Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Wood'Art : un projet d'ensemble immobilier à 76 % composé de bois

Situé dans l'éco-quartier de la Cartoucherie à Toulouse, le projet immobilier Wood'Art, de plus de 13 300 m2 (logements, commerces et hôtel), est porté par le promoteur Icade. Il est composé de 76 % d'éléments en bois, dont une tour de 10 étages.

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Wood'Art : un projet d'ensemble immobilier à 76 % composé de bois

Porté par un groupement mené par le maître d'ouvrage Icade, le projet « Wood'Art » fait partie des treize premiers lauréats du concours national des immeubles en bois de moyenne et grande hauteur. Il a été sélectionné en 2017 par l'Association pour le développement des immeubles à vivre bois (Adivbois).

Wood'Art est le premier démonstrateur retenu par Adivbois à sortir de terre. C'est un projet d'ensemble immobilier situé dans l'écoquartier de la ZAC de la Cartoucherie, aménagé par Oppidea à Toulouse (Haute-Garonne). L'opération a été conçue par le cabinet Dietrich Untertrifaller Architectes, associé à Seuil Architecture (Toulouse). Le projet représente plus de 13 300 m2 de surface de plancher répartis sur trois bâtiments. Les deux premiers se divisent en logements sociaux et logements en accession qui gravitent entre cinq (R+5) et huit étages (R+8). Le troisième bâtiment est une tour de 10 étages (R+10), qui accueillera un hôtel sur les cinq premiers niveaux et des logements en accession jusqu'au R+10. L'ensemble repose sur un socle d'espaces commerciaux (2 750 m2) ainsi qu'un parking en sous-sol (8 600 m2).

76 % d'éléments en bois

Le chantier a démarré début 2018 et sa livraison est prévue pour novembre 2021. Ce projet innovant est composé de 76 % d'éléments en bois y compris pour une part importante des structures. Wood'Art est composé d'une structure hybride bois et béton, « avec énormément de bois dans la structure sur les typologies de logements et un peu moins sur les autres typologies pour des questions de réglementation. Toutefois, l'ensemble des façades sont en bois. Ce projet a été conçu en amont sous maquette numérique, permettant de recourir à la préfabrication en atelier notamment des éléments de façades qui ont été livrés puis assemblés sur chantier », explique David Bruchon, directeur technique filière sèche et RSE chez Icade. La façade est portée par une ossature bois, son parement est composé de matériaux en bois, en aluminium ou en terre cuite. Le béton a été réservé pour les noyaux, le socle, les escaliers et le sous-sol. « Aujourd'hui le projet est très avancé. On est en cours de levage de la partie émergente, c'est-à-dire tous les noyaux béton sont terminés, ainsi que les sous-sols et le socle béton », indique M. Bruchon.

Recours ponctuel au béton

Le recours au béton utilisé dans ce chantier a été adapté en fonction des niveaux des chargements et de la robustesse des supports, pour des questions de sécurité et de stabilité de l'ouvrage des hauts immeubles. Certains ajustements ont été nécessaires pour intégrer toutes les contraintes techniques et réglementaires, comme inclure un séparatif coupe-feu en béton pour s'interposer entre la partie hôtel et la partie privative de la tour. Le groupe Socotec, spécialisé dans le conseil en maîtrise des risques, est intervenu sur le projet Wood'Art. Il a mené des missions de contrôle technique et délivré des avis de chantier qui ont permis de valider les choix techniques. « Concernant la conformité au regard de la règlementation incendie des façades, un avis de laboratoire a été produit par Efectis », souligne David Bruchon.

« Sur ce chantier, on a assuré l'étanchéité à l'eau des façades pour bien protéger les ossatures bois qui y sont intégrées. Concernant la sécurité incendie, on a encapsulé ce qui devait l'être avec un flocage sous les planchers en bois lamellé croisé (CLT) », précise de son côté Philippe Bontemps, responsable du pôle bois du bureau d'études Terrell Group, partenaire du projet. « Et pour le confort vibratoire de la tour, il a fallu trouver des éléments de stabilisation rigide, par soit les noyaux en béton ou soit des palets de stabilité en acier », souligne-t-il également. Par ailleurs, des isolants minéraux ont aussi été mis en place pour prévenir le risque incendie, comme « la laine de roche dans les murs », ajoute David Bruchon.

Utilisation du bois local

 
Wood'Art est un projet emblématique pour Adivbois et la filière bois. Il fait la preuve que le bois répondra bien présent à l'ambition de la RE 2020.  
Frank Mathis, président d'Adivbois
 
Ce chantier met en œuvre des bois locaux pour les planchers, les murs et les ossatures, préfabriqués en atelier. « Wood'Art est un projet qu'on a fait évoluer de la conception à la réalisation. Le parti pris a été d'associer un poteau-poutre mixte bois et métal, des planchers CLT et des murs manteaux en ossature bois. Environ 1 300 mètres cubes de CLT ont été mis en place dans ce chantier. On a 150 m3 de bois d'ossature et 200 m3 de bois lamellé collé posés pour tout ce qui est poutre », détaille Sylvain Larrouy, président de Maître Cube, entreprise générale spécialiste de la construction bois, partenaire du projet. Il dirige aussi Pyrénées Charpentes, entreprise locale basée à Agos-Vidalos (Haute-Garonne) spécialisée dans les constructions en bois. « Nous avons coupé les volumes nécessaires pour la réalisation de cet ouvrage dans les forêts d'Occitanie. L'ensemble des planchers en CLT sont en Douglas, et pour tout ce qui est poteaux et ossatures bois, c'est du sapin ou de l'épicéa. On pose en gros 200 m2 de murs en bois par jour », souligne M. Larrouy.

Un ensemble immobilier bas carbone

L'ambition écoresponsable du projet se reflète dans le niveau des certifications qu'il veut atteindre : NF Habitat HQE, label "Bâtiment Durable Occitanie" (niveau argent), label Biosourcé (niveau 1), label BBCA (bâtiment bas carbone). S'ajoute le label E+C- (de niveau Énergie 3 et Carbone 2) qui préfigure la prochaine réglementation environnementale (RE 2020) des bâtiments neufs. Le projet est relié au réseau de chaleur urbain de la ZAC « qui fait que nous sommes très vertueux sur la production de l'énergie », souligne David Bruchon. Outre le recours au bois, matériau renouvelable, le projet fait aussi appel à l'énergie solaire photovoltaïque (autoconsommation et revente). « Une partie des énergies renouvelables sera consommée en permanence pour le fonctionnement de l'hôtel et une autre partie consommée et revendue pour les bénéfices de la copropriété », complète Jean-Christophe Acquier, directeur des programmes chez Icade. Par ailleurs, sur les toits des commerces en rez-de-chaussée, se trouve une terrasse-jardin qui participe à la suppression des îlots de chaleur.

Le coût total de Wood'Art est d'environ 20 millions d'euros. Il a été subventionné par la région Occitanie à hauteur de 10 % du coût des travaux, dans le cadre de l'appel à projets « Bâtiments no watt ». « C'est un projet emblématique pour Adivbois et la filière bois. Il fait la preuve que le bois répondra bien présent à l'ambition de la RE 2020 », se félicite Frank Mathis, président d'Adivbois. « Ce genre de projet est reproductible », affirme Philippe Bontemps.

Par ailleurs, « chez Icade, près de 322 000 mètres carrés de constructions bois sont livrés ou en cours de développement. Des projets de tours mais aussi d'autres opérations de maisons en bande en bois », met en avant David Bruchon.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Revêtement de sol TTE® pour parking perméable et engazonné O2D ENVIRONNEMENT