En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Zones humides : un troisième plan d'action pour tenter de les protéger

Ségolène Royal a présenté le troisième plan national d'action en faveur des milieux humides, dimanche 15 juin dans le Marais Poitevin. Ce dernier vise notamment une connaissance homogène sur le territoire.

Biodiversité  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Le choix était symbolique : à l'occasion de la remise, dimanche 15 juin, du label "Parc naturel régional" (PRN) au Marais Poitevin (perdu en 1996), Ségolène Royal a présenté le troisième plan national d'action en faveur des zones humides (PNZH).

La situation pour ces milieux demeure préoccupante. Selon une enquête du ministère de l'Ecologie, 48% des zones humides se dégradent, 42% restent stables et seulement 11% s'améliorent depuis 2000. Le bilan du second PNZH par le Conseil général de l'environnement a montré que ce dernier a échoué à freiner cette tendance .

Prévu par la Conférence environnementale, le troisième plan se distingue tout d'abord des deux précédents par son inscription dans le temps : sa mise en œuvre se déclinera en effet sur cinq ans  (2014­2018) contre trois pour ses prédécesseurs.

 
Les six axes du plan national d'action en faveur des milieux humides Axe 1 : Renforcer la mise en œuvre de la convention de Ramsar en lien avec les autres accords multilatéraux sur l'environnement

Axe 2 : Développer la connaissance et des outils stratégiques pour gérer les milieux humides

Axe 3 : Entretenir, préserver et reconquérir les milieux humides

Axe 4 : Renforcer la prise en compte des milieux humides dans les autres politiques de gestion de l'espace

Axe 4.1 : Renforcer la prise en compte des milieux humides dans les politiques agricoles

Axe 4.2 : Renforcer la prise en compte des milieux humides dans les autres politiques publiques de gestion de l'espace

Axe 5 : Soutenir une approche territorialisée de la gestion des milieux humides

Axe 5.1 : Soutenir une approche territorialisée de la gestion des milieux humides en zone urbanisée

Axe 5.2 : Soutenir une approche territorialisée de la gestion des milieux humides dans les outre­mer

Axe 5.3 : Soutenir une approche territorialisée de la gestion des milieux humides sur le littoral et les estuaires

Axe 6 : Mieux faire connaître les milieux humides et les services qu'ils rendent


 

Les mesures de ce document, structurées en six axes, n'intègrent toutefois qu'une petite partie des préconisations du Conseil général de l'environnement.

Ce nouveau plan s'attaque néanmoins à un manque important de ce domaine : une connaissance homogène des zones humides. Il vise ainsi la constitution d'une carte (au 1/100.000e) modélisant les milieux potentiellement humides à l'échelle nationale.

"Elle servira à la réalisation de statistiques au niveau national et pour appuyer la définition de stratégies d'action à l'échelle du bassin ou de la région ", précise le plan. Cette dernière n'aurapas pour vocation de servir de support à un dispositif réglementaire.

Le document relance également l'idée de bancariser les inventaires de zones humides réalisés au niveau local. Il souhaite enfin lancer un projet national de mutualisation d'outils en matière de suivi des zones humides. De nouveaux indicateurs seront également développés dans le cadre de l'observatoire national des milieux humides.

Eviter et réduire

"Compenser est une obligation complexe, souvent coûteuse et pas toujours couronnée de succès, constate le plan. Il convient de mettre l'accent sur les deux premiers volets de la doctrine (…) Eviter et Réduire, le plus en amont possible dans les dispositions des plans, programmes et projets, et en particulier dans les documents d'urbanisme en saisissant l'opportunité des dernières dispositions de la loi ALUR (généralisation des SCOT, multiplication des plans locaux d'urbanisme intercommunaux ) ".

Le plan prévoit également de réaliser une méthode d'évaluation rapide des fonctions des zones humides, de promouvoir des plans territoriaux de préservation et de restauration des zones humides à l'exemple du plan d'action pour la protection et la renaturation des zones humides de Chambéry Métropole et de tester une "offre de compensation", à l'instar de ce qui a été initié en matière d'espèces protégées.

A travers des guides et des valorisations d'expérimentations, il souhaite renforcer la prise en compte des milieux humides dans les autres politiques publiques de gestion de l'espace mais également soutenir une approche territorialisée de la gestion des milieux humides.

Ainsi, le label EcoQuartier pourrait par exemple prendre en compte explicitement les milieux humides dans son référentiel.

Le plan poursuit également les actions entreprises précédemment pour réduire les pressions liées à l'agriculture et soutenir les activités agricoles adaptées à ces milieux. Il vise notamment une amélioration de la formation des agriculteurs sur ces questions et la mise en œuvre d'outils financiers pour développer l'agro-écologie dans les milieux humides.

En revanche, aucune allusion n'est faite au secteur de l'extraction de granulats.

Pas d'objectif global de préservation

Si le plan souhaite mettre en place l'objectif 15 de la réunion d'Aïchi de restauration d'au moins 15% des écosystèmes dégradés d'ici à 2020, visant plus particulièrement les zones humides, il ne fixe cependant toujours pas d'objectif global et quantifié de préservation.

Réactions1 réaction à cet article

 

Que l'ont nous laissent tranquille, nous chasseurs de tonne, nous sommes les seuls à entretenir le marais avec les agriculteurs.

il y en a mare de tous c'est ronds de cuir et tous c'est grattes papiers européens qui veulent tout gérer depuis leur tour d'ivoire.

Sortez prendre l'air, peut être que cela vous fera comprendre les c*******s que vous pondez à longueur d'année.

Siffleur 16 | 22 juin 2014 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…