 2005, complété par des arrêtés qui précisent les obligations de tous les acteurs de la filière DEEE, des producteurs aux citoyens, en passant par les distributeurs, et les collectivités.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager