Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'offre en aménagements cyclables progresse et se diversifie

L'enquête 2013 du Club des villes et territoires cyclables détaille le développement des aménagements cyclables. Si la zone 30 est l'aménagement le plus fréquent, le double sens cyclistes et les sas cyclistes affichent de belles progressions.

Transport  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

"En 2013, l'état des lieux des politiques locales en faveur de la mobilité active confirme la dynamique d'offre des collectivités, le renforcement de la gouvernance vélo et l'émergence de priorités et de grands chantiers pour 20142020". Tel est le constat tiré des premiers résultats de l'enquête 2013 du Club des villes et territoires cyclables. Le document, intitulé "les politiques en faveur des cyclistes et des piétons dans les villes françaises", donne "une photographie des politiques en faveur des cyclistes et des piétons à la veille des élections municipales et de la mandature 2014-2020", explique le Club.

27% de voiries aménagées

Premier point soulevé par l'enquête, la politique de l'offre reste favorable au vélo. "La progression des infrastructures et des services, la mise en œuvre d'outils d'évaluation et de planification, l'augmentation des moyens des politiques cyclables locales (…) dans un contexte économique pourtant très tendu pour les collectivités, prouvent que le vélo prend sa place dans les politiques et sur les territoires locaux", estime le Club.

Parmi les signes positifs traduisant cette politique de l'offre, l'enquête fait état d'une hausse de 19% du linéaire de voiries aménagées cumulé entre 2011 et 2013. Cette progression intervient après une augmentation de 67% entre 2007 et 2011 du linéaire d'aménagements cyclables. En conséquence, "la barre symbolique du kilomètre aménagé pour 1.000 habitants est franchie, avec : 27% de voiries aménagées sur la voirie disponible, soit une progression de 9 points depuis 2011", note l'étude.

La zone 30 privilégiée

Par ailleurs, l'offre se diversifie et le Club note que "les collectivités utilisent, le plus souvent, toute la palette des aménagements dédiés au vélo et à la modération de la vitesse des motorisés, à leur disposition, pour rendre la voirie hospitalière pour le cycliste et le piéton".

Néanmoins, la zone 30 "demeure la zone apaisée la plus mise en œuvre en volume" et progresse de 28% en deux ans, notamment dans les collectivités de 50 à 100.000 habitants (+54%). "L'extension du concept des zones 30 à toutes les voiries de desserte, et à des tronçons situés sur des axes de circulation, est à l'œuvre dans un certain nombre de collectivités, même si, à l'échelle des agglomérations, elle reste plus fortement marquée dans les villes-centres", analyse l'enquête. Quant aux autres zones aménagées, le Club met en avant une hausse de 25% pour les zones de rencontre et de 15% pour les aires piétonnes.

Les doubles-sens cyclables, dont le linéaire progresse de 27% après avoir augmenté de 413% entre 2007 et 2011, et les sas cyclistes, qui progressent de 24%, traduisent aussi cette amélioration de l'offre en aménagements urbains favorables aux cyclistes.

Budgets dédiés et chargés de mission

L'intérêt des collectivités pour le vélo se traduit aussi par un budget dédié. C'est le cas pour 70 à 75% des collectivités de plus de 50.000 habitants, rapporte le Club, précisant qu'en deux ans le budget moyen reste globalement stable, passant d'environ 5 euros à 5,9 euros par an et par habitant. En moyenne, ce budget est consacré aux investissements pour 70%, et à l'exploitation pour 30%.

L'évolution du nombre de chargés de mission vélo est une autre marque d'intérêt des collectivités pour les cyclistes. Globalement, 76% des collectivités enquêtés ont créé un tel poste, contre 65% deux ans auparavant. Les villes de 50 à 100.000 habitants stagnent à 44% quand les villes de plus de 250.000 habitants sont 88% à disposer d'un chargé de mission, contre 75% en 2011.

Enfin, les instances de concertation ou d'information des usagers, ainsi que le soutien financier aux associations d'usagers cyclistes, se développent aussi. En 2013, 59% des collectivités ayant répondu disposent d'une instance de concertation ou d'information des usagés, contre 46% en 2011, et 54% soutiennent financièrement les associations locales de cyclistes urbains.

La priorité : une politique globale

La présentation de ses résultats est aussi l'occasion de fixer les enjeux de la nouvelle mandature municipale. Pour le Club des villes et territoires cyclables, la priorité pour les six prochaines années est la réalisation d'un "système vélo". "Une politique en faveur du vélo, audelà d'une politique d'aménagement, associe infrastructures, services, actions de sensibilisation et d'incitation", plaide le Club.

Le stationnement des vélos constitue "une attente forte des Français", avance le Club en s'appuyant sur une enquête réalisée à sa demande en 2013 par TNS Sofres et MTI Conseil. L'objectif est d'"assurer le stationnement du vélo partout et en tout point du déplacement, avec des dispositifs adaptés aux durées de stationnement et degrés de sécurisation".

Un troisième point se démarque : la volonté de développer le vélo à toutes les échelles territoriales. "La hiérarchisation de la voirie à l'échelle des agglomérations, avec l'objectif de généraliser le 30 km/h à plus de 50% de la voirie et même 70% démarche à l'œuvre dans un nombre croissant de territoires devrait (…) se renforcer dans le mandat municipal 20142020, dans l'intérêt de tous les usagers de la ville", défend le Club.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager