Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

« Nous avons une définition de ce qu'est un produit bio-sourcé, mais pas de pourcentage minimum intégré »

De plus en plus de constructeurs utilisent des produits bio-sourcés. En France, un label permet de garantir l'origine de leur contenu bio-sourcé. Yves Hustache, associé-fondateur du bureau Karibati, nous explique la démarche.

Entretien  |  Bâtiment  |    |  Félix Gouty

En 2022, une soixantaine de produits bio-sourcés ou géo-sourcés, vendus par une vingtaine de fabricants, principalement d'origine française, ont obtenu le label Produits biosourcés Karibati. Cette garantie de qualité est proposée par un bureau d'études éponyme, depuis 2017. « Notre label est issu d'une démarche volontaire, donc il fallait surtout que les industriels s'en saisissent », resitue Yves Hustache, associé-fondateur de Karibati, à l'occasion du salon Batimat 2022 (regarder la vidéo).

Pour rappel, le label Karibati assure qu'un produit respecte un pourcentage minimum de contenu d'origine bio-sourcée et donc de qualité : d'au moins 70 % pour les isolants ou de 25 à 30 % pour les bétons. « Les utilisateurs de produits bio-sourcés voyaient arriver sur le marché un certain nombre de produits, avec une visibilité pas toujours très claire concernant le contenu en bio-sourcé, s'est expliqué Yves Hustache. Ceci est dû au fait qu'aujourd'hui sur le plan européen, nous avons une définition de ce qu'est un produit bio-sourcé, mais nous n'avons pas de pourcentage minimum intégré (à respecter). Vous pouvez donc trouver des produits qui se revendiquent bio-sourcés, mais avec réellement 1 % de contenu bio-sourcé. »

La garantie qu'offre le label s'appuie sur un consensus validé par un comité d'acteurs de la construction, tels qu'Eiffage, Vinci ou Bouygues, et de fabricants représentés par l'Association des industriels de la construction biosourcée (AICB). Chaque produit labellisé est audité tous les deux ans par Alpes Contrôles, bureau de contrôle spécialisé en la matière. En plus du pourcentage massique à respecter, les produits labellisés doivent fournir une fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES). Si le label « ne garantit pas la performance environnementale du produit », il doit s'appuyer sur un minimum de transparence. Cela étant, Karibati travaille actuellement à s'en saisir pour associer la question de l'empreinte carbone. Ce nouveau critère aurait pour ambition de clarifier les choses et de faire le tri parmi les produits bio-sourcés se revendiquant bas carbone. #BATIMAT2022 #BATIMAT2022

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]