En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Xynthia : début des ''déconstructions" des maisons rachetées par l'Etat en Vendée

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Un an après la tempête Xynthia survenue en février 2010, les premières "déconstructions" des maisons rachetées par l'Etat situées dans les zones de solidarité (ex zones noires) interviendront "dès le mois de mars, en Vendée, et avec quelques mois de décalage en Charente-Maritime", avait annoncé le 17 février la ministre de l'Ecologie en lançant le plan national de prévention des submersions et crues d'ici 2016.

1.574 habitations sont concernées par les "zones de solidarité" dans les deux départements. La déconstruction a ainsi débuté lundi 14 mars à La Faute-sur-mer, l'une des villes avec L'Aiguillon-sur-mer parmi les plus touchées par la tempête en Vendée. Le chantier doit s'étaler sur ''quatre ans'', a indiqué à l'AFP la préfecture de Vendée.

La première semaine de chantier doit sécuriser le périmètre, puis les maisons concernées seront désamiantées et nettoyées de tout ce qui peut être recyclé. Selon la préfecture de la Vendée, les démolitions débuteront vers le 28 ou le 30 mars. A La Faute-sur-Mer, ce premier chantier concernera 95 habitations et devrait durer jusqu'au 15 juin, tandis qu'à l'Aiguillon-sur-mer, 14, puis 35 maisons seront concernées. Une deuxième tranche de déconstructions sera lancée mi-septembre prochain à La Faute-sur-mer pour 150 à 200 maisons jusqu'à fin 2011.

Au total, sur les deux communes, parmi les 823 maisons placées en zones de solidarité (pour lesquelles l'Etat a fait des offres de rachat), 696 ont fait l'objet d'un accord de vente amiable et 539 ventes sont déjà effectives. Toutes les maisons rachetées par l'Etat seront détruites d'ici à quatre ans. L'ensemble devrait représenter 120.000 tonnes de gravats qui seront broyés pour être recyclés et réemployés. "Ces gravats ne serviront pas aux digues", a souligné la préfecture à l'agence de presse. Le traitement des déchets générés (gravats, etc) devrait être assuré par les entreprises chargées de la déconstruction avec les directions départementales des territoires.

En Charente-Maritime, au 2 février 2011, 325 actes de vente avaient également été signés par l'Etat, selon NKM. Les communes de La Rochelle ou d'Aytré, ainsi que les îles de Ré et d'Oléron figurent parmi les plus impactées par la tempête dans le département. Les propriétaires d'habitations situées en zones de solidarité ont jusqu'à ce mardi 15 mars pour accepter les offres de rachat. Après, des procédures d'expropriation seront mises en route.

Réactions1 réaction à cet article

 

En cette semaine du développement durable il est curieux de voir des engins mécaniques détruire de manière grossière des maisons sans aucune forme de travail intelligent du type récupérations des éléments constitutifs: tuiles, portes, fenêtres, charpente, etc. Comme s' il était urgent de détruire les stigmates de l'incurie administrative qui avait autorisée des gens à s'établir dans ces lieux à risque.

LE DOIGT | 04 avril 2011 à 00h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager