En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement d'une plateforme pour nourrir les villes demain

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le réseau international de recherche et de coopération sur la gouvernance alimentaire durable des régions urbaines (IUFN) lance une plateforme interactive consacrée à cette problématique de l'autonomie alimentaire des villes. "Elément clé pour favoriser le dialogue entre les autorités locales, la communauté scientifique internationale et la société civile autour de cet enjeu majeur, elle représente une véritable colonne vertébrale pour toute action future de l'ONG", indique le réseau.

Alors que d'ici 2050, les trois quarts des habitants de la planète vivront en ville, l'IUFN rappelle qu'une région comme l'Ile-de-France est autosuffisante pour seulement 20% de son approvisionnement alimentaire. Autrement dit, "en cas de blocus, la ville ne dispose que de trois jours de réserves".

Le réseau appelle donc les collectivités à s'interroger sur la manière de nourrir durablement une population urbaine en constante augmentation. "Si les villes sont notre avenir, la question vitale de leur approvisionnement alimentaire durable n'est souvent pas la priorité des agendas locaux. (…) L'alimentation reste paradoxalement le parent pauvre de la réflexion sur la ville durable".

Selon lui, l'ensemble des acteurs des régions urbaines (collectivités locales, chercheurs, agriculteurs, entreprises, citoyens) doit entamer un dialogue pour identifier et mettre en œuvre les initiatives innovantes et les politiques ambitieuses qui permettront de nourrir les villes de demain. C'est le but de la plateforme.

Réactions2 réactions à cet article

 

Cet article nous a fort marqué car cette question est plus délicate dnas les pays du sud comme en RDC où 80% de Terres est arable mais non mise en valeur faute de la téchnologie et de la bonne politique nationale si pas Urbaine de géstion.

Merci

sergio lupuke | 30 janvier 2014 à 20h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Jean Louis Auguste Commerson a écrit en 1851 "Si l’on construisait actuellement des villes, on les bâtirait à la campagne, l’air y serait plus sain. "Le problème n'est donc pas nouveau.
Dans les solutions possibles aujourd'hui grâce à l'informatique en réseaux et au TGV, on pourrait délocaliser les emplois tertiaires près des lieux de résidence et même à domicile. D'autre part s'agissant des grandes agglomérations dont Paris représente la plus couteuse aberration, une vraie décentralisation en particulier des ministères et autres sièges sociaux aurait tous les avantages tant pour les organisations que pour les personnels. Qualité de la vie, réduction de temps de transports, coûts de loyer logements et bureaux...avec comme corollaire des économies d'énergies et d'argent.
Qui osera décider cela?

ITC78 | 31 janvier 2014 à 13h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…