En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Mastère Spécialisé Supélec – Ingénieur d’Affaires pour les Marchés de l’Énergie – 4ème promotion
DECRYPTAGE Évolutions des marchés de l énergie et incidences professionnelles Marc Petit, SUPELEC Questions à Marc PETIT, professeur à SUPELEC

Quelles sont les évolutions récentes dans le domaine de l’énergie ?

Le secteur de l’énergie est en constante évolution, en particulier les réglementations qui s’ajustent au gré des retours d’expériences, que ce soit en termes d’organisation des marchés ou d’incitation pour le développement des énergies renouvelables. En France, l’année 2010 a été marquée par les débats au Parlement sur le projet de loi portant sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité (loi NOME).

Par ailleurs, le fort développement de la production photovoltaïque s’est amplifié, dépassant les objectifs initiaux fixés dans la cadre du Grenelle de l’environnement. Afin de maîtriser ce développement, un moratoire a été décrété en décembre 2010, et les tarifs de rachat avaient déjà baissé de 12% au 1er septembre 2010. Enfin, de nombreux projets de démonstrateurs « smart grids » ont été déposés auprès de l’Ademe suite à l’appel à manifestation d’intérêt sur les « réseaux et systèmes électriques intelligents intégrant les énergies renouvelables ».

RÉUNION D'INFORMATION Jeudi 10 mars 2011
Maison de Supélec
21 avenue Gourgaud
Paris 17ème

Gessy Guerrier
gguerrier@cegos.fr
01 55 00 97 96

Quel est l’impact de la loi NOME sur le métier d’Energy Manager ?

Cette loi vise à améliorer l’ouverture du marché à la concurrence en France, en donnant la possibilité aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’électricité nucléaire à EDF – à un coût reflétant le coût réel de production – pour la revendre à leurs clients installés en France. C’est l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH). Cela devrait permettre à ces fournisseurs de proposer des offres compétitives vis-à-vis des tarifs régulés d’EDF.

Dans le cadre de la loi, les fournisseurs devront évaluer au mieux les consommations de leurs clients sous peine de devoir s’acquitter d’un complément de prix au titre des volumes d’énergie nucléaire excédentaires. L’estimation des besoins et le montage d’offres commerciales est une des activités des Energy managers.

A-t-elle d’autres conséquences ?

En effet, car cette loi impose aux fournisseurs de disposer de capacités de production et d’effacement de consommation. Enfin - et cela concerne directement tous ceux appelés à acheter de l’énergie - la loi impacte aussi les montages financiers des projets mettant en œuvre de la production renouvelable. Désormais, les coûts de raccordement au réseau électrique (renforcement de poste, construction de lignes) sont intégralement à la charge du producteur. Cet aspect peut impacter fortement la viabilité économique d’un certain nombre de projets.

En quoi le défi de l’effacement est-il une nouvelle opportunité pour l’Energy Manager ?

La question de la pointe de consommation est au cœur de la sécurisation du système électrique. Afin de satisfaire l’équilibre production-consommation indispensable à la sûreté du système électrique, le schéma usuel de fonctionnement est bâti sur une adaptation en temps réel de la production à la demande. Cela passe par la mise en place de centrales électriques de pointe (centrales au fioul, au gaz) utilisées quelques jours ou heures par an, et émettrices de CO2. Toutefois, face à l’augmentation croissante de la demande de pointe (créneau 18h-20h en hiver, pour la France), ces capacités de pointe s’avèrent insuffisantes, ce qui nécessite d’avoir recours à une réduction de consommation de certaines charges (on parle alors d’effacement des charges ou de gestion de la demande).

La maîtrise de ces ajustements requière donc une forte expertise

Ce changement de paradigme – adapter la consommation à la production – ouvre de nouvelles perspectives pour les Energy Managers. Il s’agit désormais d’évaluer les potentiels de flexibilité – quelle part de puissance réductible, pendant combien de temps, quel délai de mise en œuvre – des infrastructures consommatrices (résidentiel, tertiaire ou industrie), le coût de cette flexibilité (en termes de confort, de perte de production, …), et les moyens pour valoriser cette flexibilité. De nouveaux métiers apparaissent, tels que celui d’agrégateur qui propose de regrouper des petits potentiels d’effacement pour les valoriser auprès des gestionnaires de réseau. Actuellement, un groupe de travail regroupant des utilisateurs du réseau de transport s’est constitué pour travailler sur ce thème... un des grands chantiers de la mise en œuvre des « smart grids ».

CARRIÈRE Une formation pour saisir les opportunités du secteur de l énergie Agnès CHEVROLAT, responsable de programme CEGOS Questions à Agnès CHEVROLAT, responsable de programme CEGOS

En quoi une expertise d’ingénieur d’affaires est-elle indispensable pour réussir dans ce nouveau métier ?

Le choix, la vente ou l’achat d’énergie sont aujourd’hui abordés dans un contexte de relation client/fournisseur : les affaires que l’on y traite portent sur du volume et s’inscrivent dans le long terme. Le risque d’erreur doit impérativement être maîtrisé, sur le plan technique comme sur le plan commercial. La facture économique est un élément budgétaire essentiel pour les industriels et les collectivités : l’Energy Manager maîtrise les différents leviers.

Les consommateurs comme les fournisseurs d’énergie sont donc concernés ?

En effet, les entreprises qui produisent, distribuent ou commercialisent l’énergie, tout comme les acteurs qui fournissent l’infrastructure ou les matériels de l’énergie, et bien entendu ceux qui la consomment, vont avoir besoin d’Energy Managers. Toutes les personnes ayant à gérer un portefeuille clients constitué d’industriels et d’institutionnels sont amenées à développer cette expertise.

Comment s’organise le Mastère ?

L’enseignement s’articule autour de quatre axes : les technologies de l’énergie, les marchés, l’économie et la gestion de l’énergie, les approches métier de l’Energy Manager, l’efficacité et la performance commerciales. Cette formation organisée en part time est compatible avec l’activité professionnelle.
Le niveau d’excellence de ce Mastère Spécialisé est porté par la complémentarité des expertises des enseignants chercheurs de SUPELEC, des consultants CEGOS et des intervenants industriels.

En conclusion…

Le métier d’Energy Manager exige des compétences bien spécifiques et la nouvelle donne fait naître de belles opportunités de carrière.

 

Consulter le programme détaillé de la formation

Contact CEGOS
Gessy Guerrier
Tél : 01.55.00.97.96
gguerrier@cegos.fr

Partager

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters