En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Passeport Vert : les navires et équipements portuaires sous l’expertise de Citae

Fin 2020, la détention d’un Inventaire des Substances Dangereuses sera requis pour opérer un navire dans les ports de l’UE. Les armateurs et les démanteleurs s’intéressent à ce “passeport vert” qui présente des avantages. Le point avec J.-C. Vautour de Citae.

Jean-Charles VAUTOUR Trois questions à…
Jean-Charles VAUTOUR,
Directeur du pôle Gestion de Patrimoine

Citae propose la rédaction des “passeports verts” pour les navires et les installations portuaires. Qu’est-ce que c’est ?

D’ici à la fin 2020, les navires sous pavillon européen ou faisant escale dans un port de l’UE, devront justifier d’un inventaire des substances dangereuses (ISD), ou passeport vert. Cela répond à l’application de la résolution MEPC-269/68 de l’Organisation Maritime Internationale, pour laquelle l’Europe, et la France en particulier, sont très actives.

L’objectif de l’inventaire est d’anticiper le démantèlement des navires en fin de vie, selon les polluants identifiés : amiante, plomb, PBB, PCB, CFC, PCT, TBT, métaux lourds. L’inventaire concerne aussi les équipements portuaires, tels que les écluses, les grues, les réservoirs, les machineries… en vue des interventions futures de réparation, modernisation ou démantèlement.

Dès lors, la santé des ouvriers et la protection de l’environnement seront mieux prises en compte, et ce mondialement.

Les contraintes réglementaires induisent parfois une avancée technico-économique. Est-ce la cas avec le passeport vert ?

Absolument. Les armateurs seront mieux informés lors de l’achat de navires de seconde main. Les démanteleurs, eux, pourront mieux anticiper les techniques de dépollution requises, et leur coût, pour traiter une épave. Ils pourront également évaluer finement le potentiel des matériaux valorisables.

Les informations contenues dans le passeport vert auront nécessairement une incidence sur les prix de rachat des navires ou des épaves, de nature à réduire le risque économique encouru par les acteurs de la filière.

Cette activité est nouvelle pour Citae… quels sont vos atouts pour convaincre le marché ?

Citae dispose d’une expérience reconnue dans les diagnostics amiante. Depuis plusieurs années, nous étendons nos interventions à d’autres polluants dans les bâtiments et équipements flottants, roulants, volants ou industriels. Le secteur maritime est donc tout à fait légitime pour Citae.

Notre équipe dédiée, de 45 personnes, comporte des consultants expérimentés en installations portuaires et navires militaires. Elle a déjà remporté un premier marché, techniquement exigeant : l’inventaire des substances dangereuses des équipements portuaires de la base navale de Toulon.

Citae s’est imposé grâce à sa maîtrise des diagnostics tant sur les bâtiments, le foncier que sur le flottant.

Partagez sur…

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters