Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Zones humides : la tourbière alcaline de Marchiennes classée réserve naturelle

Biodiversité  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Zones humides : la tourbière alcaline de Marchiennes classée réserve naturelle
Actu-Environnement Le Mensuel N°422 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°422
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

La Journée mondiale des zones humides a été célébrée, ce mercredi 2 février. À cette occasion, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et la secrétaire d'État chargée de la Biodiversité, Bérangère Abba, ont annoncé le classement par décret de la tourbière alcaline de Marchiennes (Nord) en tant que réserve naturelle nationale. Cette dernière est intégrée dans une zone humide labellisée d'importance internationale, au titre de la Convention internationale de Ramsar. « Cette nouvelle réserve, placée sous protection forte, contribue à l'atteinte des objectifs ambitieux – 30 % d'aires terrestres et marines protégées, dont 10 % sous protection forte – fixés par la Stratégie nationale pour les aires protégées 2030 », ajoute le ministère de l'Écologie.

Cette zone humide de 34 hectares se situe dans le parc naturel régional Scarpe-Escaut (PNRSE), un site Natura 2000 de 48 500 hectares. Identifiée comme zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique (Znieff), cette nouvelle réserve contribuera à la protection d'espèces telles que le triton crêté (Triturus cristatus), le butor étoilé (Botaurus stellaris) ou l'araignée Dolomedes plantarius, considérée comme espèce vulnérable.

Par ailleurs, « les tourbières contiennent à elles seules un tiers du carbone piégé dans les sols, bien qu'elles ne représentent que 3 % des terres émergées du globe, avance le ministère. Les tourbières drainées ou asséchées cessent de stocker le carbone et le relâchent dans l'atmosphère. Il est donc primordial de remédier à leur dégradation et de les restaurer dans leurs fonctionnalités. »

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France