Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le WWF demande une profonde réforme du système énergétique mondial

Convaincu que les sources d'énergie et les technologies sont disponibles et suffisantes pour endiguer le réchauffement climatique, le WWF demande une profonde réforme du système énergétique mondial et des décisions clefs dans les 5 prochaines années.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dans une récente étude prospective, l'organisation mondiale de protection de l'environnement (WWF) expose sa vision du monde énergétique à l'horizon 2050. En tentant de répondre à la question « est-il techniquement possible de satisfaire les besoins mondiaux en services énergétiques sans détruire le climat ? », le WWF a étudié 25 solutions énergétiques ou technologiques déjà disponibles et les a notées selon des critères écologiques, économiques et d'acceptabilité sociale en intégrant leur potentiel de développement. Les solutions étudiées inclues les sources d'énergie renouvelable, comme l'énergie solaire et éolienne, les options de réduction des besoins en énergie et d'autres technologies à faible teneur en carbone comme la capture et le stockage du CO2 et l'énergie nucléaire.
Cet exercice a mis en évidence trois groupements de technologies : celles qui présentent des avantages clairs au delà de la capacité de réduire les émissions de CO2, celles avec quelques impacts négatifs mais qui demeurent globalement positives et celles dont les impacts négatifs sont clairement supérieurs aux avantages. Au regard des résultats obtenus, le WWF est convaincue qu'il est possible de répondre aux besoins grandissants de l'humanité avec des technologies d'économie d'énergie et des sources véritablement écologiques.

Selon le scénario du WWF, d'ici 2050, les sources d'énergies renouvelables et les technologies actuellement connues seront suffisamment maîtrisées pour assurer les besoins grandissants en énergie tout en maintenant la concentration atmosphérique du CO2 à 400 ppm et ainsi limiter le réchauffement à 2°C par rapport au climat actuel. D'après le scénario, les technologies d'efficacité énergétique pourraient permettre une économie de 40% de la production énergétique, les énergies renouvelables pourraient contribuer à hauteur de 43% aux besoins et les énergies fossiles représenteraient les 17% restant à condition que le CO2 soit capté et neutralisé.

Cependant, pour que ce modèle devienne réalité, le WWF estime qu'une profonde réforme du système énergétique mondial est indispensable. Selon l'organisation, les politiques économiques et les mesures requises pour conduire cette transition ne sont pas encore en place. Vu les contraintes liées à la vitesse de la transition industrielle prises en compte dans son modèle, le WWF estime qu'il faut passer à l'action des maintenant. Même d'ici cinq ans, il sera trop tard pour lancer une transition soutenable qui pourrait éviter une infraction au seuil de 2°C conseillé pour éviter un bouleversement climatique dangereux, explique l'organisation.

Dans son étude, le WWF propose six solutions assorties de trois conditions essentielles à la réussite de son modèle. Il s'agit premièrement de donner la priorité à l'efficacité énergétique pour rendre davantage de services tout en stabilisant la consommation mondiale d'énergie dès 2015. Il sera également nécessaire de stopper la déforestation en particulier dans les régions tropicales. Si cette condition n'est pas respectée, la probabilité de réussite de ce modèle risquerait d'être réduite à 35%.
Le WWF propose en outre de développer en parallèle la gamme complète des énergies à faible émission de carbone comme les énergies éolienne, hydraulique, solaire photovoltaïque et thermique et les bioénergies. D'ici 2050, ces technologies pourraient satisfaire 70% de la demande restante après le développement de l'efficacité énergétique, évitant le rejet de 10,2 millions de tonnes de carbone chaque année.
Le WWF estime qu'il faudra par ailleurs privilégier de manière transitoire le gaz naturel plutôt que le pétrole et le charbon et empêcher la construction de nouvelles centrales à charbon si elles ne neutralisent pas leurs émissions. La capture et le stockage du CO2 est d'ailleurs plébiscité par l'organisation qui demande que les centrales en soient équipées dès que possible.
La mise en place de ce modèle énergétique doit est accompagné selon le WWF d'un caractère d'urgence : le retarder rendra la transition à une économie à faible teneur en carbone de plus en plus chère et difficile, avec des risques d'échec beaucoup plus grands. De plus, l'effort devra être global car chaque pays a un rôle à jouer en fonction des défis qu'il devra relever sur son territoire. Enfin, l'action devra être menée en premier lieu par les gouvernements pour fixer des objectifs, collaborer sur des stratégies efficaces, et influencer l'investissement de milliards de dollars qui, quoi qu'il arrive, seront dépensés dans le développement du système énergétique dans les prochaines décennies.
Cette feuille de route est ambitieuse, mais c'est la seule qui nous garantisse un avenir sûr et durable. Puisque les cinq prochaines années sont déterminantes selon notre étude, nous attendons du Président de la République française et de notre gouvernement une réelle prise en compte de nos orientations, a précisé Serge Orru, Directeur Général du WWF-France.

Réactions3 réactions à cet article

 
Allucinant !!

Il est incroyable que le WWF - qui prétend prendre conscience de l'urgence climatique - place les problèmes posés par les déchets nucléaire ( < 2000 mètres cubes accumulés en France depuis qu'on a des centrales pour les déchets "pénibles" : moins de 2 piscines olympiques à surveiller !!) et / ou par des mauvaises gestions des centrales (mais les normes de sécurités sont tellement supérieures à celles des autres industries...) au dessus de ceux du CO2 (25 milliards de tonnes émises chaque années, soit 12,5 milliers de milliards de mètres cubes) ....

Ce parti pris est criminelle car personne n'est en mesure de garantir la viabilité du projet de démultiplier les énergies renouvelables dans les 50 ans à venir. Le risque de continuer sur notre lancée pdt encore 15 ans (avant que la part renouvelable soit vraiment significative) est ENORME !!

Arthur

Arthur | 31 mai 2007 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
solution pour les déchets : ne plus en produire

Selon l'ANDRA (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), qui est un établissement public industriel et commercial chargé de la gestion de l'ensemble des déchets radioactifs en France, voici le volume des déchets radioactifs en France fin 2004 : 1 033 306 mètres cubes, soit beaucoup plus qu'1 ou 2 piscines olympiques.
De plus, il faut préciser que l'industrie nucléaire continue de considérer 96% des combustibles irradiés comme des matières valorisables et non comme des déchets, même si une très faible partie d'entre eux sont effectivement réutilisés.
Pour les euls déchets nucléaires les plus radioactifs, le site d'enfouisement envisagé par l'Andra, représentera au minimum 1500 ha, ce qui équivaut à 15000 piscines olympiques. En dépit de 30 ans de recherche et d'investissements colossaux, il n'existe aucune solution scientifique qui permette de gérer en toute sécurité les déchets nucléaires.

sakay | 31 mai 2007 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Allucinant !!

ça me choque un petit peu également qu'on parle de l'utilisation de gaz naturel, même si c'est bien dit "de manière transitoire". M'enfin ne jetons pas la pierre, globalement l'idée est bonne, très bonne même. L'urgence est là et toute vraie bonne volonté est la bienvenue.
Karine

Karine | 03 juin 2007 à 17h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager