Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Zones protégées : la Commission européenne publie ses lignes directrices

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Dans sa stratégie en faveur de la biodiversité présentée en mai 2020, la Commission européenne s'est fixée pour objectif de protéger au moins 30 % des terres et des mers de l'UE d'ici à 2030, dont un tiers sous protection stricte. Elle publie ce vendredi 28 janvier les orientations en vue d'aider les États membres à désigner et à gérer les nouvelles zones protégées.

«  Natura 2000 constitue le pilier d'un réseau transeuropéen de la nature, toutefois des efforts supplémentaires sont nécessaires sur le plan national pour le compléter. Nos orientations donnent aux États membres des outils pour les aider à identifier, désigner et gérer des zones protégées supplémentaires », a expliqué Virginijus Sinkevičius, commissaire à l'environnement, aux océans et à la pêche. Les désignations de zones supplémentaires pourront en effet être réalisées à travers le réseau Natura 2000 mais aussi par des régimes de protection nationaux.

Le document d'orientation établit un processus afin que les nouvelles désignations soient discutées, examinées par des pairs et améliorées afin que les objectifs de l'UE puissent être atteints. « Il fournit également une définition de la protection stricte et des orientations aux États membres sur la mise en place d'une gestion et d'un suivi appropriés pour les aires protégées existantes et futures », explique la Commission européenne. La France, qui a inscrit les mêmes objectifs dans sa stratégie nationale, consulte actuellement le public sur la définition de la « protection forte ».

Outre l'objectif lié au rétablissement de la biodiversité d'ici 2030, la Commission met en avant les avantages économiques liés à une telle protection. « Les services écosystémiques du seul réseau Natura 2000 existant (alimentation, filtration de l'eau et de l'air, résilience aux catastrophes, etc.) sont estimés à 300 milliards d'euros par an et le réseau soutient quelque 500 000 emplois », rappelle l'exécutif européen.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je commencerais à croire les promesses de de la Commission Européenne quand on aura supprimé partout en Europe, les désherbants interdits, qu'il y aura des contrôles stricts aux frontières. Ensuite il faudrait que les contrôles ruissellent dans chaque pays, et dans les arrières granges des agriculteurs, donc quand on ne trouvera plus dans l'eau potable , avec des dépassements, par exemple des désherbants interdits depuis 2003 : Atrazine, ESA Métolachlore comme c'est le cas du 37 - Sud Lochois, ou encore dans cette région, quand les services de l'Etat DREAL, DDT, ne valideront plus les projets qui éradiquent des espèces protégées, Zone Humide, bois pour extraire des granulats que l'on peut trouver ailleurs ! A chaque interdiction, il y a toujours une dérogation. ET le porteur de projet peut y avoir des arguments forts.

J Cl M 44 | 03 février 2022 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat