En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Cap Environnement


Nous passons près de 90% de notre temps à l’intérieur de locaux. L'air qu'on y respire peut avoir des effets sur le confort et la santé. Evaluez cet environnement sanitaire avec les audits de qualité de l’air intérieur de Cap Environnement.


Un enjeu sanitaire

Les  concentrations en polluants de l'air intérieur peuvent  présenter des risques pour la santé.  C’est un fait reconnu :  certains produits potentiellement dangereux (composés organiques volatils – COV, aldéhydes, benzène …) sont  déjà recensés par les organismes publics tels que l'AFSSET, cependant des valeurs guides restent à l’étude. Les instances nationales et internationales se sont saisis de l’urgence de définir rapidement ces valeurs guides, A ces pollutions chimiques viennent s’ajouter des pollutions biologiques (moisissures, bactéries) liées à l’humidité ainsi que des pollutions physiques qui sont liées aux paramètres de ventilation, de confort thermique, d’exposition aux rayonnements électromagnétiques,...

Cap environnement

Le " Sick Building Syndrom ", syndrome des bâtiments malsains, est ainsi l'une des conséquences fréquentes d'une mauvaise qualité de l'air entraînant depuis une trentaine d'années un nombre croissant de plaintes liées à l'occupation de locaux (fatigue, maux de tête, irritation des voies respiratoires, des yeux et de la peau). Ces symptômes peuvent s'aggraver et engendrer le développement de pathologies comme les allergies respiratoires.

Cette récente prise de conscience des enjeux de la qualité de l'air intérieur est devenue aujourd'hui une préoccupation majeure de santé publique, faisant l'objet d'une action prioritaire du Plan National Santé Environnement (PNSE I & II) et s'intégrant aux exigences du développement durable ainsi qu'à la démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE). Ainsi le HCSP, en octobre 2009, a publié des valeurs de gestion pour le formaldéhyde avec des objectifs sanitaires à court terme et des objectifs de qualité à l’horizon 2020.

Audit de la qualité de l'air intérieur

Cap environnement

Taux de CO2, température, hygrométrie, taux de formaldéhyde, de benzène ou encore contamination microbiologique (flore bactérienne totale, indice fongique), tous ces paramètres doivent être mesurés dans les établissements recevant  du public (crèches, écoles, hôpitaux,…) mais également dans les locaux d’activité professionnelle tels que les bureaux ou encore les lieux soumis à une pollution plus spécifique  due à l’utilisation de produits chimiques (salons de coiffure, pressings,…).

L’audit de la qualité de l’air intérieur est devenu un outil indispensable pour prévenir les risques de santé publique et les risques professionnels. Cap Environnement propose la réalisation de tels audits pour caractériser l’état sanitaire des bâtiments d’activité tertiaire ou à usage d’habitation.

Le principe de nos audits repose sur la recherche des sources éventuelles de pollution selon les normes AFNOR XP X43-401, XP X43-407 et XP X43-403 appliquées notamment aux bâtiments à usage de bureaux, d'enseignements ou d'habitations.

Cette étude est complétée par la mesure en temps réel de paramètres indicatifs de la qualité de l'air :

  • Taux CO2 afin d’ évaluer la qualité du renouvellement de l’air.
  • Température et humidité permettant de déterminer le confort thermique.
  • Concentrations globales en COV permettant de détecter une pollution chimique.
Selon le type de pollution détectée, des mesures complémentaires sont effectuées sur les principaux polluants classés prioritaires par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (OQAI) : 
  • Aldéhydes  (formaldéhyde,  acétaldéhyde,…)
  • COV  (benzène, tri/tetrachloroethylène,…)
  • Particules (PM10, PM2,5…)
  • NO2 (dioxyde d'azote)
  • Biocontaminants  (bactéries, moisissures, allergènes,…)

Mais aussi , dans une approche non discriminante, sur les composés organiques majoritairement présents dans l’espace audité.

Enfin, pour favoriser la communication des résultats des audits , Cap Environnement a développé un indice global de la qualité de l’air intérieur, l’indice Int’Air qui permet de comparer l’état d’un logement par rapport à une base de donnée de référence correspondant à l’air que respirent les français dans leur habitation. Cette comparaison est basée sur les mesures effectuées par l’OQAI dans le cadre de la campagne de mesure nationale réalisée dans plus de 500 logements représentatifs du parc d’habitation français.

 

Cap environnement

Les résultats obtenus sont comparés aux différentes Valeurs Toxicologiques de Référence (VTR) disponibles pour l'air intérieur, ou tout autre référentiel pouvant s'appliquer à la problématique (exemple : résultats de la campagne nationale logements 2003-2005 réalisée par l'OQAI).

Nos études de cas :

Cap EnvironnementFévrier 2010 
Evaluation de la qualité de l’air intérieur dans le cadre de la certification d’un centre médical

Janvier 2010
Mesures de la qualité de l’air à l’intérieur de bureaux dans le cadre de l’étude du transfert potentiel de polluants gazeux présents dans les sols vers l’air ambiant

Novembre 2009 
Evaluation de la qualité de l’air à l’intérieur de salles de réunion

Mars 2009
Mesure des composés organiques volatils et de l'aérobiocontamination suite à un dégât des eaux dans un logement

Juillet 2008
Expertise odeur et identification des composés à l'origine de nuisances olfactives dans une école

Mars 2008
Réalisation de mesures de la qualité de l'air intérieur et extérieur dans le cadre de la construction d'un bâtiment à usage de bureaux et d'entrepôts : volet air de la démarche HQE

2007
Test in situ de l'outil de diagnostic de la qualité de l'air intérieur des logements développé par l'ADEME, le CETE et la Région Nord Pas de Calais.



Cap Environnment : Bureau d'études dédié à l'environnement atmosphérique et à la qualité de l’air

Cap Environnement, bureau d'études indépendant spécialisé en environnement atmosphérique s’attache à caractériser les paramètres chimiques, physiques et biologiques que l’on retrouve dans les espaces de vie clos ou ouverts. Cela se traduit par des études de la qualité de l'air, des odeurs, du bruit, des champs électromagnétiques... dans le cadre d’études d’impact en extérieur ou d’audit des environnements intérieurs. Les enjeux liés aux  émissions de gaz à effet de serre sont pris en compte dans le cadre de  la réalisation du Bilan Carbone® pour les collectivités locales, les territoires ou les entreprises.

Nos services s’adressent aux industriels, bureaux d'études, entreprises en relation directe avec les particuliers (coiffeurs, pressing,   ) collectivités locales et territoriales ainsi qu'aux services déconcentrés de l'Etat. Fort de 10 années d’expérience dans le domaine de l’environnement atmosphérique, Cap Environnement intervient également auprès des donneurs d’ordre au titre de conseil en AMO en France et à l’international.

Nos domaines d’intervention :

  • Qualité de l'air intérieur
  • Etudes d'impact routières
  • Etudes d’impact industrielles
  • Nuisances olfactives
  • Prévention des risques professionnels
  • Suivi environnemental de chantiers
  • Sites et sols pollués
  • Nuisances sonores
  • Bilan Carbone®
  • Conseil en élaboration/évaluation de politiques publiques en environnement atmosphérique.

FIMEAFace aux nouveaux enjeux rencontrés par les professionnels du domaine de la qualité de l'air, Cap Environnement s'est engagé dans la création de la FIMEA (Fédération Interprofessionnelle des Métiers de l'Environnement Atmosphérique) dont l’objectif principal est de défendre les intérêts de toutes nos professions en offrant à l’ensemble des parties prenantes un organisme représentatif de la richesse et de la diversité de nos métiers.

 

Cap environnement

5 rue Jules Ferry
94130 Nogent sur Marne
Tél : 01 48 71 90 10

site web - contact

Partager

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters