Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Véronique Lelièvre prend la direction de la communication de France Hydro Électricité

Véronique Lelièvre, titulaire d'un BSc Communication de l'Université de Montréal et d'un Master en management d'entreprise, rejoint France Hydro Électricité, syndicat des petits producteurs d'énergie hydroélectrique, au service communication.

Nomination  |  Energie  |    |  Actu-Environnement.com

Véronique Lelièvre intégre l'équipe animée par Jean-Marc Lévy, délégué général, sous la présidence d'Anne Pénalba. A 41 ans, la nouvelle responsable communication de France Hydro Electrcité occupe depuis 15 ans des fonctions de chargée de communication dans des grandes entreprises, avec un fort intérêt pour les nouvelles technologies. Dans ses précédentes missions au sein d'une organisation professionnelle, elle a déjà pu mettre en oeuvre des actions de communication visant à favoriser les comportements écologiquement responsables.

France Hydro Électricité, syndicat professionnel, représente aujourd'hui plus de 500 centrales réparties sur tout le territoire français, avec une puissance installée cumulée de 4 300 MW environ (soit 18 % de la puissance installée hydroélectrique en France selon l'organisme) ainsi que des entreprises, bureaux d'étude, turbiniers, fournisseurs de matériels électriques et mécaniques.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il est très exagéré de prétendre que la petite hydro-électricité représenterait 18 % de la production hydroélectrique française. Ce chiffre concerne plus probablement l'ensemble de la production "hors EDF". En effet sur 1600 installations de production (EDF et autres), 400 d'entre elles produisent 95 % de la production, et les 1200 autres 5 %

Petite | 09 novembre 2011 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui donc 18 % y compris la petite hydro d'EDF ! C'est-à-dire hors grande hydroélectricité ! Ce n'est donc pas exagéré mais un chiffre réel de production hydroélectrique assurée par des petites installations, EDF ou non !

Sowat | 20 décembre 2011 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le seul intérêt de l'hydraulique, c'est lorsqu'il y a un réservoir (lac de barrage) mobilisable instantanément. Toute électricité "au fil de l'eau" ou du vent, ou du soleil, n'a aucun intérêt en période "hors pointe", à moins de trouver, comme le font désormais les allemands, un moyen de stocker l'énergie en période creuse, et la remettre lors des pointes. Les Allemands le font en produisant de l'hydrogène qui est injecté dans le réseau de gaz (il reste donc stable jusqu'à 20% injectés) et l'utilisent en turbines à gaz lors des pointes de consommation.
Ne pas confondre placement financier et énergie durable, surtout pour la micro-hydraulique qui dévaste les milieux naturels aquatiques pour une production aussi marginale qu'inutile. Plus de la moitié des risques de "non-atteinte du bon état" exigé par la directive-cadre européenne sur l'eau sont liés aux altérations morphologiques : barrages et obstacles divers, altérations des berges, etc...

Petite bête | 20 décembre 2011 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager