En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité : l'Ile Nouvelle, un morceau de terre en pleine renaissance

Dans l'estuaire de la Gironde, l'Ile Nouvelle, îlot de 270 hectares, est un nouveau berceau de la biodiversité. L'arrêt des cultures puis la dépoldérisation ont totalement remodelé les paysages, marquant le retour d'une flore et d'une faune sauvages.

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    |  Rémi PinActu-Environnement.com

Ancienne terre agricole où étaient cultivés le maïs et la vigne, l'Ile Nouvelle a été rachetée en 1991 par le département de la Gironde. L'île fait depuis l'objet d'un programme de renaturation qui a profondément redessiné ses paysages et la biodiversité qu'elle abrite.

Depuis les années 90, les tempêtes successives ont progressivement affaibli les digues qui n'ont pas été reconstruites pour laisser rentrer l'eau au gré des marées. En laissant de vastes espaces se transformer en marais, une végétation nouvelle s'est créée, attirant nombre d'espèces animales : insectes, petits mammifères, et poissons, comme l'anguille. Une diversité de faune et de flore qui a permis le retour de différentes espèces d'oiseaux : la locustelle luscinioïde, le héron garde-boeufs, le héron pourpre, la seule colonie nicheuse de spatule blanche de Gironde… Au total, près de 200 espèces d'oiseaux ont fait leur retour sur cet espace naturel.

"Il y a urgence à agir face à l'érosion de la biodiversité, plus de 17.000 hectares ont été acquis en Gironde pour valoriser une centaine d'espaces naturels", explique Jean Touzeau, vice-président du département et chargé de la valorisation du patrimoine environnemental et touristique.

Une large partie sud de l'Ile Nouvelle est ouverte au public pour faire découvrir le programme de renaturation et observer avec des guides, les milliers d'oiseaux qui y nichent chaque année. La partie nord reste inaccessible afin de laisser cette biodiversité s'épanouir, et devenir un véritable laboratoire pour les naturalistes qui suivent l'évolution de cet écosystème.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…