En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Terrils miniers : de la friche au hotspot de la biodiversité

Dans le bassin minier du Nord de la France, les terrils sont devenus au fil du temps des habitats pour des espèces inédites. Ces collines de schistes qu'on cherchait il y a peu à camoufler, sont aujourd'hui valorisées pour leur intérêt écologique.

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com

Les terrils sont devenus d'étonnants vestiges du passé minier du Nord de la France où l'extraction du charbon a duré près de trois siècles. On en dénombre aujourd'hui un peu plus de 200 sur ce territoire long de 120 kilomètres, dont une partie est classée au patrimoine mondial de l'Unesco et au titre de la loi paysages de 1930. Préservés pour leur intérêt faunistique et floristique, ces terrils font le bonheur des naturalistes. Ces habitats anthropiques essentiellement composés de schistes abritent en effet des espèces pionnières qu'on ne retrouve pas dans la région.

Reportage vidéo sur les terrils de Harnes et d'Estevelles respectivement gérés par le Conservatoire d'espaces naturels du Nord et le Syndicat mixte Eden 62.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le phénomène est également bien connu depuis longtemps pour les carrières, du moment qu'elles ne sont pas "remises en état" pour les cultures, pour la sécurité (alors qu'une clôture correctement entretenue peut fort bien faire l'affaire) ou pour le stockage de déchets du BTP. Les falaises artificielles créées dans les carrières de roche dure ou les aplombs de quelques mètres des sablières sont extrêmement favorables à tout un cortège d'espèces de flore et de faune dites pionnières.
Il y a là une réelle contribution à la reconquête de la biodiversité sauvage hautement menacée dont les DREAL seraient bien inspirées de s'emparer pour atteindre leurs objectifs régionaux.

Pégase | 25 juin 2018 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…