Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Comment Gazprom envisage le développement de l’économie de l’hydrogène

La décarbonation de l’économie demandera des quantités considérables d’hydrogène. Selon Gazprom Hydrogen, filiale de Gazprom créée en décembre 2020, tous les procédés de fabrication d’hydrogène devront être utilisés, notamment la pyrolyse du gaz naturel.
Konstantin Romanov Trois questions à…
Konstantin Romanov,
directeur général de Gazprom Hydrogen

Q1. La stratégie hydrogène de l’UE, publiée en juillet 2020, privilégie le développement d’hydrogène vert à partir des énergies éolienne et solaire. Quelle est votre approche ?

À court et moyen termes, nous aurons besoin de l’hydrogène si nous voulons réduire les émissions de CO2 et créer un marché compétitif. Et qu’importe son origine. La demande en hydrogène au sein de l’UE devrait augmenter fortement d’ici 2050 et les experts estiment que des importations devront combler le déficit de production.

Il faut savoir que la pyrolyse du méthane est très efficace d’un point de vue énergétique. Elle produit plus d’hydrogène pour les mêmes coûts énergétiques, y compris en utilisant des énergies renouvelables dans les process de production.

Dans ce contexte, les capacités de la Russie en matière de fabrication d’hydrogène à faible teneur en carbone, à partir de gaz naturel, doivent être mises en avant. Celles-ci forment déjà la base du développement d’une économie fondée sur l’hydrogène, d’autant que la Russie est le deuxième exportateur mondial d’ammoniaque, un dérivé de l’hydrogène.

Q2. Quelles sont les prochaines étapes du développement de l’hydrogène chez Gazprom ?

Pour Gazprom, l’hydrogène représente une nouvelle opportunité de diversifier sa gamme de produits dans le cadre de la transformation future du secteur énergétique. Gazprom Hydrogen participera aux projets pilotes d’énergie hydrogène, qui visent à l’instauration de technologies à faible teneur en carbone.

Différentes études de faisabilité seront réalisées concernant le transport de l’hydrogène, en particulier sous forme d’ammoniaque ou grâce à l’utilisation de la technologie des LOHC (liquid organic hydrogen carriers). Le potentiel de la technique de pyrolyse du méthane continue d’être étudié : les premiers résultats des chercheurs confirment que la pyrolyse du méthane peut représenter une technique compétitive neutre en carbone.

Q3. Quelle contribution à la neutralité en carbone la pyrolyse du méthane peut-elle apporter ?

Nous savons déjà qu’il est possible de fabriquer de l’hydrogène pur et du carbone solide à partir de la pyrolyse du méthane. La neutralité carbone de la production est obtenue par l’utilisation d’énergies renouvelables et des mesures de compensation relatives à l’absorption des gaz à effet de serre.

Facile à stocker, le carbone solide entre également dans la composition de matériaux comme le graphite synthétique, le graphène, le fullerène ou le nanotube de carbone. La production de carbone solide aiderait non seulement à réduire les émissions de dioxyde de carbone directes, mais aussi à construire de nouvelles opportunités commerciales.

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters